Terres de Nauze

Un exécutif municipal ouvert au féminin

 



La fête est finie, les lampions se sont éteints. Le énième épisode électoral municipal vient de s'achever avec un tsunami de schémas et d'alliances ponctuelles complexes, souvent à contre nature et immorales, qui ont broyé des séculaires citadelles ouvrières. D'aucuns ont l'amertume interrogative sur la "légitimité" d'élections contrariées par un diabolique invité qui a certainement perturbé le contexte. Si dans le tissu urbain, on peut douter, ce n'est pas vraiment le cas dans notre ruralité. La perplexité ne peut se défendre que dans les très rares cas où la victoire revint sur le fil.

Ce blog qui, bien entendu, n'a ni l'ambition, encore moins la prétention, de faire un point exhaustif et global  de la multitude des cas, n'a voulu retenir que les hypothèses de notre bassin de vie où il y avait un enjeu. Dans nos contrées, où l'unicité des candidatures prévalait, il y avait une place infime de multiplicité des scénarios. Il m'a été reproché d'avoir boudé le déboulonnement beynacois. Les médias, à qui mieux mieux, l'ont martelé à l'envi. La déferlante prévisible du rouleau compresseur n'allait pas, là, faire l'impasse d'un effet  de scène médiatique.

Ce blog a préféré pointer quelques communes rurales se dégageant des triomphes sans gloire et s'attarder là où une incertitude plana. Si à Belvès, l'a priori l'a emporté, on a vu, à Mazeyrolles, un rendez-vous sur un fond de rejet d'éoliennes controversées, un scrutin très serré à St Laurent, il recomposa l'appareil municipal,  et une consultation complexe à St Pompon. C'est donc là sur cette commune, où le maire sortant a jeté l'éponge et où l'histoire récente dit que rien n'est définitivement gagné, que nous terminons ce tour d'horizon.

Derrière, il y a d'autres piédestaux qui s'érigent, une autoroute sénatoriale qui, libérée de tout obstacle, s'ouvre, et des départementales présumées d'ores et déjà acquises qui, sait-on jamais, peuvent néanmoins réserver des embuscades.

 

 

SAINT POMPON

 

La vie citoyenne saint-pomponaise n'est pas, comme dans l'écrasante majorité des communes rurales, un schéma écrit d'avance. 

 

 

Mairie St Pompon

 

 

La mairie de St Pompon. Image Wikipédia 

 

 

La succession de Thomas Michel, à Saint Pompon, laissa planer pendant plusieurs mois, l'incertitude sur le nom du nouveau maire qui allait sortir des urnes.

 

 

Enfonçons une porte ouverte. Il faut d'abord rappeler un point fondamental en matière électorale. Les électeurs ne sont souverains que pour le choix des conseillers municipaux. Ces derniers, eux -et eux seuls- ont la main pour constituer à leur guise, leur bureau : maire, maires-adjoints, délégués communautaires et membres  des diverses commissions.

 

Après que Thomas Michel, maire sortant qui ne se représentait pas, ce vendredi 3 juillet, eut installé les élus, sous la présidence de Pierre Coudon, doyen d'âge, les  conseillers municipaux ont choisi leur maire.

 

 

Les résultats. Il peut parfaitement se faire que là où le panachage est encore possible, celui ou celle qui est le meilleur élu, ou la meilleure élue, au regard des résultats finalisant la consultation électorale, n'obtienne aucune place dans la constitution du bureau. Le corps électoral de Saint Pompon qui s'était, au premier chef, reconnu dans la personnalité de Cyril Dantony, unique élu du premier tour, ne verra pas ce dernier, dans le rôle de maire et pas davantage de maire-adjoint.

 

Les édiles municipaux, seuls souverains des choix pour constituer le bureau municipal, en ont décidé autrement sur le seul paramétrage de leurs affinités, ou de leurs convictions ou de la discipline qu'ils ont adoptée.

 

 

Carole Henry

 

 

C'est Carole Henry qui accéda à la plus haute marche ; elle fut élue à la parfaite unanimité : 11 sur 11.

 

Farida Benokba, première maire-adjointe, obtint l'unanimité mais avec un bulletin blanc, le secret du vote ne permet pas d'affirmer qu'il s'agit d'une élégante retenue de décence républicaineGérard Bois, second maire-adjoint fut élu avec 6 voix contre 5 à Cyril Dantony. Pour l'écharpe de troisième maire-adjoint, Jean-Michel Franc et Joël Rozières firent jeu égal en obtenant 5 suffrages chacun. Il y eut un bulletin blanc. Jean-Michel Franc l'emporta, au troisième tour, au bénéfice de l'âge.

 

La communauté de communes. Carole Henry, par ailleurs, devient conseillère communautaire titulaire. Farida Benokba sera conseillère communautaire suppléante.

 

 

 



08/07/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres