Terres de Nauze

S.O.S. il nous faudrait renforcer nos sapeurs-pompiers.

 

Dans la tradition, les pompiers retiennent le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe, pour leur fête. À Belvès, le centre de sapeurs-pompiers a choisi ce dernier jour d'août.

Comme chaque année, cette fête a été l'occasion de rappeler les promotions des sapeurs. Le chef de centre, lui-même, a été élevé au rang de lieutenant après sa formation, ce printemps, à Aix-en-Provence.

Plusieurs intervenants se sont succédé à la tribune. Tous ont exprimé leur inquiétude : primo, pour l'effectif qui recule sensiblement, cela implique bien des problèmes de présence spontanée ; secundo, les finances ne sont pas au niveau souhaité et enfin, tertio, les sapeurs-pompiers sont trop souvent appelés pour des missions qui ne devraient être des leurs, notamment l'assistance aux personnes âgées, seules, en détresse ou en grande difficulté, tout particulièrement la nuit.

Rappelons, tout de même, que la première mission de nos sapeurs est d'être les soldats du feu. On peut, certes, se réjouir que ces sinistres soient le moins nombreux possible mais il leur semble regrettable, problème de notre temps, d'être surtout des "assistants sociétaux". S'ils n'assumaient pas cette protection réconfortante, on se demande qui le ferait !

Olivier Reynal, le chef de centre s'est plu à saluer la nouvelle infirmière qui donne une petite note d'optimisme à ce tableau bien trop morose. Son discours fut, tour à tour, lucide, responsable, ponctué d'un petit rien d'humour et il fut, aussi, un moment pathétique, bien dans la veine de ces serviteurs de la société. 

 

 

Cliquez sur les images

 

CIMG7745.jpg

 

 

Sur la gauche, Olivier Reynal, il va, officiellement, recevoir ses barrettes de lieutenant. Blottie contre son géniteur, une adorable fillette qui, peut-être, renforcera dans quelques années, le cercle des jeunes sapeurs. Sur la droite, Michel Dumas qui, pendant bien des années, a été le chef de centre de Belvès.

 

CIMG7747.jpg

 

 

Christian Léothier relit le texte de son intervention. Brigitte Pistolozzi écoute le colonel Colomes intervenant à la tribune.

 

CIMG7748.jpg

 

Les officiers sapeurs venus de  tous les secteurs du département

 

 

 CIMG7788.jpg

 

Une brochette de promus. Occupé à lire, on reconnaît, sur la droite de l'image, notre ami le capitaine honoraire Guy Ferber qui, avec son homologue Michel Dumas, est un guide des jeunes sapeurs-pompiers.

 

CIMG7794.jpg

 

 

Il fallait bien un colonel [colonel Colomes] et un commandant [commandant Cugerone] pour fixer les barrettes de lieutenant, au nouvel officier du centre belvésois fraîchement formé à Aix-en-Provence, pour ses nouvelles prérogatives.

 

Une précision, le corps des sapeurs-pompiers, [institution militaire pour les sapeurs-pompiers de Paris et pour le bataillon de marins-pompiers de Marseille, unité de la Marine nationale française, création 1939, qui constitue le corps des pompiers municipaux de Marseille, dans le département des Bouches-du-Rhône], est, presque essentiellement, une corporation de civils. Pour la majorité, il s'agit de sapeurs volontaires et pour quelques-uns, de sapeurs permanents.

 

Tous  répondent présents avec cette belle devise qui les honore "Sauver ou périr". Cette devise n'est pas un aphorisme creux. Souvent, hélas trop souvent, des sapeurs ont payé de leur vie, cet engagement à la cause qui les honore et les réunit.

 

CIMG7804.jpg

 

 Serge Mérillou, président du conseil d'administration du service incendies, décore Ludovic da Costa

 

CIMG7759.jpg

 

Kévin Laroche, jeune collégien carvésois, future graine de jeune sapeur-pompier

 

CIMG7814.jpg

 

 

Les épouses de sapeurs font face à beaucoup de sacrifices mais c'est aussi une fierté.

 

CIMG7827.jpg

 

 

Pas  de tête nouvelle, à l'exception d'une nouvelle infirmière dans les rangs

  

CIMG7832.jpg

 

C'était quand même, aussi, un peu la fête. 

 

CIMG7833.jpg

 

 

Mon lieutenant, ne profitez pas inconsidérément de privilèges immanents à votre hiérarchie !

  

CIMG7829.jpg

 

Les opérateurs musicaux à pied d'oeuvre

 

CIMG7750.jpg

 

Le nouveau principal du collège Pierre Fanlac suscitera, peut-être, des nouvelles vocations de jeunes sapeurs-pompiers.

 

CIMG7749.jpg

 

 

Les maires de la ruralité profonde reconnaissent la pertinence d'un corps de sapeurs-pompiers  dans notre campagne où ils sont souvent appelés pour assister les personnes en difficulté.

 

 

CIMG7757.jpg

 

Une assistance attentionnée

 

 

CIMG7751.jpg

 

Parmi les invités, Janine Basset, veuve de sapeur, Georgette et Germain Fonvielle, deux vieilles figures belvésoises

 

Photos Pierre Fabre

 

 

_____________

 

Demain, retour sur la soirée des enfants à Fongalop.



02/09/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres