Terres de Nauze

Quatre cents secondes d'une folle émotion

 En l'air,

 au-dessus des collines dommoises

 

Quand on est comédien(ne), souvent, on peut -et même on doit- simuler une émotion de joie, de tristesse, d'angoisse ou de dépit. Quand une comédienne est larguée dans le ciel, à une altitude équivalente à de jolis sommets pyrénéens comme le Pic de Crabère, montagne catalane ariégeoise de 2 629 mètres, l'émotion n'est plus feinte. Cela devient la plus pure traduction de la sensation, du saisissement et de l'audace, de franchir le pas en sautant en parachute.

Marie-Claude, nous l'appelons Maryse, là, n'était plus la comédienne, de la Troupe de Sagelat, mais une jeune Mamy pleinement satisfaite de sa maîtrise d'elle même.

 

 

Maryse.jpg

 

 

Depuis longtemps, elle en rêvait. Quand Maryse a fêté son admission au club des retraités, ses amis ont voulu lui permettre de transformer son rêve.

 

Maryse, pendant les 400 secondes de ses chutes libre et contrôlée, à aucun moment, n'a eu peur. Tout au long de cette descente vers le plancher des vaches, elle laissa échapper sa joie et sa fascination.

 

Bravo Maryse. 



21/08/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres