Terres de Nauze

Les mousquetaires du rail montent à Paris

 
Trio.jpg

Dans l'éditorial du 15 mars dernier, ce blog rappela la bonne vieille devise de la Maison d'Orange. "Il n'est pas besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer". Cette devise est attribuée à Guillaume Ier d'Orange-Nassau. On considère que ce battant, empreint d'un esprit de tolérance, dans un siècle, le XVIème, où rares furent ceux qui admettaient une autre foi que la leur, est en quelque sorte le fondateur des Pays-Bas.  Sa devise est toujours au XXIème siècle, celle des Pays-Bas: "Je maintiendrai." Puisse-t-elle s'appliquer à notre chemin de fer !

 

Ces trois édiles, aujourd'hui, se meuvent vers la capitale. Ils ne sont que d'humbles mousquetaires du rail et ce trio, pour ne point dire triumvirat, doit, à 16 heures, rencontrer Élisabeth Borne, ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports.

 

À n'en pas douter, nos mousquetaires auront à cœur de défendre leur ligne radiale chargée d'une longue histoire qui est leur cheval de bataille.

 

Qui sont-ils ?

 

Seul Gascon du trio, J-Jacques Brouillet termine sa première mandature de maire de Monsempron. Il affirme sa fibre ferrovipathe à toutes les conférences et animations. Il n'hésite pas à quitter sa terre de confluence Lémance-Lot pour venir se mêler à ses collègues du bassin Nauze-Dordogne-Vézère.

 

Belvésois d'une vieille adoption, Christian Léothier, que l'on ne présente pas sur son castrum, a promu la félibrée 2011 et, déjà, pour cette animation culturelle, se voyait en défenseur de la ligne. Elle festoya, en 2013, pour son cent-cinquantenaire. Christian préside l'association "Ligne de vie". Elle compte parmi ses maires, les élus de Périgueux et d'Agen.

 

Jean-Marie Gouin, maire du Buisson-de-Cadouin, est le premier magistrat de la cité ferroviaire, pivot intermédiaire de la ligne Périgueux-Agen. Jean-Marie, avec constance, exprime son attachement à la cause ferroviaire, c'est bien naturel. Lors d'intenses débats, il a pointé avec fougue, la pertinence d'une activité ferroviaire-fret qui, aujourd'hui, hélas, est devenue peau de chagrin.

 

 

Ces trois maires aspirent à la reconduction de leurs prérogatives. Dans quelques mois, ce sera à leurs concitoyens de décider s'ils les approuvent dans cette voie et, bien entendu, ce blog n'a nullement à s'immiscer dans cette démarche. Aujourd'hui,  ne parlons pas de cette échéance. Tous les trois ont démontré leur attachement à la présence ferroviaire. Puissent-ils revenir de la capitale avec une bonne nouvelle pour notre lien qui a réuni bien plus que le Périgord et l'Agenais.

  

 

IMG_1682.jpg

 

Le président J-François Martinet, de Périgord rail +,  et Christian Léothier, le 15 mars dernier, dans le T.E.R. lors de la venue du président Rousset.

 

Photo Pierre Fabre



15/07/2019
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres