Terres de Nauze

Le rendez-vous écologique de Marcillac

MARCILLAC-lez-BELVÈS

Ferme collective à 2, 2 Km de Belvès, écart de la vieille route de Monpazier

Réception en fin d'après-midi, les mercredis.

 

Elle est loin, bien loin, l'image obsolète et souvent injustement dévalorisante du paysan d'autrefois, considéré avec compassion pour son "retard" sur l'avancée de ses concitoyens. Les paysans, personnages nobles de notre ruralité, ces personnages travailleurs, soumis aux aléas de la nature, sont, au premier chef, les fournisseurs de nos tables. Ils savent donner à la nature, sa vraie place, en faisant face aux saccages et aux nuisances de notre temps.

Jetons un petit regard sur la micro-ferme écologique et collective de Marcillac. N'allez pas lui donner des airs de kolkhoze ou de kibboutz, pas davantage de GAEC. Marcillac surgit sur ce plateau marcillacois comme l'exemple même des structures que l'on aimerait voir fleurir partout sur la planète, pour sauver  cette Terre qui est notre havre irremplaçable et unique. 

   

Cliquez sur les images

 

Permaculteurs Marcillac.jpg

Ils sont jeunes, courageux, audacieux et lucides. Gaspard, Margaux et Hugo ont choisi Marcillac pour  s'y fixer, non comme des donneurs de leçons, mais plutôt comme des chantres de la nature. Les médias les ont taxés de néo-ruraux. 

Leur audace innovatrice rappelle un peu, dans un créneau différent,  celle des jeunes époux Bertolin qui, au début des années 70, ont restauré la vie caprine sur les escarpements carvésois de Montauban.

 

 

Ces jeunes Marcillacois, après de solides études, se sont armés de tout leur courage pour démontrer que la bio-diversité et le respect de la nature s'affirment non seulement compatibles mais se placent en restaurateurs incontournables de l'environnement. 

 

Qui sont-ils ? Gaspard, à gauche de l'image, après avoir poursuivi des études de droit commercial, a voulu retourner vers la ruralité la plus profonde.

Margaux, veillez à son orthographie différente de celle de la reine, elle, aussi, a fait son droit.

Hugo, son compagnon, ne renie rien de son cursus d'ingénieur et de son enrichissement culturel à sciences-po.

 

N'oublions pas que ce cercle est enrichi de la petite Anouk, 2 ans, la fille de Margaux et Hugo qui a, pour accompagner ses premiers pas, un joyeux compagnon quadrupède de son âge, Moko, la mascotte de la ferme. 

 

Si, par inadvertance, vous dites à l'un de ces exemplaires amis du sol marcillacois qu'ils sont des permaculteurs, vous les verrez apporter un petit ajustement. Ils se définissent  adeptes d'une agriculture vivante. 

 

Ils sont des exploitants respectant le sol, ce qui est un peu différent.

Dans leur ferme, vous ne verrez point de ces monstres mécaniques qui retournent le sol et concourent à l'érosion, fléau de notre croûte terrestre.

Dans cette exploitation, on a le respect de l'eau et on l'épargne jusqu'à la dernière goutte. Il faut produire biologiquement avec un minimum de moyens.

 

 

À quelques mètres de leur point de réception, vous apercevrez le poulailler. Celui-ci n'a, bien entendu, rien à voir avec les gigantesques unités modernes où les gallinacés sont captifs et ne voient point le jour. À Marcillac, les poules se promènent dans un enclos où elles grattent le sol et picorent les fruits tombés des arbres.      

 


BELVES   INAUGURATION DE LA FERME BIO DE MARCILLAC

 

Margaux Bounine-Cabalé, fondatrice de l’association Happycultors et porteuse du projet de micro-ferme écologique en collectif, La Ferme de Marcillac. Photo © Bernard Malhache 

 

IMG_2822.jpg

 

Le stand marcillacois

Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_2824.jpg

 

Les clients choisissent leurs produits 

Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_2830.jpg

 

... et échangent entre eux. 

Photo Pierre Fabre

 

IMG_2823.jpg

 

 

Gaspard conseille ses clients.

Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_2831.jpg

 

Hugo veille sur la qualité du poulailler.

Photo Pierre Fabre

 

IMG_2826.jpg

 

Déborah, partenaire, sainte-foyenne, propose ses fromages de chèvre.

Photo Pierre Fabre

 


Déborah.JPG

 

Jeune, sportive, passionnée par l'activité du terroir, charmante au demeurant, Déborah une icone de la vie active de ce bassin de vie impulse une vie créative et attrayante.

 

Photo Pierre Fabre

 



03/08/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres