Terres de Nauze

L'auberge espagnole n'a pas vraiment mobilisé.

PAYS de BELVÈS

 

 

Rappelons la définition admise, au sens propre, de l'auberge espagnole : Auberge où l'on ne sert pas à manger, où l'on ne mange que ce que l'on a apporté. L'auberge espagnole est donc une table où les convives partagent ce qu'ils apportent. Au sens figuré, on pense à un mélange, plus ou moins consensuel, d'idées.

 

Le site des expressions françaises situe l'origine, très ancienne, de cette terminologie. Elle viendrait de la mauvaise réputation qui, dès le XVIIIe siècle, était faite par les voyageurs étrangers, aux auberges espagnoles où il était conseillé aux visiteurs, s'ils voulaient manger à leur faim, d'amener eux-mêmes de quoi se sustenter et se désaltérer, soit parce que l'auberge offrait le gîte mais pas le couvert, soit parce que la qualité et la quantité de ce qui leur y était servi, étaient très critiquables.

http://www.expressio.fr/expressions/une-auberge-espagnole.php

 

Depuis plusieurs années, Bel'Fêtes retient le lundi de la Pentecôte, pour favoriser sous la halle belvésoise, l'auberge espagnole du printemps.

 

 

 

 

 

 

 

Olivier, entre deux visites, a profité de l'auberge espagnole.

 

Affluence limitée pour l'auberge espagnole.

 

 

Affluence limitée pour l'auberge espagnole.

 

 

 

 

Affluence limitée pour l'auberge espagnole.
 
Une table internationale qui réunit les deux rives de la Manche.

 

 

 

 

 

 

 

 

Salomé Galy, la cheville-ouvrière de Bel'fêtes, au centre de l'image.

 

 

 

Après un violent effort à table...

 

 

Photos Pierre Fabre. 

 

 

 

 

 

 

Demain : Les fontaines de Belvès mériteraient d'être mieux connues.

 

 



07/06/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres