Terres de Nauze

Jean Coat a reçu l'insigne de chevalier de la Légion d'Honneur.

 

 

PAYS de BELVÈS

 

 

Légion d'honneur
 
Pour ce 14 juillet, Christian Léothier s'est écarté du temps fort de la symbolique "Prise de la Bastille". Il s'est, plutôt, tourné vers le 14 juillet suivant, celui de 1790, qui fut, comme chacun le sait, la Fête de la Fédération.
 
Certains de nos concitoyens ne s'attardent pas sur cette date historique qui, néanmoins, se voulait plus apaisée que le 14 juillet précédent. 
Ernest Lavisse, historien, monarchiste puis républicain fort modéré, voulait que les écoliers lui fassent une grande place dans le jalonnement de notre histoire. En fait, elle ne fut guère qu'un recueil de voeux pieux.
 

Le roi et la reine se sont accommodés de ce moment où certains ont cru voir poindre l'esquisse d'une union nationale.

Pour la petite histoire, Talleyrand, évêque d'Autun, il ne cachait pas son athéisme, célébra la messe sur l'autel de la patrie, entouré de 300 prêtres en surplis de cérémonie.

La monarchie constitutionnelle ne pensait probablement pas que, sous peu, le 22 septembre 1792, sonnerait l'heure de la naissance de la République, abrogeant la monarchie de droit divin. Cette fragile République n'eut, hélas, qu'une vie bien éphémère, 7 ans. Un ambitieux général félon, au regard de l'histoire, ivre de sang et d'orgueil, comptable de génocides, personnage qui, par ailleurs, osa rétablir l'esclavage, allait l'assassiner un certain 18 brumaire de l'AN VIII (9 novembre 1799).

Revenons à ce jour de liesse du 14 juillet 1790. Les députés et les délégués de tous les départements, les "Fédérés" formèrent alors un immense cortège qui traversa la Seine et gagna la vaste esplanade du Champ-de-Mars. Les estimations de 260.000 Parisiens au Champ de Mars furent avancées. La Fayette prononça là son serment historique, Louis XVI, aussi. La pluie s'invita à cette fin de fête.

 

La suite, nous la connaissons tous…

 
 
Légion d'honneur
 
Notre ami, Jean Coat, a choisi, de concert avec Christian Léothier, ce 14 juillet, pour que La Légion d'Honneur lui soit remise. C'est le général Jean-Loup Chinouilh, ami de la famille de Marie-José, l'épouse de Jean, qui lui épingla la rosette. 
 
Légion d'honneur
 
Jean a remercié les personnes présentes à cette cérémonie.
 
Légion d'honneur
 
Jean entouré de sa famille émue.
 
Légion d'honneur
 
 
Beaucoup de monde dans la salle d'honneur de la mairie où l'assistance, a capella, a entonné "La Marseillaise".
 
Photos Pierre Fabre


14/07/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres