Terres de Nauze

Une merveilleuse soirée pour une cause des plus nobles

 

 

 

Le BUISSON-lez-BELVÈS

 

IMG_2422.JPG

 

Notre société, par nature, est composite. Dans nos relations, on trouve des gens de toutes conditions dont certains cumulent toutes les excuses pour ne point consacrer la moindre seconde à la vie citoyenne, associative et, a fortiori, humaniste. Il en existe heureusement d'autres, qui après une vie active bien remplie, ne savent pas totalement refermer le plumier et s'activent dans la voie la plus noble qu'il soit. Ils s'intéressent au monde des plus démunis, ceux qui souffrent des injustices sociétales et qui, par ailleurs, ont à affronter la force impitoyable des éléments, séismes, tsunamis, ravages des dictatures. Malheureusement, ce canal est intarissable.

 

Claudine Le Barbier et Claude di Mario  font partie de ces personnes qui ont eu, dans une autre vie, des occupations qui les ont projetés au dessus de la mêlée et, au moment où ils auraient pu cheminer sur la facile allée du farniente, ont opté pour une voie des plus nobles : consacrer du temps, beaucoup de temps et pas mal de deniers à ce monde en souffrance.

 

C'est avec des propos simples et bien ciblés que Claudine a ouvert la soirée de ce vendredi 22 juin, en parlant de sa mission humanitaire et des énormes difficultés que bien des enfants doivent surmonter pour survivre. Ceux-là n'en sont pas à choisir les viennoiseries pour leur petit-déjeuner et à se demander si l'on doit dire pain au chocolat ou chocolatine. Les repas des jours scolaires, pour eux, constituent l'alimentation salutaire, insuffisante certes, qu'ils apprécient. Claude, officier de gendarmerie, avec ses missions à travers le monde, a vu et connu bien des situations. Il cita l'anecdote de l'ouverture d'une école laïque dans un pays qui vit sous la chape de plomb de  l'Islam.

 

À Claudine et à Claude, on ne peut dire qu'une chose, par votre humanisme et votre implication, vous nous laissez... béats d'admiration.  

 

 

IMG_2424.JPG

 

Un public chaleureux avec une consistante présence belvésoise 

 

 

Isabelle hôtesse du chapeau.JPG

 

Isabelle, au pied-levé, fut chargée de promener le chapeau contenant les titres des chansons qui composèrent le programme de la soirée

 

 

 

Michel Ribette un ami des chouettes pigeonnières.jpg

 

 

Double surprise pour notre ami Michel Ribette qui, ce soir-là, eut l'immense plaisir de retrouver Jean Bonnefon, un de ses condisciples de l'épopée des Remparts, et de découvrir que  ce dernier allait chanter "La chouette pigeonnière". Dire que Michel, naturaliste et photographe de la vie sauvage, fut agréablement surpris, manifestement, est un doux euphémisme. 

 

 

IMG_2434.JPG

 

 

Ce sextuor mu par Jean Bonnefon mais relayé par Patrick Salinié, Jacques Gandon, Laurent Chopin, Patrick Descamps et Pascal Bonnefon, a fait vibrer la salle. Jean Bonnefon, à la répartie facile, d'ouverture a su manipuler l'humour avec  "Adiou",  morceau, en principe joué à la fin ; mais, le maître de la scène qui maîtrise parfaitement l'occitan a précisé qu'en Périgord, "adiou" est, aussi, une formulation qui veut dire bonjour. Beaucoup d'humour sur la ponctuation avec diou "malmené" qui, chez nous, n'est nullement un blasphème mais tout simplement une ponctuation.

 

Brassens fut la pièce maîtresse de la soirée  et, avant de clore, "Toi l'Auvergnat", chanson populaire qui secoue par sa profonde sensibilité, fut un point d'orgue.

Les artistes ont mis Brassens en avant ; mais, il y eut, aussi, Aznavour, un morceau de Jean Ferrat et plusieurs interprétations occitanes.

 

Jean Bonnefon a rappelé que notre Dordogne n'est point une rivière comme beaucoup de personnes le pensent mais, bel et bien, un fleuve*. Le poète s'est même accordé une licence, en géographie,  pour aller un peu plus loin. Pour revenir à la réalité géographique ce rappel dira, peut-être, quelque chose aux lecteurs assidus de ce blog qui, toujours, positionne la Dordogne en fleuve.

Jean Bonnefon a occitanisé  "Plaisir d'amour" qui nous vient d'outre-Manche. Ce moment mélodieux fut édité en 1784. mis en musique par  Jean-Paul Égide-Martin.

 

 

Soulignons cette belle démarche plurielle des artistes ; le batteur est venu de Niort, tout aussi bénévolement que ses compères du creuset de la Vallée de la Dordogne. Notons que la commune du Buisson a offert gratuitement la salle pour le spectacle.

 

 

 

 

 

*  La Dordogne est un fleuve

 

https://terres-de-nauze.blog4ever.com/laisse-laisse-moi-faire-et-un-jour-ma-dordogne-si-je-devine-bien-on-te-connaitra-mieux-et-garonne-et-le-rhone-et-ces-autres-grands-dieux-en-auront-quelque-ennui-et-possible-vergogne

 

 

 

 Photos Pierre Fabre

_________________

 

C'est au four… mais la cuisson est inachevée !

 

  1. Vendredi, à 9h30, Belvès honorera Arnaud Beltrame, un officier d'exception de la Gendarmerie nationale.
  2. Bernard porta le drapeau de l'A.N.A.C.R du Val de Nauze, sur le chemin de la mémoire, en lisière de la Forêt Barade.
  3. Monplaisant a connu une fête votive parfaitement réussie.
  4. Nos gendarmes en mission pédagogique.
  5. Carvès prépare sa fête.  


24/06/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres