Terres de Nauze

Une agriculture noble et respectueuse de la terre.

 

PAYS de BELVÈS

 

 
Une agriculture responsable.
 

Sylvie Braud, la cheville ouvrière de Terre en Vert, a présenté Benoît Le Baube. Sylvie s'est réjouie de voir dans l'assistance, des personnes inconnues et a proposé de rejoindre l'association à celles et à ceux qui le souhaitent.


Une agriculture responsable.
 

Réunir  50 personnes, à Belvès, un soir, pour disserter sur le thème de l'agriculture bio, relève de l'exploit. C'est pourtant ce que Terre en vert a réussi, ce 8 mars.

Après la présentation de Benoît Le Baube, l'intervenant principal, celui-ci s'est livré à un éloquent exercice pédagogique pour démontrer que l'agriculture biologique, non seulement, n'est pas un mythe mais peut devenir réalité.

 

Benoît, sur sa colline saint-amandine de Cagnolle, travaille en respectant la nature et il obtient des résultats. Son exposé a mis en relief des points importants qui ne préoccupent pas, à leur juste place, du fabuleux travail des vers de terre. Ces auxiliaires de la vie de la croûte terrestre, labourent, entretiennent des galeries et insufflent la vie. Les vers de terre ont des prédateurs redoutables. Ceux-ci s'appellent les charrues, ne parlons pas des rotavators, qui, par ailleurs, sans que l'on s'en rende compte, captent les ressources fossiles et font émerger du CO2. Benoît plaide pour les prairies naturelles, véritables régulatrices de la récupération des précipitations. Benoît, dont les observations scientifiques sont impressionnantes, a plongé son auditoire dans les manipulations de l'azote. Benoît a bien observé les travaux du Conservatoire végétal d'Aquitaine. Il s'inspire de l'alternat des haies d'arbres, pas exclusivement fruitiers, dans les parcelles. Cette méthodologie permet d'éviter l'érosion. Notons que ce fléau redoutable, au cours du siècle précédent, s'est avéré catastrophique et a fait abaisser, significativement, la strate supérieure de la terre à un point difficilement réversible, voire trop souvent  irréversible.

 

Travailler comme le préconise Benoît, n'est pas de tout repos. Cela nécessite, pour certaines cultures, de bâcher pour obtenir des résultats probants.

 


Une agriculture responsable.
Cédric, de Semis-directs, un spécialiste de permaculture, est intervenu dans le débat et a abordé la formation.


Une agriculture responsable.

 

Christian Foin, expert dans le domaine des insectes, a parlé des abeilles et de leurs nouveaux prédateurs, les frelons asiatiques. Pour  cet observateur, l'invasion se serait, peut-être, stabilisée. 


Une agriculture responsable.
 

Au premier rang, Brigitte Pistolozzi,  la conseillère départementale. Brigitte se sent pleinement concernée par ce thème.

 
Une agriculture responsable.
 

Dans l'assistance, au cours des interventions, une personne a parlé de l'assistanat des subventions, aides qui n'incitent pas particulièrement à travailler bio.
 
Une agriculture responsable.
 

Pour clore cette captivante soirée, Sylvie a précisé que, le 15 avril, une journée verte à la Ferme de Cagnolle nous attend avec la venue d'Aubin Lafon qui traitera du sujet de l'agroforesterie. Nous y reviendrons.



10/03/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres