Terres de Nauze

Un moment de torture intellectuelle

SAGELAT 

 

 

Francis d'Angelo

 

La langue de Victor Hugo, riche au demeurant, n'a pas imaginé de terminologie adéquate pour dire en un seul mot, prendre plaisir à faire souffrir. C'est donc dans la langue de Johann Wolfgang von Goethe, elle fut avant d'être l'idiome du génie de la littérature germanique, celle d'un redoutable tyran -un de ses successeurs le relaya, 11 siècles et demi plus tard- que la légende illustra à tort d'homme à la barbe fleurie,  que l'on a su caractériser ce sadisme avec la schadenfreude.

 

Non, soyons sérieux, Francis n'est pas un de ces odieux personnages qui se reconnaissent dans ces cruels et indignes êtres qui, lors d'événements diaboliques, adoraient précipiter leurs semblables dans des fins atroces.

Francis d'Angelo

 

Pour participer activement à la dictée de Francis, il faut cumuler plusieurs critères, ne disons pas, même en plaisantant, de "tares".

Il faut, au premier chef, avoir envie d'apporter son écot, aussi modeste soit-il, en participant à l'œuvre caritative et gigantesque du chantier du Téléthon.

Il faut avoir envie de rire de soi-même, de ses faiblesses, de ses lacunes, fussent-elles, comme les miennes, immenses.

Il faut surtout se saisir à belles poignées d'un sacré potentiel d'humilité car on découvre, souvent, combien on est en difficulté pour savoir si l'on écrit au passé simple ou à l'imparfait de l'indicatif, au futur de l'indicatif ou au conditionnel présent. La syntaxe révèle des trésors de subtilités... le vocabulaire aussi.

Il n'est pas du tout certain que l'on ne s'interroge point pour écrire " Les alliés espéraient du gouvernement de Vichy, des actes de résipiscence " ou " il paraissait peu probable que nous les laïcistes, effrayassions  le rigoureux cercle des ayatollahs intégristes. "

 

En clair, si vous ne savez pas et surtout si vous ne voulez pas rire de vous-même, évitez de vous munir d'un stylographe pour satisfaire le plaisir immense que Francis prendra à torturer les esprits.

 

 

À l'heure où je rédige cet appel à l'humilité, je pense que dans le texte de Francis qui, certainement, sera odieux, il y aura de quoi interpeller les détentrices et détenteurs d'écharpes tricolores ; alors, si elles et ils veulent démontrer leur désir d'humilité, qu'elles et ils descendent, pour un point de césure, de leurs piédestaux, se mêlent à leurs mandants, pour ne pas dire à la populace, et viennent le démontrer en se rendant à la dictée de Francis.

 

Ce sera dimanche 24 novembre, à 11 heures, à l'école de Sagelat.

 

 

______________

 

 

Comme d'habitude, les inscriptions pour le déjeuner "la poule au pot" se font attendre. De grâce, pour l'intendance, si vous pouvez et souhaitez venir, sautez sur votre téléphone.

 

 

Poule au pot

 

 

 



19/11/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres