Terres de Nauze

Un jour de novembre consacré à nos disparus

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

 

 

Le calendrier grégorien retient le 2 novembre comme étant le jour des défunts. C'est seulement une année sur sept que ce jour est un dimanche ; alors, par commodité,  le 1er novembre  qui est un jour de fête est retenu pour aller se recueillir sur les tombes des défunts.  Ces 1er novembre  se prêtent donc à une confusion fréquente entre la Toussaint et la Commémoration des fidèles défunts. Le rituel de fleurir de chrysanthèmes, nos cimetières, demeure bien vivace, que l'on soit croyant ou non.

 

Le chrysanthème, fleur qui nous vient d'Orient, n'est pas la seule qui sert à marquer cette tradition mais elle est celle qui domine. C'est peut-être un peu dommage car il y en a bien d'autres, notamment les bruyères rustiques, qui ne manquent pas de charme dans nos cimetières ruraux.

 

C'est la Guerre de 14 qui a donné au chrysanthème, sa place prépondérante dans le fleurissement des tombes au début novembre.

 

Le mot Chrysanthème vient du grec "khrusas" qui signifie or et "anthemon" qui veut dire fleur. L'appellation "Fleur d'or" fait référence à la couleur des fleurs des premiers chrysanthèmes.

La coutume d'apporter des chrysanthèmes sur les tombes, à la Toussaint, est française ; au Japon, en Corée ou en Chine, ils sont le symbole de la paix et de la joie.

 

 

 

 

Un de nos présidents de la République, illustra, plutôt négativement, cette belle fleur estimant que son rôle n'était pas d'aller inaugurer les chrysanthèmes. Ce trait d'esprit, qui ne se voulait pas démonstratif d'une modestie excessive, indirectement, aurait pu choquer ses prédécesseurs qui avaient une perception beaucoup plus mesurée et effacée de leur fonction, dont son prédécesseur immédiat qui avait connu la Guerre de 14 comme homme du rang.

 

 

 



02/11/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres