Terres de Nauze

Un chantier parfaitement conduit et exécuté

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

"VALLÉE DORDOGNE ET FORÊT BESSÈDE"

SAGELAT

 

 

IMG_0123

 

 

Une mission délicate autour de l'enclos sépulcral. Photo Pierre Fabre

 

 

Cette période pré-électorale, le 2 mars elle sera électorale, aurait pu, si les préoccupations majeures de nos concitoyens n'étaient sur des thèmes plus sensibles, [front social, inquiétante progression du coronavirus venu d'Asie, etc], relancer le débat de la pérennité des petites communes et de leurs moyens.

Pour faire simple, il y a des partisans très fermes du maintien des petites communes, voire des toutes petites communes, raisonnement allant, pour certains, jusqu'à l'aberration "phobique", tant celles-ci semblent la survivance d'un autre temps, tandis que d'autres pointent une obsolescence certaine et verraient bien un remaniement qui correspondrait aux évolutions historiques, cohérentes, pragmatiques et rationnelles de notre temps. Toujours pour faire simple, n'y a-t-il pas dualité de champ entre les communes et les communautés de communes ? 

 

 

Il n'appartient à qui que ce soit d'avoir qualité pour soutenir un jugement de valeur pour les autres ; le meilleur outil de mesure, c'est l'isoloir.

 

 

 

Toujours pour faire simple, plutôt que s'appuyer sur les concepts, aussi respectables qu'ils soient, de celles et de ceux qui  détiennent les clés des maisons communes, on pourrait imaginer de consulter les électeurs à bulletin secret -et non en se contentant de l'acquiescement verbal "facilement" obtenu lors de rencontres furtives- non pour mesurer la tendance et émettre un avis, mais pour sceller dans le marbre, leur perception d'une logique territoriale.

Cela n'est là qu'un vœu pieux et citoyen. En haut lieu de notre société, on n'a cure de ce que peuvent penser les citoyens… les exemples de résultats contournés de consultation sont là pour nous rappeler que  les avis de la base populaire sont à prendre avec… discernement. On peut -et c'est regrettable- décider de l'avenir du monde, de l'Europe, de la gestion sociétale et même changer le nom d'une commune, sans se soucier de ce qu'en pensent les citoyens.

 

 

Je voudrais simplement, aujourd'hui,  revenir sur un petit fait divers. Un magnifique chêne, probablement bi-séculaire, a chu le 18 janvier à Sagelat, coupant une voie communale, fracturant le mur d'enceinte du cimetière, altérant au passage certaines sépultures.

Le surlendemain -le lendemain était un dimanche- les opérateurs de la communauté de communes Vallée Dordogne & Forêt Bessède étaient là, à pied d'œuvre. Ces sympathiques équipiers du collectif se sont attelés au chantier. Ils ont, dans la journée, rétabli le passage de la voie communale et l'accès du cimetière. Leur travail fut mené avec professionnalisme et dans le respect de ce lieu de recueillement. Soulignons qu'en aval de la tâche conduite, les personnes qui se sont rendues au cimetière, ont  apprécié la qualité impeccable des finitions du chantier.

 

Cela méritait-il d'être relaté dans ce blog ?  Vos avis seront les bienvenus dans la fenêtre-commentaire.



31/01/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres