Terres de Nauze

Renaissance hivernale du Valech

 

" Toute la matière est constituée de quatre éléments, l'eau, la terre, l'air et le feu.Empédocle. Ce philosophe, poète, ingénieur et médecin grec de Sicile, du Vᵉ siècle av. J.-C appartient aux présocratiques. Ils sont les premiers philosophes qui ont tenté de découvrir l'arkhè [concept en philosophie de la Grèce antique] du cosmos.

En Occident, le philosophe grec Aristote ajouta aux quatre éléments d'Empédocle (terre, eau, feu et air), un cinquième élément qu'est la quintessence ou éther, constituant des astres.

 

Les quatre éléments définis par 'Empédocle, (terre, eau, feu et air), nous sont absolument indispensables pour vivre. Depuis l'Antiquité, les théories physiques d'Empédocle, d'Aristote et des alchimistes, ont été des théories remises en cause pour ne pas dire erronées. Les quatre éléments peuvent, néanmoins, facilement être associés aux quatre états de la matière les plus courants : solide (terre), liquide (eau), gazeux (air) et plasmatique (feu, bien qu'il ne soit pas un plasma).

Nous avons besoin de ces quatre éléments, c'est une évidence.

S'il n'y avait pas d'air, nous ne pourrions pas respirer, encore faut-il que celui-ci ne soit pas statique. Sans vent, les nuages ne pourraient apporter l'eau à l'intérieur des terres. Le feu est -et a été- indispensable à la vie de la planète… mais nos forêts et notre patrimoine brûlent.

L'eau, cette merveille, sait se manifester sous ses trois états, solide, glace et neige, liquide et gazeux avec la vapeur d'eau. L'eau, source de vie, interpelle par ses effets salutaires mais aussi par ses effets dévastateurs, les tsunamis, les crues, ou par son absence lors des sécheresses. L'eau sous forme de neige, vecteur de vie, recouvre nos montagnes ; et, la fonte des neiges, elle aussi, apporte la vie en donnant la force aux cours d'eau. Cette irrigation se prolonge dans la croûte terrestre et soutient la vie végétale.

C'est un peu tout cela qui fait que nous sommes émerveillés devant ces éléments qui font que la vie existe et se perpétue ; et, si l'on enrage de voir de longues périodes pluvieuses, de sévères sécheresses, des canicules ou des froids insupportables, il nous faut penser que sans ces phénomènes, avec leurs inflexions,  notre Terre ne serait pas ce qu'elle est, ce gigantesque laboratoire naturel de la vie.

 

 

 

 

 

Grives, le Valech, enfin, coule à nouveau.

 

 

Depuis les premiers jours de février, le Valech a retrouvé son rang naturel de ruisseau. 

 

IMG_1466.jpg

 

L'infime cascade au niveau du bourg

 

IMG_1463.jpg

 

Le pont du bourg

 

IMG_1461.jpg

 

Le Valech est reparti, en principe, pour quelques mois

 

 

Quand mon illustre homonyme mit en poésie, le calendrier républicain, il s'appliqua à donner à nos mois, une évocation de leur place dans les saisons. Après Nivôse, mois de la neige, Pluviôse, le second mois de l'hiver, correspond à la période hivernale pluvieuse précédant Ventôse, le mois du vent qui accompagne les giboulées. Nous n'avons pas vu de neige en Nivôse, peu de pluie en Pluviôse, et la première décade de Ventôse a connu des précipitations qui ont rétabli la vie aquatique du Valech. Ce ruisseau a perdu sa pérennité depuis ¾ de siècle et ses intermittences sont de plus en plus longues.

 

Le niveau des précipitations varie au fil des ans ; mais, globalement, on peut dire que depuis le dérèglement qui suivit la généralisation du boisement en conifères de la forêt de Gascogne, les moyennes annuelles oscillent autour de 800 mm.

 

Les causes probables de la fragilité des cours d'eau sont connues :

 

  • Manque d'entretien
  • Disparition de nombreux chemins ruraux qui  régulaient la vie aquatique par la connexion de leurs fossés latéraux
  • Disparition systématique des haies
  • Modifications parcellaires supprimant les bordures
  • Recul significatif des espaces sylvestres de feuillus
  • Progression des résineux
  • Fragilisation venant des lacs collinaires
  • Forages toujours plus profonds pour atteindre les nappes phréatiques

 

Le Valech, il y a encore moins de 50 ans, conservait des segments, notamment sous Signac, épargnés par les tarissements. Des pertes en aval, en s'approchant du Cambou, étaient préjudiciables à la vie de son écoulement. Au siècle dernier les anciens relataient qu'avant ses intermittences, bientôt séculaires, il a connu une année terriblement sèche (1919 ?) assortie d'un tarissement. On notera que tous les cours d'eau connaissent des écarts, parfois spectaculaires, ainsi les riverains du Céou ont pu enregistrer de significatives variantes. En 1949, le tarissement à Daglan dura du printemps à l'automne ; la même année, le lit de la Loire à Orléans était parfaitement sec en été.

 

 

 

________

 

Siorac-en-Périgord. Petit Campagne 

 

IMG_1457.jpg

 

En amont du pont, l'eau coule à nouveau.

 

IMG_1460.jpg

 

La confluence de la Nauze est toute proche

 

_________

 

Fongauffier

village de sources et de fontaines

 

IMG_1449.jpg

 

Le pont de la République

 

IMG_1446.jpg

 

La cascade abbatiale

 

IMG_1444.jpg

 

 

L'écluse du moulin 

 

IMG_1451.jpg

 

 

La source de Fonpasserelle

 

Cette magnifique source a été captée en 1956. Les travaux de creusement de la poche de puisage, initialement prévus pour aller sous terre beaucoup plus profondément, ont été revus par crainte pour les personnels de l'entreprise thibérienne qui  menait le chantier. Le terrible hiver de 1956 a très peu interrompu le chantier. Pour la toute petite histoire les ouvriers ont été interpellés par la présence dans la vasque de tuiles. Grâce à la présence sur les lieux d'Amédée Delmond, le propriétaire cédant, ils ont eu la clé de l'énigme. Le moulin de la Robertie, très légèrement en amont, a été en partie emporté par  la crue du siècle de 1812 et ce sont des tuiles qui, par le phénomène gravitaire, se sont déposées dans la vasque. Jusqu'alors une appréhension des sables mouvants avait fait qu'elles sont restées là englouties dans la roche de la source. 

 

 

Un jour que, sous les roseaux, sommeillait mon eau vive
Vinrent les gars du hameau, pour l'emmener captive
Fermez, fermez votre cage à double clé
Entre vos doigts, l'eau vive s'envolera.

 

L'eau vive. 1958 Guy Béart.

C'est, selon moi, une des plus belles, voire la plus belle, des chansons françaises.

 

 

 

 

IMG_1454.jpg

 

Après la vasque 

 

IMG_1455.jpg

 

 

Sortie de Fonpasserelle 

 

Photos Pierre Fabre



20/02/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres