Terres de Nauze

Les marcheurs des Sentiers d'antan n'ont pas su voir le serpent mythique de La Rhune.

 

 

La Rhune sous la neige en hiver

 

La Rhune en hiver. Image Wikipédia. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1212598

 

La Rhune, dominant le Labourd, a été la scène de nombreuses légendes. L'une d'entre elles raconte que dans ses entrailles, vivait un serpent à sept queues, appelé lehen sugea. Un jour, il cracha des métaux nobles qui se trouvaient dans la montagne. L'or et l'argent sont descendus par les pentes de La Rhune, formant des rivières ardentes qui ont rasé les forêts de la zone. Ce serait une explication romanesque de l'absence de forêts dans le Labourd. Wikipédia

 

La Rhune 905 m, comm. de Sare, Ascain et Urrugne.


Ce nom célèbre est, en fait, une horrible francisation d'un nom basque. Le La- initial a été pris pour l'article défini féminin français. Il convient évidemment de rétablir la vraie forme Larhun, Larrun qui signifie « lieu de lande ».

Les noms de montagnes du Pays Basque

Michel Morvan

 

https://journals.openedition.org/lapurdum/1551

 

  

Un siècle et demi après le passage de l'impératrice Eugénie qui, dit-on, de Biarritz où elle séjournait, lança la mode des excursions sur la montagne, les marcheurs des Sentiers d'Antan ont gravi les pentes septentrionales de la Rhune, signal franco-espagnol qui domine, naturellement, la cité basque de St Jean-de-Luz d'où serait partie l'expression Il n'y a plus de Pyrénées. Là, eurent lieu, le 9 juin 1660, les épousailles de l'infante Marie-Thérèse et de Louis XIV.

 

 

Louis XIV, selon Voltaire, aurait prononcé ces mots lors de la succession au trône d'Espagne, en 1700. 

En 1665, Charles II devient roi d'Espagne et épouse Louise d'Orléans, nièce de Louis XIV. Aucun enfant ne naît de cette union et la mort de Charles II, le 1er novembre 1700, met fin à la dynastie des Habsbourg d'Espagne. Dans son testament, Charles II choisit pour lui succéder, Philippe d'Anjou, petit-fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse, et donc arrière-petit-fils de Philippe IV d'Espagne. 

C'est à ce propos que Louis XIV aurait dit, parlant de la France et de l'Espagne : "Les deux nations, présentement, ne doivent plus se regarder que comme une même nation". La formule célèbre, "il n'y a plus de Pyrénées", découlerait d'une phrase prononcée par l'ambassadeur d'Espagne à Paris, Manuel Oms de Santa Pau, marquis Castelldosrius, à propos des courtisans désireux d'accompagner Philippe d'Anjou, en Espagne : "le voyage de Paris à Madrid devenait aisé, les Pyrénées étant présentement fondues". 

Philippe d'Anjou accède au trône espagnol sous le nom de Philippe V. Il connaît des débuts de règne difficiles, durant la guerre de succession d'Espagne, période au cours de laquelle Charles de Habsbourg lui dispute la couronne, jusqu'à la bataille de Villaviciosa en 1710. Il règne jusqu'en 1746 et inaugure la dynastie des Bourbons d'Espagne, encore sur le trône, aujourd'hui.

 

 

Ce mariage imposé par stratégie territoriale par Mazarin, étaya  le Traité des Pyrénées qui a donné à la France, l'Artois et le Roussillon, aïe, avec une enclave à Llivia qui fait désordre dans ce partage.

Il paraît peu probable que les marcheurs des Sentiers d'antan, lors du gravissement de l'escarpement de La Rhune, aient beaucoup pensé à la fougueuse  nuit nuptiale, contée par des historiens qui n'y étaient pas, la cour n'était pas invitée à assister les monarques, dans leur intimité la plus profonde, de Marie-Thérèse et de son cousin Louis. L'infante ne pipait pas un seul mot de la langue de La Fontaine.

 

Pour ma part, je ne suis allé à ce sommet que dans mes bien jeunes années, il y a tout juste 60 ans, et je garde le souvenir merveilleux de l'escapade de ce superbe relief dont le regard s'invite du sud des Landes au golfe de Gascogne avec de très beaux coups d'œil sur les émergences voisines.

 

Le sentier, dit des carrières, fait  5 930 mètres. Il est, certes, bien escarpé et peu recommandé aux paralytiques ; mais, avec une gourde bien remplie et ce qu'il faut pour apaiser l'estomac, à l'arrivée, il se fait, me semble-t-il, sans souffrance excessive. Parvenu au sommet, la vue est exceptionnelle et à 360°, des montagnes basques aux plages du littoral. Elle récompense les marcheurs. La vue par temps clair, porte jusqu’à la forêt des Landes. Coucou au petit train à crémaillère qui amène au faîte, celles et ceux qui ne peuvent jouir, pédestrement, de ce superbe sentier ou préfèrent se laisser amener au sommet.

 

Du départ d'Ascain, altitude 10 m, au belvédère de la Rhune, altitude 905 mètres, le dénivelé tout proche des 900 mètres, satisfait tous les randonneurs à la recherche d'une escalade agréable et accessible.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "col saint ignace"

 

Les marcheurs des Sentiers d'antan, eux, ont préféré partir du modeste col de Saint Ignace, verrou de Sare, pour accéder au sommet de la Rhune. Ce sentier épouse l'assiette du chemin de fer à crémaillère. Ils ont, ainsi, limité le dénivelé à 736 mètres... ce qui, pour celles et ceux des leurs qui sont allés sur les pas de Maurice Herzog, Edmund Hilary, Louis Lachenal et Gaston Rebuffat,  paraissait un  tout petit raidillon.

 

 

IMG_3352.JPG

 

 

Divers liquides pour s'hydrater et se remonter. 

Photo Bernard Malhache

 

 

 IMG_3353.JPG

 

 Une pause de relaxation. 

Photo Bernard Malhache

  

 

IMG_3354.JPG

 

 

Les mains... ce vecteur de communication. 

Photo Bernard Malhache

 

 

 

IMG_3357.JPG

 

 

Les grands, devant... les petits, derrière.

Photo Bernard Malhache

 



13/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres