Terres de Nauze

Le monde fascinant de l'ornithologie.

Il est indécent, dans le Val de Nauze, de présenter Michel Ribette. Ce brillantissime ornithologue, qui se ressource dans le village vaurézien de son enfance, s'est expatrié un peu partout, pour militer pour la sauvegarde des oiseaux. N'oublions pas que les oiseaux  sont de précieux amis de la nature. Sans oiseaux, notre planète aurait certainement eu une vie quasiment "mortifère" et, naturellement, serait bien moins riche. Elle serait proche d'un immense désert.

Bernard Malhache, hier, a surpris Michel Ribette, non pas sur les clochers d'Austrasie, il les connaît parfaitement, mais  jouant, en Germinal, le rôle d'artisan des cheminées.

 

 

__________ 

 

 

 

La CHEVÊCHE D'ATHÉNA et le PÈRE NOËL.

 

 

 

 

Si les cheminées ne représentent aucun danger pour notre vaillant Père Noël, il n’en va pas de même pour la petite chouette chevêche, de son vrai nom Chevêche d’Athéna.

Fidèle alliée de l’homme, elle trouve dans notre proche environnement, gîte et couvert. Gîte, en occupant les cavités offertes par les vieux arbres de nos vergers et parcs, mais aussi les anfractuosités de murs ; et couvert, en exerçant une prédation efficace sur les populations de petits rongeurs parasites de nos cultures.

Cette symbiose entre l’homme et l’oiseau de proie, irait pour le mieux, s’il n’y avait pas ces pièges mortels que constituent nos conduits de cheminées. Oiseau cavernicole par excellence, la chevêche explore souvent ces voies sans issue où sa curiosité lui joue le pire des tours et la condamne à mourir de faim.

La solution idéale consiste donc à disposer un grillage au sommet de la cheminée : un geste simple et salutaire pour préserver cette fidèle compagne d’Athéna, déesse de la sagesse dans la Grèce antique.

 

Alerté par plusieurs témoignages, MR a décidé d’intervenir avant que débute la reproduction de la chevêche et avec l’espoir que son action inspire tous ceux qui pourraient rencontrer le même problème.

 

Quant au Père Noël, que les enfants se rassurent, il est bien rare que sa hotte ne soit pas fournie en panoplies de bricolage qui permettront à notre vénéré ami d’un soir, d’ôter et de remettre le grillage pour préserver la petite chouette d’une fâcheuse et ultime aventure.

Les rapaces veillent sans relâche sur nos cultures, ayons la sagesse de veiller sur eux.

 

Texte de Michel Ribette.

 

 

 

Photo © Bernard Malhache

 



31/03/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres