Terres de Nauze

Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac

 

 

Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac.
 

En ultime résistance verte devant le massacre de la noyeraie de Fayrac, quelques noyers ont été, symboliquement, plantés le 18 mars, lors d'une manifestation pacifique près du cimetière de Fayrac.
 
Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac.
 
Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac.
 

Il y avait environ 200 personnes dans la plaine de Fayrac pour accompagner cette action.

 

Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac.
 

Ce noyer témoignera, dans le futur, de la réplique d'un massacre.

 

Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac.
 

 

Et on repart pour un autre implant.

 


Riposte verte au massacre de la noyeraie de Fayrac.
 
 
Les superbes images, ci-dessus sont  © de Marcel Lacrampette.

Celles, ci-dessous, sont  de l'humble assembleur de Terres de Nauze.

 

 

 

Quoi ! ces diablesses de cohortes vertes !
Imposeraient la loi pour nos dessertes !

 

 

 

Riposte Verte

 

Jocelyn fit vibrer l'âme de cette vallée. 

 

 

 

La voix de la vallée

Slam de Jocelyn Dorangeon

 

Pour ceux qui tracent les voies

Et qui se voient déjà avaler la voie de la vallée...

 

Quand la voix de la vallée résonne

Tel un ultimatum, je chantonne

Que des personnes réagissent

Dans ce qu’on nomme le pays d’l’Homme.

Quand la voix de la vallée résonne

Je donne mon attention à ce qui comme

Un appel tonne dans mes oreilles

Afin que je griffonne en somme.

 

Sème autre chose que du goudron.

Des artères en bitume ne conviennent que

Pour des camions, non ? Ton discours ne pousse

Qu’à la consommation sans songer à sonder

Son milieu, c’est une pure aberration

Dans laquelle on veut nous plonger.

Mais j’ai décortiqué les dangers à ce jeu

Et je jure d’agir dans mes pages.

 

Quand la voix de la vallée résonne

Tel un ultimatum, je chantonne

Que des personnes réagissent

Dans ce qu’on nomme le pays d’l’Homme.

 

Une autre piste, faisons plus de place !

Oust, aux espèces menaçées

Qui nuisent à nos autoroutes.

Le grand duc, c’est dépassé...

Je trouve ça chouette qu’on l’effraie.

Et le hibou des marais peut se barrer.

Jusque là on s’est assez marré.

C’est taré mais c’est carré,

On a tout bien quadrillé.

Puis, si les cigognes viennent en Dordogne,

On s’en cogne ! Et je ne parle pas des orchidées...

 

 

Quand la voix de la vallée résonne

Je donne mon attention à ce qui comme

Un appel tonne dans mes oreilles

Afin que je griffonne en somme.

On veille à créer, sincèrement,

En composant avec notre décor

Mais bon..., pour cela faut déconstruire d’abord

Et la pollution ne gêne pas les châteaux forts.

Dès lors, à qui les torts !?

Si l’industrie est en plein essor,

il est normal que j’y coure encore et toujours derrière

Alors oui en clair, d’une certaine manière

J’y suis accro, magnons-nous de sortir de ces grottes.

Une belle route toute droite,

C’est le bien être assuré devant votre porte !

 

Quand la voix de la vallée résonne

Tel un ultimatum, je chantonne

Que des personnes réagissent

Dans ce qu’on nomme le pays d’l’Homme.

Quand la voix de la vallée résonne

Je donne mon attention à ce qui comme

Un appel tonne dans mes oreilles

Afin que je griffonne en somme.

 

Pour ceux qui tracent les voies

Et qui se voient déjà avaler la voie de la vallée...

 

Quand la voix de la vallée résonne

Tel un ultimatum, je chantonne

Que des personnes réagissent

Si l’pays d’l’Homme devient infâme, en somme... !

 

 

 

 

 

Riposte Verte

 

 Non, ce n'est pas un mégalithe, c'est plutôt une fine et adroite réalisation conique qui interpelle.

 

Riposte Verte

 

 

 



20/03/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres