Terres de Nauze

Le limbe de la Nauze en fin d'automne.

Le limbe nauzérois

 

 

 

Cette précision sur le niveau de nos cours d'eau m'amène à apporter, à la suite d'une banale interrogation, une précision sur "le limbe de la Nauze". Bien entendu, le limbe  n'est qu'une allégorie. Le limbe d'une feuille de végétal est la partie de cet organe située à l'extrémité du pétiole. Cette pièce foliaire est en général très étalée et comporte de nombreuses cellules photosynthétiques, car c'est un organe particulièrement adapté à la capture de l'énergie lumineuse. En avançant comme les écrevisses, c'est à dire en reculant, le limbe prolonge le pétiole et, toujours dans la métaphore, on peut situer le pétiole  à Siorac, la base foliaire, assimilable aux "stipules", étant la Dordogne.

.

 

 

Les pluies automnales ont redonné de la consistance à notre Nauze. On peste volontiers quand les pluies viennent apporter leur rôle salutaire à la nature. Il est certainement regrettable que les ravages du phénomène dit cévenol, en quelques heures, plongent les villes et les campagnes dans la désolation, parfois, hélas, dans les drames de disparitions humaines et animales sans parler des mutilations matérielles. Chargeons volontiers le réchauffement climatique mais s'il est probablement, ou certainement, une des causes de ces redoutables phénomènes, les crues soudaines existent depuis bien des millénaires.

Pour revenir au limbe de la Nauze, que certains connaissent peut-être imparfaitement, sur son espace collinaire, la renaissance de nos cours d'eau  est effective et, maintenant, on peut observer à peu près pour tous, un écoulement, sauf pour le Branchat et le Valech. Ce dernier, le 2 décembre encore, n'atteignait pas le pont d'Écoute-s'il-Pleut.  Depuis près d'un siècle, le Valech, pérenne de bout en bout, au début du siècle précédent, connaît de sérieuses intermittences. En 2005, au début mars, il était sous la neige mais à sec. En général, il repart en décembre et tarit aux premières journées estivales.

 

Son principal affluent, le Neufond, lui, a bien profité des pluies de ces dernières semaines, pour retrouver sa vigueur.

 

2016-01-14, Le Neufonsd 

Les eaux vives du Neufond, acheminées par le canal d'amenée du Moulin d'Écoute-s'il-Pleut, en janvier 2016



03/12/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres