Terres de Nauze

Le billet d'humeur de Théo

 

 

 

 

Qui est Théophile Pardo. Théo est surtout connu sur la rive droite de la Dordogne. Théo, ancien pilote de ligne, bien avant son admission dans le cercle des retraités, a posé ses bagages en février 1981, dans la cité castelloise aux portes de St Cyprien. Son choix, il l'étaye à partir du roman d'Eugène Le Roy, Jacquou le Croquant. Il s'est certainement ému de Jacquou mais, avant, de Martissou, son père, qui n'acceptait pas l'injustice d'un pouvoir arbitraire. Théo a choisi le Périgord pour l'amour de l’authentique, pas pour le cultiver, comme aurait dit Pagnol, mais pour essayer de le préserver.

 

 Théophile Pardo.jpg

Théophile Pardo

 

 

Théo mesure, avec effroi, les dérives sociétales de notre temps qui s'appliquent à saccager le précieux legs transmissible de nos ancêtres. Il fait volontiers sienne, la pensée universelle que d'aucuns attribuent, peut-être ou probablement à tort, à Saint-Exupéry "Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants".

 

 

Ce précepte, pour d'autres, serait bien plus ancien. Cette idée soutenue par l'Indien Rawaswami Vekataraman était une des bases de la philosophie amérindienne.

 

Théo, personnage que, personnellement, je trouve très attachant, est, à mon sens, un personnage presque d'exception. Ses origines sont de l'autre côté des Pyrénées. Il est fils de républicains espagnols  qui ont fui la dictature franquiste; et, à ce titre, il a -ou devrait- avoir toute la sympathie due aux personnes qui ont migré face à la haine stupide de gouvernances qui n'ont comme référence que le sang qu'elles ont fait couler. Aujourd'hui, leurs héritiers affirment leur vassalité béate devant un personnage installé sur le terreau du franquisme, c'est à dire sur la seule référence au critère de la naissance.

Théo s'est brillamment affirmé dans le sport, plus particulièrement dans l'escrime. Il s'est naturellement conduit comme un de ces élégants sportifs qui pratiquent leur mouvement à fleuret moucheté. 

Théo a partagé bien des moments de sa vie citoyenne, en compagnon de route d'ATTAC. Son indéfectible attachement à la Vallée de la Dordogne a fait que, devant cet assaut à son bucolisme et à sa réserve de biosphère, fort de ses racines hispanisantes, il part comme le héros de Cervantes, en Don Quichotte qui s'oppose à ce qu'il sait bien difficile à faire aboutir.

 

Aujourd'hui, suivons son billet d'humeur.

 

 

 

_____________

 

 

 

 

TRISTE ANNIVERSAIRE.

 

Il n'a pas échappé aux opposants au contournement de Beynac, réunis, hier, pour manifester près du chantier en cours à Monrecour, que le 3 septembre 2017, sur le terrain de football de Vézac, avait eu lieu une grande mascarade où avait été bafoué le signe républicain que représente l'écharpe d'élu(e).

L'association, en partie familiale, «J'aime Beynac et sa vallée» avait appelé, à cette date, à un grand rassemblement festif et convivial pour soutenir le projet porté par le président du Conseil départemental, Germinal Peiro. L'élu présent avait suggéré, dans les mois précédents, et tout au long de ses réunions avec les élus locaux, que leur présence serait bienvenue et que le port de l'écharpe serait une bonne chose.

Lui-même, ignorant la loi après quatre mandats de député, arborait le signe républicain réservé à la députée en exercice (*). Le comble est que l'association avait prévu un éventuel flop ; et, pour impressionner les personnes crédules ou peu observatrices, elle proposait, à qui voulait en porter, des écharpes tricolores en plastique, imprimées sur une seule face. Même la Préfète s'était laissée tromper en montrant aux opposants, une photo avec de nombreux «faux élus».

Les opposants réunis le 18 août 2018 à Beynac, à l'appel du collectif «Sauvons la vallée Dordogne», a regroupé entre 500 et 800 personnes, selon les sources (de nombreux opposants se sont perdus, faute d'indications actualisées sur le lieu du rassemblement). Le président du Conseil départemental a évoqué un «Flop», il est vrai qu'un organisateur maladroit avait compté sur un nombre plus élevé.

Mais, combien de personnes avait attiré le rassemblement du 3 septembre de l'année passée ? Environ 230, en comptant les journalistes et les opposants venus en curieux.

Les chiffres sont sans appel, dans l'expression de l'enquête publique portant sur environ 2.600 personnes, plus de 80 % ont plaidé contre ce contournement !

Le porteur de projet poursuit à marche forcée, son œuvre de banalisation du Triangle d'or de la vallée de la Dordogne alors que tout prouve que si ce projet a pu être déclaré d'utilité publique, car pouvant présenter en 2001, un caractère d'intérêt public majeur, ce n'est plus le cas depuis la fin des travaux de la traverse, réalisés par la municipalité de Beynac pour environ 3 M€ TTC. Les deux dernières saisons touristiques l'ont montré, il n'y a plus de blocage à Beynac, la circulation y est fluide sauf sept jours sur juillet et août, dans un créneau de deux heures, en fin de matinée, essentiellement les jours de marché et seulement sur l'entrée Ouest. L'inspecteur général Nicolas Foray du CGEDD a noté dans son rapport d'octobre 2017 que les travaux de la traverse "requestionnaient" l'opportunité du projet départemental.

Le président du Conseil départemental va banaliser un site remarquable, gaspiller plusieurs dizaines de millions d'euros de 35  affichés à 70 selon des spécialistes (ou personnes correctement informées) sur le dos des contribuables de la Dordogne, pour satisfaire un objectif incertain et contestable.

 

(*) Le code pénal prévoit que l'usurpation de signe soit punie au maximum de 15 000 € d'amende et d'un an de prison. Plainte a été déposée.

 

Le faux député dépité par l'insuccès.jpg

 

 

 Des photos qui interpellent.

Les écharpes tricolores sont bien en tissu.

Vrai élu avec vrai écharpe et fausse écharpe. Curieux non ....jpg

 

Une écharpe tricolore de circonstance, en matière plastique [d'où la surbrillance] dans l'image ci-dessus 

 

 

Nous, soussignés, animateurs du collectif « SAUVONS LA VALLÉE DORDOGNE » ACCUSONS GERMINAL PEIRO, président du Conseil départemental d'avoir : USURPÉ le port de l'écharpe de député de la République, INSULTÉ les opposants à son projet en les présentant comme : « Des retraités venus d'on ne sait où... qui veulent simplement avoir des assistants de vie pour leur torcher le cul, le restant de leurs jours.» TROMPÉ +) les élus du Conseil départemental, en faisant voter le 19/12/2016, une délibération sur le financement irréaliste d'une partie de son projet, +) les lecteurs, en faisant distribuer une plaquette de présentation du projet mentionnant : « Contrairement à une idée répandue, l'ouverture de l'autoroute A 89 a été sans effet sur le trafic dans la traversée de Beynac. » alors qu'il est de notoriété publique que des changements sont intervenus. Ce qui est confirmé par le rapport récent du CGEDD. MASQUÉ lors de la dernière enquête publique, les améliorations apportées à la circulation sur la traverse de Beynac, alors que le Préfet de région précisait dans son avis donné le 27/04/2017, que ces travaux « pourraient utilement être portés à la connaissance du public. » CRÉÉ un climat délétère qui peut empêcher la libre expression démocratique dans le respect des principes républicains. 


Trois septembre 2017, terrain de football de VÉZAC. Au centre du « Triangle d'or de la vallée de la Dordogne ». Rassemblement festif et convivial de « J'aime BEYNAC et Sa Vallée » ; l'association des pro-contournement du village. LA GRANDE MASCARADE QUI A BAFOUÉ LA RÉPUBLIQUE ! Fausses écharpes, usurpation de signes républicains, comportement contestable de certains participants qui se sont prêtés à un jeu dégradant sous l'autorité morale du président du Conseil départemental, ex-député qui se discrédite ! Parce qu'en définitive, que signifie l'action d'usurper ? Définition du Larousse sur le sujet. Usurper : S'approprier indûment une dignité… : Usurper un titre…

 

 



05/09/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres