Terres de Nauze

La réunion citoyenne de St Laurent

 

 

 

 

St LAURENT-la-VALLÉE

 

 

Retour sur la rencontre citoyenne

du président du département

 

 

 

De g à dr Nadine Friconnet l'opérateur Brigitte Pistolozzi et Germinal Peiro.jpg

 

De gauche à droite : Nadine Friconnet, un opérateur, Brigitte Pistolozzi et Germinal Peiro

 

Vendredi 24 mai, la salle des fêtes de St Laurent était comble pour écouter Germinal Peiro venu défendre son bilan provisoire à la présidence du département. Nadine Friconnet, la première dame saint laurentaise, ouvrit fort sobrement le débat. Le président Peiro, lui, a déclaré ne prendre la parole, en préliminaire, qu'une vingtaine de minutes : celles-ci se sont longuement, fort longuement, prolongées. Brigitte Pistolozzi, qui est l'autre conseillère départementale de ce canton, lui succéda en mesurant son temps.

Ensuite, ce fut aux citoyens de s'exprimer. Le premier intervenant parla d'énergies renouvelables. La réponse fut certes réfléchie mais l'orateur se contenta de pointer les difficultés de ce qui passe pour être écologique, ce qui n'est pas toujours aussi simple ! Pour faire court, nos concitoyens, à juste titre, ont peur du nucléaire, mais tout le monde aime avoir l'électricité à tous moments. Si l'électricité semble une énergie propre, il y a beaucoup de choses à dire sur ses sites de production.

 

Théo Pardo, président de "Défendre l'intérêt général en Dordogne", c'est notoire, a une sympathie mesurée pour le président du département. Dans une salle plus que largement acquise à ce dernier,  pour ne pas dire totalement, Théo osa poser la question inhérente à la décision du Conseil d'État qui met en suspens, le chantier du contournement de Beynac. Les deux écoles se sont affrontées, pas tout à fait "à fleurets mouchetés". L'élu, picotant  un peu l'élégance, ironisa sur la conversion d'un pilote d'avion, moyen de transport très polluant, à l'écologie la plus affirmée. Le président du département s'est défendu, comme un beau diable, estimant que le projet remonte à la présidence Bioulac… avant qu'il n'entre au conseil général. Faut-il dire qu'il n'a nullement convaincu les rares personnes, présentes là, qui n'épousent pas son point de vue !

 

Les revers de situation apparaissent complexes et les points de vue semblent bien inconciliables.

 

Le président Peiro a déclaré qu'il ferait appel, ce qui n'est pas vraiment un scoop, et que s'il perd à nouveau, il reviendra au Conseil d'État. Nous ne sommes pas du tout au bout du tunnel. Évoquant la coûteuse remise en l'état, Germinal Peiro semble bien décidé à s'y opposer.

 

Quand on est un élu de la République -et pas des moindres- peut-on s'opposer, sans mettre en péril le sens du droit, à une décision de justice… là est la question. 

 

 

La salle.jpg

 

 

La salle

 

 

Théo Pardo pose sa question.jpg

 

Trouble fête, certainement pas ! Théo Pardo osa formuler son interrogation. A priori, ce fut, des deux côtés, une implicite résistance. On n'a rien appris !  

 

Photos Pierre Fabre



28/05/2019
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres