Terres de Nauze

La fête fongauffiéraine fut très estivale

Cliquez sur les images  

 

Titre - Fête à l'ancienne Sagelat 2019.jpg

 

  

La fête votive locale dans un village, c'est toujours un moment attendu par la population qui, même dans les campagnes, n'a plus beaucoup d'occasions d'échanges entre voisins. 

La fête fongauffiéraine organisée, comme il se doit, par le Comité des fêtes sagelacois, est une opportunité pour associer les résidents des communes qui ont pour vecteur la Nauze et la source-fontaine qui émerveille les visiteurs. C'est donc là, un peu, la fête des eaux vives de ce village qui donnent dans ce magnifique parc municipal sagelacois, le la des festivités. 

 

 

01.jpg

 

Johann Laplanche, l'animateur sportif de ces festivités, s'est réjoui de l'ouverture juvénile d'adeptes du V.T.T.

Photo © Bruno Marty

 

02.jpg

 

Parcourant dans la fraîcheur, toute relative, de ce dimanche matin, les voies communales et départementale les cyclotouristes ont apprécié le calme de ces petites routes.

Photos © Bruno Marty

 

 

03.jpg

 

Le bilan de cette matinée a révélé que 100 compétiteurs, dans les diverses disciplines, ont concrétisé la tonalité de ce dimanche.

Photo © Bruno Marty

  

 

04.jpg

 

Elles sont grivoise, saint-germinoises ou saint cerninoise et ont donné une note plutôt sympathique à leurs stands.

Photos © Bruno Marty

  

 

06.jpg

 

Stéphanie a permis aux personnes, qui ont parcouru les expositions, de découvrir que la lavande n'est pas une exclusivité provençale. Stéphanie précise que Salvayou, tournure occitane, avec une orthographie légèrement hétérodoxe, veut dire "Sauvez moi" ou "Sauvez vous".

Photo © Bruno Marty

 

 

07.jpg

  

On trouvait là des exposants sachant mettre en valeur leur passion.

Photos © Bruno Marty

 

 

08.jpg

 

Isabelle, une Montayralaise fidèle à la fête fongauffiéraine, exprime son talent avec ses petites-petites cousines pour modèles.

Photo © Bruno Marty

 

  

09.jpg

 

Une fête sans un manège pour les enfants, c'est un peu un jardin public sans le moindre décor floral.

Photo © Bruno Marty

 

 10.jpg

 

Le tourneur sur bois, un pédagogue du travail artisanal et artistique.

Photo © Bruno Marty

 

 

11.jpg

 

La fête, c'est aussi un regard sur la longue, très longue histoire de ce village. Ici, le jour des Rameaux de l'an 768, Waiffer, dont le passage tumultueux a servi pour nommer le village, échappa à la tentative d'assassinat perpétrée par Pépin le Bref.

Ici, se joua, en partie, le sort de la Gascogne et de l'avancée progressiste qu'elle impulsait.

Photos © Bruno Marty

  

 

12.jpg

 

Les préparateurs de la cuisine rapide n'ont point chômé.

Photo © Bruno Marty

 

 

13b.jpg

 

Il fallait gérer avec la forte demande et un système électrique bien juste pour répondre aux sollicitations.

Photo © Bruno Marty

 

 

14.jpg

 

Deux très jeunes franciliennes en découverte de la ruralité festive.

Photo © Bruno Marty

  

  

15.jpg

 

Les traiteurs à pied d'oeuvre.

Photos © Bruno Marty

 

 

16.jpg

 

 Ils sont salués par le premier magistrat sagelacois.

Photo © Bruno Marty

  

 

17.jpg

  

Deux aînées qui ont largement contribué à l'intendance.

Photo © Bruno Marty

  

 

18.jpg

 

Hello, les voisins du secteur vaurézien  

Photo © Bruno Marty

 

 

19.jpg

 

Les tables où les convives ont apprécié la qualité du menu mais aussi la fraîcheur du chapiteau.

Photo © Bruno Marty

  

 

20.jpg

 

Paul-Marie, l'animateur de la bourriche, circule dans l'allée centrale.

Le premier prix de cette bourriche fut une promenade aérienne ou un baptême de l'air pour deux personnes, une occasion de découvrir ou de redécouvrir ce merveilleux décor que tracent les vallons et collines de la Nauze. Cela amena le comité des fêtes à remercier chaleureusement les partenaires et donateurs de lots. Sous le chapiteau on remarquait une forte présence de l'aéroclub de Belvès autour de son président Daniel Blanchez. Daniel consacre tant de ses moments à la vie associative. Il a ouvert le ciel, l'espace d'un inoubliable moment, à des enfants et adolescents qui ne sont franchement pas favorisés par la vie. Aujourd'hui, Daniel a choisi cette table conviviale pour un moment de partage avec celles et ceux qui, au Camp de César, pour la mi-août, fascinent les adeptes de l'aéronautique, en ouvrant le ciel de notre pays "nauzérois". Parmi eux, saluons un de ces chevaliers du ciel qui ont pour première mission de veiller à la quiétude de notre espace aérien. Nous les admirons tous pour leur virtuosité hors du commun et, paraphrasant Aragon, que l'on croit au Ciel ou que l'on n'y croit pas, nous sommes tous admiratifs de ces trois traînées glacées, figures intemporelles réunissant toutes nos villes et tous nos villages, qu'ils savent inscrire au dessus de nos têtes. 

 

Il convient aussi de saluer la commune de Pays de Belvès et Christian Léothier, son maire, qui offrent au village satellite, ses tables, ses chaises et le concours d'employés municipaux pour agencer le chapiteau.

 

Photo © Bruno Marty

 

 

21.jpg

 

La pêche dans le déversoir de la fontaine amuse toujours les enfants.

Photo © Bruno Marty

 

 

IMG_3155.JPG

 

Un premier tir précédant le feu d'artifice diligenté par Dominique et Sylvain Garrouty.

Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_3157.JPG

 

Plusieurs centaines de spectateurs ont applaudi le spectacle pyrotechnique.

Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_3160.JPG

 

Les feux de Bengale, entre le pont de la République et le pont des Abbesses, vont s'éteindre. Ils bouclent cette belle fête aoûtienne et lancent le rendez-vous de l'an prochain, le 30 août, date tardive, certes, mais qui dégage la fête de la rude concurrence buguoise de la Saint Louis.

Photo Pierre Fabre

 

 

 

 



26/08/2019
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres