Terres de Nauze

Julien Martegoute, pour le centenaire de sa mort, sera honoré par les siens, l'après-midi du 11 novembre.

 SAGELAT

 

Photo Julien format Jpeg 1.jpg

 

 

 

 

Julien Martegoute, Laurentais par sa naissance, du 1er septembre 1894, devint sagelacois avant de rejoindre le front au 210ème régiment d’artillerie. Ce brave canonnier-serveur disparaît, le 26 avril 1917, à Villers-Marnery (Marne).

 

La famille de Julien Martegoute, avant que celui-ci ne rejoigne les théâtres opérationnels, était fermière, à Lestang. La famille Martegoute évolua, dans un premier temps, à Pétrou puis elle s'installa à La Braude, entre les deux guerres. Angèle, la sœur de Julien, devint Brisse par son mariage. Angèle -et combien, c'est compréhensible- fut marquée comme tant d'autres, pour sa vie, de cette déchirure guerrière qui décima tant de forces vives.

 

Le 11 novembre, la famille Brisse, à 15 heuresira déposer une gerbe au Monument aux morts de Sagelat pour  le centenaire de la mort de leur parent. Cette cérémonie complètera celle du matin à 11 heures qui, elle, sera le recueillement pour les 22 enfants de Sagelat qui ont donné leur jeune vie, dans cette terrible guerre. Cette cérémonie, la famille tient à ce qu'elle soit ouverte à la population locale, se complètera de plusieurs lectures émouvantes,  celle de l'infirmier de Julien et celle de l'institutrice de Villers-Marnery, ces lettres miraculeusement conservées traduiront la profonde sensibilité de Julien et la délicatesse exquise de l'infirmier et  de l'institutrice. Ces derniers méritent, post mortem, un hommage appuyé, pour l'ultime accompagnement de tous les malheureux qu'ils ont pu soulager, dans ces effroyables moments.

 

__________________________

 

Courrier du 21 avril. Amb 204 [On peut supposer qu'il s'agit du poste ambulancier 204].

 

Chers parents,

 

Je vous fais écrire par mon infirmier car moi, ça m'est impossible.

 

J'ai reçu les deux colis que vous m'avez envoyés mais comme ça m'est défendu, je l'ai envoyé à Joseph. Je suis toujours à peu près pareil car ma blessure est assez longue à guérir, malgré cela, elle est en bonne voie de guérison et j'espère que ça ira encore pareil jusqu'à ma future guérison, malgré cela je ne souffre pas et c'est déjà beaucoup.

 

Plus rien à vous dire aujourd'hui, j'espère que vous vous portez bien et je termine en vous embrassant bien fort.

 

Julien

 

Courrier du 23 avril.

 

Chère sœur,

 

Excuse-moi de ne pas encore t'écrire moi-même, ma blessure et ma position de blessé couché me défendent ce plaisir.

 

Depuis ma dernière lettre, il n'y a pas beaucoup de changement dans mon état, ni en bien ni en mal, cependant ce matin, les majors m'ont fait une petite opération qui m'a apporté un léger soulagement immédiat. Espérons que ce léger mieux s'accentuera, Dieu aidant, et que tout ira pour le mieux. Soyez sans souci pour les soins dont j'ai besoin, nous sommes bien soignés, il ne nous manquerait que de partir pour l'intérieur.

 

Reçois, chère sœur, les baisers de ton frère qui te charge d'embrasser pour lui les chers vieux parents.

 

Julien

 

 

 

 

Julien Martegoutte 020.JPG

 

 

 

Quelque part dans le vignoble champenois, de braves paysans qui, certainement, auraient préféré apporter leurs soins à la vigne plutôt qu'à répondre à cette triste et épouvantable mission que, manifestement, ils n'avaient point choisie.

 

Paul Valéry 

 

  

La guerre, c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas.
 
Cahiers de Paul Valéry

 



 

Julien Martegoutte 014.JPG

 

 

Une ambulance sur un théâtre opérationnel.

 

 

Un émouvant pèlerinage familial.

 

 

Julien Martegoutte 013.JPG

 

 

Dans les monts de Champagne, le village de Villers-Marmery, proche de Mourmelon, se serait certainement bien passé d'être un lieu national de mémoire.

 

 

Julien Martegoutte 012.JPG

 

 

 

 

Julien Martegoutte 008.JPG

 

 

Le passage émouvant sur un lieu de mémoire.

 

SAM_1600.JPG

 

 

Nos amis Jean-Louis et Bernard Brisse sont allés se recueillir sur la sépulture de leur grand-oncle ; ce faisant, ils parachevaient le deuil d'Angèle, leur grand-mère, qui aurait tant aimé que son frère puisse reposer en terre sagelacoise.

 

_________________

 

 

L'hommage, qui sera rendu à Julien Martegoute, concrétise les souhaits, les recherches et les pérégrinations de nos amis. Ce blog, qui n'entend privilégier qui que ce soit dans le devoir de mémoire, reste ouvert à publier d'autres images et rétrospectives d'autres familles. 



30/10/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres