Terres de Nauze

Art et nature. Gentil coqu'licot nouveau

 MONPLAISANT

 

 

CLIQUEZ SUR LES IMAGES

 

L’art peut être perçu comme limite à l’harmonie entre l’Homme et la nature.

 

 

Evelyn Bernardi

 

 

 

Évelyn et Jean Bernardi, deux profils ô combien différents, recherchent des détails que seule la Nature peut créer avec sa puissance, sa sagesse et son désir de saines complémentarités.

Jean Bernardi

 

Deux mots sur les protagonistes de ce thème. Évelyn ne bouda pas son plaisir en donnant l'allant à son aquarelle où le coquelicot s'impose en point d'orgue dans un site de verdure où, plus bas, une lisière de chênes délimite le creux du vallon. L'artiste d'origine écossaise finalise, en Périgord, un lien avec une vieille terre qui, bien au-delà des turbulences historiques, a besoin d'être conforté.

Jean, son époux, aux lointaines racines transalpines, maîtrise parfaitement l'idiome  de Shakespeare ainsi que le gaélique écossais, langue des Lowlands, langue certes minoritaire mais qui honore ses locuteurs. Pendant plusieurs décennies, il fit une brillante carrière à la représentation commerciale de la SNCF à Londres. Il poussa même, pour une paire d'années, son drakkar en terre nordique, par un passage stockholmois. Il s'assura ainsi que, là-bas, il fait moins froid l'hiver que dans notre Jura.  

 

Il n'est pas exclu qu'Évelyn et Jean viennent honorer la prochaine journée de rencontre annuelle des blogueurs qui, en principe, pourrait réunir les amis de Terres-de-Nauze à Siorac, le dernier jour de l'automne à venir.

 

Cessons de parler de nos hôtes de ce 8 juin, nous les retrouverons toujours avec plaisir, car nous avons beaucoup à échanger ; mais, consacrons plutôt cette page à ces fleurs très anciennes qui d'Eurasie, sont venues jusqu'à nous et qui, malheureusement, pour elles et pour notre émerveillement visuel, ont tendance à devenir rares car les herbicides les taillent en pièces.

 

 

 
IMG_0654

 

Sur ce flanc collinaire, partagé entre Monplaisant et St Pardoux & Vielvic, en lisière de Bessède en venant de Belvès, après avoir franchi le Raunel, à mi-côte de Bonarme, Bernard, il y a quelques jours, a repéré un champ de coquelicots. Évelyn se désespérait d'en trouver un,. Elle est venue pour saisir cette découverte.

 

 
IMG_0655

 

Là, nous sommes au bord de la route qui part du bas d'Urval et file vers le Quercy en passant par Belvès et St Laurent. Les Ponts & Chaussées de la 3ème République l'ont dénommée  R.D n° 52.

 

Combien de nos vieux paysans pestaient quand ils voyaient ces myriades de fleurs rouges, coloniser leurs champs de blé ! Bien entendu, le coquelicot dans le blé, pour le moins, n'était pas le bienvenu. 

 

 ____

 

 

Jules Renard, dans ses Histoires naturelles (1874), ne présente pas uniquement des animaux familiers mais décrit également quelques végétaux :

 

 

Les coquelicots

 

 

Ils éclatent dans le blé, comme une armée de petits soldats ; mais d’un bien plus beau rouge, ils sont inoffensifs. Leur épée, c’est un épi.

 

C’est le vent qui les fait courir, et chaque coquelicot s’attarde, quand il veut, au bord du sillon, avec le bleuet, sa payse. 

 _____

 

L'origine du blé, nourriture universelle, reste encore un mystère, comme pour ailleurs de nombreuses céréales ou plantes cultivées. La culture du blé marque pour l'Homme, le début de sa sédentarisation, et permet au nouvel Homme-Paysan d’appréhender le temps, différemment : désormais, le temps s'écoule en fonction du rythme des labours, semailles et moissons.

 

La gerbe de blé est une céréale sacrée qui est considérée depuis toujours comme un porte-bonheur qui permet s’assurer bonheur et prospérité tout en conjurant le mauvais oeil ; et cela est dû notamment à la capacité dont dispose le grain de blé qui le fait mourir et renaître...Le cycle nourricier se poursuit, inexorablement, en fonction du cycle solaire des saisons. Le blé est la céréale la plus ancienne, travaillée par l’Homme.

 

Les vertus des plantes, aujourd'hui en cours de réhabilitation, n'apparaissent pas toujours évidentes. Qui pense en éradiquant un roncier, qu'il détruit un éco-système ?

Les bienfaits du coquelicot,  pour beaucoup de personnes, sont inconnus. Le coquelicot, excellent sédatif, véhicule des vertus apaisantes permettant de trouver le sommeil et de lutter contre les insomnies, notamment chez les enfants de plus de 7 ans. Antitussive, antiseptique et apaisante, cette plante favorise l'expectoration et présente des propriétés antispasmodiques.

 ________

 

 

Dans le langage des fleurs, le coquelicot symbolise le sommeil éternel serein car il est considéré comme une fleur qui endort les chagrins dans le sommeil et l'oubli. En effet, le coquelicot représente le repos et la tranquillité.

 

Pour l'artiste, le coquelicot présente une note de contraste dans la nature. Le rouge coquelicot émet un signal... le signal du danger qu'il y a  de détruire tout ce qui, en regardant par le petit bout de la lorgnette, peut nous déranger.

 

 

Coquelicot 

 

Merci Évelyn d'être venue, dans ce flanc collinaire monplaisanais, rendre cet hommage artistique à la Nature et à nos coquelicots

 

 

 

IMG_0657

 

Jean, quand il se présente, se définit comme étant le factotum du couple, le chauffeur, l'agent de repérage, celui qui prépare les sandwichs, qui dresse le bivouac, etc.. Allons donc ! Nous savons bien qu'il est bien autre chose que tout cela !

 

Photos Pierre Fabre

 

 

 



10/06/2020
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres