Terres de Nauze

Excellente ouverture estivale pour les mélomanes

 PAYS de BELVÈS

 

La Fête de la musique aura lieu le 21 juin, jour du solstice d'été. Cette manifestation, 36 ans après sa première édition, s'impose comme un des moments culturels et populaires de notre hexagone qui a fait des émules bien au-delà.

 

 

En octobre 1981, Jack Lang, ministre de la Culture, nomme Maurice Fleuret au poste de directeur de la musique et de la danse. Maurice Fleuret applique ses réflexions sur la pratique musicale et son évolution et pose les fondements d’une nouvelle conception : "La musique sera partout et le concert nulle part » ! Il évoque une « révolution » dans le domaine de la musique, qui tend à faire se rencontrer toutes les musiques – sans hiérarchie de genre ni d’origine – dans une commune recherche de ce qu’il appelle « une libération sonore, une ivresse, un vertige qui sont plus authentiques, plus intimes, plus éloquents que l’art ».

 

En 1982, une grande enquête sur les pratiques culturelles des Français est menée par le service des études et de la recherche du ministère de la Culture et dévoile que cinq millions de personnes, dont un jeune sur deux, jouent d’un instrument de musique alors que les manifestations musicales organisées jusqu’à présent ne concernent qu’une minorité de Français. De ce fait, Jack Lang, Christian Dupavillon, architecte-scénographe, membre de son Cabinet et Maurice Fleuret en déduisent que le paysage de la pratique musicale en France reste à découvrir. Alors, ils imaginent une grande manifestation populaire qui permette à tous les musiciens de s’exprimer et de se faire connaître. C’est ainsi que la première Fête de la Musique est lancée le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d’été, le plus long de l’année dans l’hémisphère Nord.

 

La Fête sera gratuite, ouverte à toutes les musiques « sans hiérarchie de genres et de pratiques » et à tous les français.

 

 

Source : https://fetedelamusique.culture.gouv.fr/L-evenement/Historique-de-la-Fete-de-la-Musique

 

________________________

 

 

L'oppidum belvésois, pour cette manifestation, résonnera avec le célèbre Adagio d'Albinoni, l'incontournable Largo de Haendel, des airs de Bach et Telemann et les plus grands airs classiques.

 

Les oreilles des mélomanes et probablement d'autres tympans seront séduits et comblés par ce concert exceptionnel. Ce jour-là, avec nos amis communs, pensons à l'un des nôtres. Il nous a quittés, le 23 janvier 2016. Cette manifestation l'aurait enthousiasmé. Jean, quand nous étions en culottes courtes, nous disions Jeannot, tu adorais la musique en général et tu sacralisais Bach. Tu rêvais de jouer "La truite" de Schubert, pour une fête de la musique, dans le décor idyllique de la sortie de la fontaine de Fongauffier. Ton départ prématuré ne t'a pas laissé ce loisir.

 

 

L'oppidum belvésois, pour cette manifestation, résonnera avec le célèbre Adagio d'Albinoni, l'incontournable Largo de Haendel, des airs de Bach et Telemann et les plus grands airs classiques.

 

 

 

 

Frédéric Presle.jpg

Frédéric Presle, trompette, à gauche et François Olivier, orgue.

 

Église de Belvès

21 juin 2018, 20h30.

 

Participation libre.

François Olivier.jpg

 

 

 

 

François Olivier est l'organiste titulaire de l'orgue de choeur de l'église Saint-Eustache à Paris depuis 2004.

Tout en étant Petit-Chanteur à la Maîtrise d'Antony, il étudie l'orgue avec Odile Bailleux puis Louis Robilliard au CNR de Lyon (1er Prix, Prix de Perfectionnement), et Pierre Pincemaille, pour l'improvisation à l'orgue, au CNR de Saint-Maur (1er Prix).

Il participe à plusieurs concours internationaux d'orgue et obtient notamment le Prix de Public au concours d'interprétation de musique classique française de Bordeaux en 2000.

François Olivier se produit comme accompagnateur, soliste, ou encore au sein de formations orchestrales diverses. Ses activités l'ont d'ailleurs mené à travers de nombreux festivals français, ainsi qu'à l'étranger.

Par ailleurs, François Olivier est titulaire d'une Maîtrise de Musicologie, obtenue en 2004, à l'Université de Paris-Sorbonne. [Source http://www.saint-eustache.org/cultures/acteurs-musicaux-de-la-paroisse/francois-olivier]

 

__________________

 

Après avoir occupé les postes de trompette solo de l’Orchestre Pasdeloup et de l’Ensemble orchestral de Paris, sous la direction d’Armin Jordan, Frédéric Presle se consacre à une carrière de soliste qui le mène à jouer dans les salles de concerts et les grands festivals en Europe, aux États-Unis et en Asie. Il a été invité plusieurs fois à jouer avec l’Orchestre de la Garde Républicaine, en concert et pour des enregistrements. Frédéric Presle est également professeur de trompette au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt.

Réputé pour sa technique sans faille et l’élégance de son phrasé, il jouera avec son lumineux instrument, des œuvres qui ont fait la gloire des maîtres baroques et classiques. Concertos et suites de Haydn, Albinoni et Haendel jalonneront un beau programme, accompagné par Christian Robischon, organiste de l’église de Masevaux. Il se produit régulièrement dans le cadre du festival, en tant que soliste ou accompagnateur, avec notamment le Chœur de l’Armée Française, la Maîtrise de Notre-Dame de Paris et le Chœur régional Vittoria d’Ile-de-France.

On le retrouvera en soliste dans le joyeux Prélude et fugue en sol majeur de Bach et une émouvante Partita de Lübeck, convenant aux timbres scintillants de l’orgue de Delle. Bienvenue à cette fête musicale delloise ! [Source "Le canard déboulonnais"]



15/06/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres