Terres de Nauze

Elles retiennent leurs larmes !

 

 

Depuis le 22 septembre, à 20 heures, nous sommes en automne. Cette saison, que bien des poètes ont idéalisée, souvent relaye des périodes chaudes ou caniculaires et elle apporte un repos à la nature. Les sources, aux premières pluies abondantes, relancent leur jaillissement et les rivières retrouvent leur niveau.

L'été de cette année qui, somme toute, est loin d'avoir été le plus sec, nous imposera l'attente de fortes précipitations pour voir la permanence hydrographique se restaurer. Le déficit antérieur reste à combler.

 

J'en veux pour preuve le niveau bien faible de l'écoulement de la fontaine fongauffiéraine et l'étiage fort sévère de la Nauze.

 

 

CIMG5388.jpg

 

La fontaine s'échappe par cette brèche.

 

CIMG5387.jpg

 

Le filet d'eau est, bien entendu, bien faible.

 

CIMG5377.jpg

 

Le petit barrage de rétention, normalement, est franchi sur toute sa largeur par l'eau fontainière. Depuis longtemps, seul un filet d'eau, s'échappe sur un côté.

 

CIMG5380.jpg

 

La cascade est à sec. 

 

CIMG5381.jpg

 

Le filet d'eau cherche son issue vers la vanne. 

 

CIMG5391.jpg

 

Le lit est à peine parcouru par le déversement fontainier.

 

CIMG5381.jpg

 

On est loin, bien loin, très loin du niveau normal.

 

CIMG5382.jpg

 

La Nauze, là, dispose d'un lit de 4 mètres. Il est réduit à, environ, un dizième de sa potentialité. 

 

CIMG5383.jpg

 

Cela fait bien vide.

 

CIMG5389.jpg

 

Le déversoir amont du bief.

 

 

CIMG5390.jpg

 

L'eau rejoint le lit naturel.

 

 

 

 

CIMG5393.jpg

 

Un bloc soustrait, en 1983, au lit de la rivière. Il s'agit d'une pièce emportée par la furie "nauzéenne" en septembre 1812.

 

CIMG5395.jpg

 

Cet autre bloc l'a été en 2005 par les courageux équipiers des jeunes Bouyssou.

 

 

Photos Pierre Fabre. 



04/10/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres