Terres de Nauze

25/9. Du musée à l'économusée

MONPLAISANT-lez-FONGAUFFIER

 

 

 

Au Moulin du Cros

passons du musée à l'économusée. 

 

 

Clariane.JPG

Clarianne Wytzes est la charmante personne manageant le Centre d'interprétation de la laine de Fongauffier.

Pour chercher une terminologie adéquate pour cette dirigeante de site, en écartant manager, c'est plutôt vers le coach que l'on devrait se tourner. D'aucuns risquent de dire "encore un anglicisme"! Oui, mais pas tout à fait ! Coach dérive du français coche, d’abord au sens de "carosse, voiture", puis en argot universitaire "répétiteur, entraîneur", en passant par coach manager, gestionnaire du parc automobile d’un groupe musical, cette terminologie s’est ensuite positionnée dans bien d’autres fonctions, la presse, l'entreprise...

Clarianne Witzes

 

Clarianne, pédagogue hors du commun, mieux qu'un maître de conférence universitaire, aussi à l'aise dans notre langue que dans celle d'Érasme, de Vincent Van Gogh ou de William Shakespeare, émerveille toujours quand elle intervient, notamment pour valoriser la laine, le travail de la laine et son historicité. 

 

Les Ondinne de la Nauze 2018.jpg

 

Pour cet été 2018,  trois jeunes ambassadrices de charme ont pris leurs marques dans ce site lainier. Athanaïs nous vint des Hauts de France, Jennifer qui boucle un impressionnant mémoire patrimonial, arriva de Normandie et, presque de ce sillon du Nauzérois, Anaëlle la Quercynoise travailla également sur le patrimoine. Souhaitons leur, à elles trois, de consolider le brillant cursus qu'elles ont étayé dans cet économusée. 

 

Le Centre d'interprétation de la laine, à Fongauffier, est-il un musée ou un économusée ; essayons d'en saisir la différence.

Un musée est un lieu dans lequel sont collectés, conservés et exposés des objets, dans un souci d’enseignement et de culture. Le Conseil international des musées (ICOM) a élaboré une définition plus précise qui fait référence dans la communauté internationale :

"Un musée est une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation."

 

 

 

Canadien.jpg


Un économusée est une entreprise artisanale tenant à la fois de l'atelier et du musée, permettant au public de rencontrer un artisan ou une artisane qui pratique un métier enraciné dans la tradition, mais qui s'inscrit dans la modernité.

C'est de l'autre côté de l'Atlantique, au Canada,  que Cyril Simard fit germer le concept de l'économusée.

 

Cyril Simard. Photo D.R

Cyril Simard naît à Baie-Saint-Paul, au Québec, en 1938. Il retient de sa formation première, l’influence déterminante de ses parents et de ses premiers maîtres : son père qui l’initie au commerce ; sa mère, à l’artisanat ; le frère Ernest Veilleux, à la musique ; le peintre René Richard, au dessin ; Mgr Félix-Antoine Savard, au musée et à l’écriture. Dans les années 1960, il devient architecte et se spécialise en artisanat et design. La carrière de Cyril Simard se partage en plusieurs volets : enseignement universitaire et pratique de l’architecture, direction de la Centrale d’artisanat, diffusion des connaissances par la télévision et le livre, conception et développement de projets au sein de la fonction publique québécoise, création du concept et du réseau des économusées. Il donne une longue entrevue dont nous reproduisons ici d’importants extraits qui forment une sorte de courtepointe en douze morceaux. https://www.erudit.org/fr/revues/rabaska/2011-v9-rabaska1819335/1005899ar.pdf

 

 

 

Jacques-Louis Teilhaud.jpg Il apparaît impensable de parler de la filature sans revenir sur le rôle de deux personnages qui, jusqu'à la dernière minute, ont travaillé pour sa maintenance, d'abord, ensuite pour sa survie,  et enfin pour le devoir de mémoire de ce legs patrimonial de chantier de la laine, des acteurs qui y ont passé une bonne partie de leur vie laborieuse.
Andrée Carrier-t.jpg
Jacques-Louis Teilhaud Andrée Carrier-Teilhaud

 

 

 

Jacques-Louis était, par filiation, le maître de céans. Il a pris la direction de la filature, au printemps de 1961, après le décès de son père. Il a poursuivi l'exploitation lainière pendant une trentaine d'années. Andrée, son épouse, toute jeune institutrice, arriva au coeur des années 50. Elle fut plus que l'épouse attentionnée du filateur. Elle devint un peu l'âme de cette filature et après le décès de Jacques-Louis, à la fin des années 90, elle fut la porteuse de ce devoir de mémoire de la filature. Les Teilhaud ont, par ailleurs, été les piliers fondateurs de la Troupe de Sagelat.

 

 

Au Centre d'interprétation de la laine, on a beaucoup travaillé cet été, pour accueillir les visiteurs mais, aussi, pour remettre les machines en état avec, cerise sur le gâteau, une réactivation du mécanisme pour les journées du patrimoine.

 

Bernard Laudy.jpg


Pour ce faire, il fallait des techniciens qui maîtrisent la connaissance de ces vénérables machines. C'était le cas pour Hervé Hocmelle qui, d'une part, supervisa le chantier et, d'autre part, guida les bénévoles. Bernard Laudy, dont les grands-parents étaient, entre 1932 et 1950, filateurs à Lavergne, renoua, donc, avec ses jeunes années quand il travaillait dans la filature familiale daglanaise aux côtés de ses parents, les regrettés Madeleine et Raymond. Hervé et Bernard ont trouvé des aides parmi les autres bénévoles.
IMG_0203.jpg

Bernard Laudy

 

Hervé Hocmelle

 

 

 

 

 Photos Pierre Fabre

 

 

_______________

 

 14 septembre 2018 011.jpg

 

Installation des grilles de protection 

Photo Clarianne Wytzes

 

 

 

DSCN4525.jpg

 

La carde en cours de nettoyage 

Photo Serge Righi

 

DSCN4528.jpg

 

Jean Jacques Raynaud et Bernard Laudy réfléchissent au meilleur moyen d'installer les grilles de protection.

Photo Serge Righi

 

DSCN4530.jpg

 

Mécanique de précision par Jean-Pierre Caron-Lys 

Photo Serge Righi

 

DSCN4529.jpg

 

Jennifer continue son travail de nettoyage de fond des rouleaux de la Carde

Photo Serge Righi

 

DSCN4531.jpg

 

Jennifer, ici aidée par Jean-Jacques, continue son travail de nettoyage de fond des rouleaux de la Carde.  Photo Serge Righi

 

DSCN4532.jpg

 

Jean Pierre et la burette 

Photo Serge Righi

 

DSCN4533.jpg

 

 

Edith Thiniat et Ginette Laudy enlèvent la rouille des galets du Renvideur  

Photo Serge Righi

 

 

DSCN4534.jpg

 

Là c'est David Martin qui enlève la rouille des galets du Renvideur. Tous les bénévoles méritent d'être remerciés, pour David ces remerciements se doivent d'être particulièrement soulignés.

Photo Serge Righi

 

 IMG_0207.jpg

 

Mes amis Ginette et Bernard ont renoué pour cette rencontre avec l'activité lainière.

 

Photo Pierre Fabre

 

IMG_0216.jpg

  

Les Badefolois Hervé Hocmelle, le pilier technique de l'opération, son épouse et Clarianne, après les travaux, prennent un repos bien mérité.

Photo Pierre Fabre

 

DSCN4523.jpg

 

L'équipe de bénévoles - presque - au grand complet

Photo Serge Righi

 

14 septembre 2018 022.jpg

 

 

Le repas de midi commençant par un apéritif

Photo Clarianne Wytzes

  

______________ 

 

En instance :

 

   - le rendez-vous du forum des associations

   - une citadelle de la Résistance verte

   - reprise des activités chez les Z'Igolos



25/09/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres