Terres de Nauze

Deux Nathalie au profil ô combien différent.

Nath Fabre.jpg


 Nathalie Barde.jpg

Nathalie Fabre,

maire de Montferrand-du-Périgord.

Liste P.C

 

Nathalie Barde,

conseillère départementale de Trévoux.

Liste U.D.I

 

 

Ces deux charmantes personnes figurent sur des listes pour les élections européennes du 26 mai prochain.

 

Ne me demandez pas pour laquelle des deux, je m'apprête à déposer mon bulletin de vote du 26 mai. Depuis qu'un des rarissimes hôtes de l'Élysée, par modestie républicaine et par choix, ne s'attarda pas dans ce palais, rien à voir avec ces "césaristes" qui privilégient, avant toute chose, leur élection ou leur réélection et le grotesque culte du moi, fit adopter l'usage de l'isoloir, nous ne sommes plus comptables de notre suffrage qu'avec notre conscience. Merci Armand Fallières qui, par ailleurs, affirma, certes sans succès, son opposition à la peine de mort en usant systématiquement, ou presque, de son droit de grâce. En 1912, le gouvernement instaura l'usage de l'isoloir lors des élections afin de mieux garantir le caractère secret du vote.

 

Revenons sur ce fort joli prénom de Nathalie. Ce prénom féminin d'origine latine signifie "naissance", en référence à celle du Christ. On lui trouve plusieurs variantes, tout aussi belles, dont Natalia et Natacha.

Il paraît permis de penser que, pour les Nathalie, comme pour tous les prénoms, les personnes qui l'ont choisi, pour beaucoup, n'ont pas recherché l'origine.

 

Aujourd'hui, ce blog va vous parler de deux Nathalie, au profil ô combien différent. Toutes les deux sont, par leur naissance, du Périgord. Ces deux personnes ont une affinité commune : la vie citoyenne et publique. Une, depuis toujours, est bercée par l'aspiration populaire qui l'a conduite dans la vie associative, notamment sportive ; et, en franchissant les portes de la mairie de son petit village, un des plus beaux du Périgord, après six années d'écoute, d'observation et de réflexion, fut amenée à ceindre l'écharpe tricolore au gland d'or. Naturellement, elle siège à la Communauté de communes des bastides Dordogne Périgord. La seconde, de la même génération, milite pour une société libérale. Elle, aussi, siège dans l'assemblée communale de sa ville, Reyrieux, et, naturellement, elle s'est sentie attirée par le débat public. Elle prit le nouveau canton de Trévoux, ancien chef-lieu d'arrondissement de l'Ain, dans les Dombes, lors des élections départementales et elle siège à la communauté de communes des Dombes.

Cette communiste, de cœur, et cette libérale, par conviction, ont été retenues pour figurer, respectivement, sur la liste communiste menée par Ian Brossat et sur la liste UDI ouverte par Jean-Christophe Lagarde.

Les sondages leur laissent peu d'espoir d'accéder au parlement européen mais elles font leur, la devise de la maison d'Orange "Il n'est pas besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer". 

 

 

Un petit mot sur la terminologie éligible. Les appareils politiques, l'opinion publique, vous, moi, avons vidé le sens de ce mot. Pour beaucoup, éligible signifie "bien placé(e) pour être dans le contingent des élus".

Dans le sens de la langue française, beaucoup moins restrictive, c'est simplement la capacité à être candidat aux élections. Une personne est donc parfaitement éligible dès lors qu'elle jouit des droits requis pour se présenter à une élection par voie de suffrages.

 

Nathalie Fabre et Nathalie Barde, a priori, sont donc parfaitement éligibles.

 

Dans notre pays qui est, ce n'est pas rien de le rappeler, le pays où l'on rédigea les Droits de l'Homme et du Citoyen, un esprit ouvert, Nicolas de Condorcet, voulut que cette terminologie homme soit prise dans un sens plus large et ce n'était pas alors dans l'esprit de tout un chacun de ces concepteurs. Merci Condorcet ! À la même époque, une grande dame, Olympe de Gouges, voulut que les femmes qui avaient le droit de monter à l'échafaud, puissent avoir les mêmes droits que les hommes. Plus tard, Louise Michel milita, avec fermeté, pour ces droits égalitaires.

 

Nous voilà, aujourd'hui, sur "le grand chemin" !

 

Oui, Nathalie, si dans notre pays, la féminité s'est affirmée avec élégance et éclat, dans l'Humanité, elle rencontre, hélas, de redoutables et terribles problèmes. Oui, Nathalie, il reste encore bien des matchs à jouer ou à rejouer !

 



01/05/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres