Terres de Nauze

Capdrot, une agglutination lexicographique celte

 

CAPDROT

un village sylvestre qui ouvre une vallée chargée d'histoire

 

 

Cliquez sur les images

 

 01 - Source fontaine de Capdrot.jpg

 

Non, cette fontaine de village ne recouvre pas la source du Dropt. Celle-ci, depuis un demi-siècle, s'est perdue à 3 Km de là.  Photo © Bruno Marty

 

 

02 - Source à Capdrot - Montage.jpg

 

Grâce à l'obligeance d'Henry Noël, l'employé communal, Bruno a pu prendre une photographie de la source, bien close pour des raisons d'hygiène et de sécurité. Celle-ci sourd à la sortie du village. Photo © Bruno Marty

 

 

Le Dropt, rivière de 132 Km, rivière des bastides, s'étire sur trois départements aquitains, Dordogne, Lot & Garonne et Gironde.

Son orthographie, Dropt, est aléatoire pour la commune de sa source, Capdrot, et pour celle de sa confluence, Caudrot,  avec la Garonne.

Cette belle rivière n'a, bien sûr, rien à voir avec le drop, abrégé de l'anglais drop kick (coup de pied tombé), geste technique au rugby à XV, qui consiste à lâcher le ballon des mains et frapper du pied juste après son rebond au sol.

 

le bassin du Dropt

 

Si le toponyme de Capdrot, tête du Dropt, le cap occitan étant la tête, ne paraît pas contestable, pour Caudrot, Wikipédia relève plusieurs hypothèses.

Ce toponyme peut s'analyser comme composé du mot latin cauda qui signifie 'queue' et de Dròt, le nom de la rivière, ce qui donne 'confluence du Drot'.

Mais les formes latines ultérieures diffèrent : Calsdrotium (1079-1095), Causdrocum (1273), Causdrotum (1274), Calciodroto (XIVe siècle) …

Ces réfections savantes optent pour un premier terme basé sur le latin calx 'talon' d'où le gascon cauç 'souche'. Cette interprétation aurait donné un système cohérent Cap Dròt pour la source (tête) - Cauç Dròt pour la confluence (pied). Mais les formes les plus anciennes ne cautionnent pas cette approche.

Son nom gascon est Caudròt [kawˈdrɔt].

 

D'aucuns, allant -peut-être- vite en besogne, associent  le Dropt à divers cours d'eau, dont la Dordogne, hydronyme d'un ancien Durānius, dérivé de la racine préceltique dur-, dor- (cf. la Durance, le Douro/Duero, etc.).

 

 

Élisée Cérou s'interroge : le Drot ou le Dropt ? Appellation d’origine ibérique, suivie d’un culte druidique de l’eau ?

 

Image associée

Si l'on se réfère au Dictionnaire topographique de la Dordogne, du Vicomte de Gourgues, le Dropt était qualifié, en 1004, de " Droth Torrens " ce qui signifiait que c’était un torrent ! En 1053, il est mentionné " Drot " ; en 1095, on peut lire " Droz » ; en 1168 « Drotius » ; en 1554, on l’écrivait « Drucum » puis à partir du XVIIème siècle « Dropt ". 

Élisée Cérou

 

 

Si l’on examine la carte routière Michelin, on remarque immédiatement que de Capdrot à Eymet, son nom est orthographié " DROPT " ; par contre, à partir de là et jusqu’à son embouchure, il est orthographié " DROT ". Par ailleurs, une chose est fort troublante et mérite d’être prise en compte : c’est le fait que tous les toponymes de lieux-dits (ou villages) placés en bordure de cette rivière et comportant son nom, sont orthographiés avec " pt ". http://www.gam-monpazier.fr

 

 

Où est passée la source du Dropt ?

 

« Le Dropt prend sa source à Capdrot », dit-on. De fait « Capdrot » peut s’interpréter comme dérivant du latin caput Droti ou/et de l’occitan cap del Drot, c’est à dire tête du Drot. La carte à 1/25 000 de l’IGN (éd.2000) indique une fontaine de Bonnefon (à environ 3 km à l’Est de Capdrot) qui semble bien correspondre à la source du Dropt. Ceci est en accord avec « source à Capdrot ». Toutefois, les tirets qui marquent les premières centaines de mètres indiquent que le débit de la fontaine n’est pas permanent, grave défaut pour la source d’une rivière …
D’ailleurs, Xavier Girard, dans un travail effectué pour le C.A.U.E. d’Agen, écrit à propos de la source du Dropt :
Autrefois, le Dropt avait sa source à Bonnefon […]. Un plan cadastral de 1840 indique la naissance de la rivière en cet endroit. Cependant, depuis le tremblement de terre d’Arette dans les années 70, l’eau ne coule plus à Bonnefon et le Dropt a plusieurs petites sources.
Mais alors, peut-on définir, aujourd’hui, la « vraie » source du Dropt ?

 

http://loudrot.blog.lemonde.fr

 

 

Avec Bruno, nous avons cherché à identifier la plus haute source du Dropt. Si en 2018, nous avons localisé, bien cachées dans la végétation, les sources de la Nauze, la source sèche, celle qui très rarement sourd sur le flanc collinaire de Cabirat, et  celle qui demeure pérenne, pour le Dropt, nous n'avons pas trouvé d'équivalence ; mais, dans notre prochain regard sur ce haut Dropt, avec ce blog, nous  reviendrons vers vous pour vous parler de ce creuset qui ouvre un cheminement naturel au piédroit de superbes bastides.

 

 

 

 

___________

 

 

 

Vont suivre :

 

 

À Capdrot, dans les reliefs sylvestres, on découvre le prix de l'eau. 

 

- Tout comme les Hauts de la Couze et le Valech, le cours supérieur du Dropt, désespérément à sec

 

- Le vernissage de la galerie de peinture

 

 - Siorac compte de très jolies fontaines bien imparfaitement connues; il y aura deux volets.

 

 - Une troupe bigourdane de théâtre attendue à Sagelat et à Villefranche, viendra vous parler d'une histoire sous l'Occupation. Un comédien de la troupe établit ses racines familiales dans les Hauts de Lémance et dans le bassin de la Nauze. 

 

 - Une lettre séculaire

 



01/04/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres