Terres de Nauze

Bon anniversaire Tahnee.

J'évite, au maximum, de citer, au premier chef, les êtres qui me sont les plus chers. Aujourd'hui, je vais faire exception pour Tahnee.

Tahnee.jpg

 

Tahnee, aujourd'hui, atteint le quart de siècle. C'est certainement banal mais cela me plonge dans bien des souvenirs. Je revis ces moments délicieux où la petite fille me faisait dresser une liste d'actions à réaliser dans la journée : aller promener Mufasa, aller à bicyclette voir un village, aller voir la source, aller écouter les oiseaux dans la colline. 

Tahnee.jpg

 

 

C'était aussi bien doux de partager avec ses plus jeunes cousins germains, l'écoute de contes !

Comme tout le monde, Tahnee a poussé. Elle a bien grandi. Elle a été dans bien des pays... sans passer par le club-Med. Elle a découvert  les conditions d'existence bien difficiles de ce monde où les populations sont bien loin de jouir du minimum vital.

Agnostique par "tradition familiale", elle a donné bien des mois dans un orphelinat catholique du Burkina-Faso, ce qui a suscité chez elle, bien des fois, des cris  d'injustice.

Elle voudrait, naturellement, que toutes les femmes de la création aient droit à la reconnaissance et à l'égalité citoyenne.

 

Elle déteste le racisme et son corollaire, la xénophobie.

 

Tahnee a pour les animaux, un regard plein d'affection et elle a recueilli un quadrupède qui partage avec elle, l'étroitesse de son logis.

 

Sa profonde sensibilité fait que l'idée des humains mangeant les animaux, la bouleverse.

 

Cette année, elle va terminer son cursus universitaire et, croisons les doigts, espérons qu'elle va s'épanouir dans ses espérances de vie active au service de personnes en souffrance.

 

Tahnee, ma petite-fille que je vois trop rarement, aurait certainement été la fierté de son trisaïeul paternel qui aurait tant aimé que son patronyme soit aussi celui du poète dantonien qui a apporté son lyrisme au calendrier républicain. Elle aurait certainement, aussi, émerveillé sa trisaïeule paternelle qui, sa vie durant, n'a jamais voulu utiliser son patronyme marital parce qu'elle tenait à celui de ses ancêtres.

 

Non, Tahnee n'est pas une jeune fille à inscrire au livre des records. Elle est, tout simplement, Tahnee. Tahnee qui fait que, par son désir, non d'émerveiller mais d'assister, elle est une petite-fille bien dans la continuité de ces familles qui de Franche-Comté à la Vendée et aux terres occitanes, peuvent être fières de la compter parmi les siens.

 

 

Bon anniversaire Tahnee. 





14/04/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres