Terres de Nauze

Mercredi, les cloches vont sonner.

 

 

Des cloches (illustration)

 

 

Crédit : SIPA / Gile Michel

 

S'il est un rituel qui établit son embasement dans deux millénaires de culture chrétienne qui, à aucun moment, ne suscite de sarcasme ni de mépris insolent et intolérant, même parmi les plus fermes agnostiques, c'est bien celui des cloches.

 

Les cloches héritières du tocsin appellent certainement au recueillement des cérémonies religieuses ; c'est là une de leurs fonctions initiales. Elles ont dans l'histoire, été l'instrument d'alerte de dangers, incendies et catastrophes incontournables de toutes natures, dont l'approche de bandes scélérates de pilleurs ou d'envahisseurs.

 

Notre siècle, il en est à sa seconde strate de l'informatique, des moyens audiovisuels et de l'internet,  nous ramènera, un peu, à l'humilité de nos ancêtres quand ils entendaient ce cri d'alerte émis par les cloches. La messagerie des cloches va bien au-delà du recueillement de l'Angélus de Millet.

 

Ce sera mercredi à 19h30. Tous, nous serons réunis dans ce lien sonore qui, de notre capitale jusqu'au plus petit village, nous rappellera que nous sommes bien peu de chose et que les scientifiques les plus compétents sont devant un problème planétaire qui, par sa sévérité, nous plonge dans l'inquiétude voire dans l'effroi.

 

Mercredi, en entendant sonner les cloches à 19h30, puissions-nous tous avoir une pensée pour celles et ceux interpellés par ce fléau du coronavirus, notamment pour celles et ceux qui ont dû quitter ce monde sans avoir la proximité de leurs êtres chers. Nous penserons aussi à toutes celles et à tous ceux qui, avec un civisme inégalé à ce jour, pour sauvegarder la communauté, font face, au péril de leur vie, à ce mal mondial transverse et inédit.

 

 

On peut noter que, bien sûr, l'épidémie du coronavirus n'épargne aucune catégorie humaine. Nos voisins et amis italiens dont les pertes sont considérables, ont constaté de nombreux décès de membres du clergé, exposés par leur mission, avec de nombreux prêtres, souvent très âgés, emportés par l'épidémie. 

 

 

 



23/03/2020
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres