Terres de Nauze

Une historique promenade musicale du chef de chœur de L'Ensemble vocal de Belvès

 

 Andrée

 

Andrée Westeel, chef de chœur de l'Ensemble vocal de Belvès, invitée par Michel Ribette à s'exprimer sur le chant des oiseaux, a gentiment répondu à sa demande.

 

 

https://terres-de-nauze.blog4ever.com/lausel-que-canta-l-oiseau-qui-chante

 

 

 

 

 

 

Michel m'a gentiment sollicitée pour compléter son article merveilleusement illustré et documenté, je vais donc donner quelques aperçus de mes souvenirs de jeunesse, ayant été étudiante en musique et choriste à Paris, puis chef de chœur à Belvès mais sans prétention de "musicologue"! 

 

Ayant habité 18 ans rue de l'Oiseau qui chante, j'ai trouvé une introduction propice à relater quelques souvenirs!!

 

Les chants d'oiseaux ont inspiré les compositeurs à toutes les époques. 

 

Déjà aux 12ème, 13ème siècles, le thème de l'oiseau inspirait les trouvères et troubadours dans la poésie courtoise du Moyen-âge.

 

Il était le messager allant dévoiler l'amour à sa belle, parfois témoin de sa tristesse ou au contraire de ses élans amoureux ou complice d'adultère ; ex : Din dirin din, anonyme.

 

À la Renaissance c'est le chant lui-même qui sera imité par des onomatopées en musique vocale polyphonique dans " le chant des oiseaux " de Clément Janequin.

 

Le merle, le sansonnet, le rossignol et le coucou invitent à se réveiller à leur écoute.

 

Au 17ème siècle des musiques instrumentales prennent le relais Exemple au clavecin par  Louis Claude d'Aquin : "l'Hirondelle" et "le coucou" ou bien J. Philippe Rameau :" la poule" imitant son caquètement.

 

Au 18ème siècle puis au 19ème c'est l'orchestre qui s'applique à refléter les éléments de la nature et en particulier les chants d'oiseaux: Vivaldi en étant une parfaite illustration dans les 4 saisons puis au 19 ème Beethoven avec la symphonie pastorale. 

 

N'oublions pas" la flûte enchantée" de Mozart (dont la symbolique nous entrainerait hors sujet) mais on peut quand même souligner le personnage de Papageno, habillé de plumes, qui chasse les oiseaux pour la Reine de la nuit et qui évoque la légèreté et la futilité.

 

Au 19ème les exemples ne manquent pas avec le carnaval des animaux de Saint Saens (on peut amuser les enfants à leur faire entendre puis écouter  leurs commentaires, à l'audition de : la volière, le cygne, le coucou, les poules et coqs)

 

Même chose pour " les tableaux d'une exposition"  de Moussorgski avec le ballet des poussins dans leur coque.

 

Ou bien dans "Pierre et le loup" de Prokofiev, bien sûr l'oiseau tournoyant autour du loup est évoqué par la flûte

 

D'autres titres me viennent encore à l'esprit dans  les 7 lieder de Brahms   : Ein klein vogel  ou l'opéra de Rossini :" la pie voleuse" 

 

https://www.youtube.com/watch?v=qcjDQyjGp08

https://www.youtube.com/watch?v=qbm9IzL3tIo

 

Au 20ème siècle" l'oiseau de Feu" de Stravinsky ou bien "le catalogue d'oiseaux" de Messiaen ouvrent la porte à encore d'autres exemples montrant les chants d'oiseaux comme sources d'inspiration ou d'imitations. À ce propos, Jean Boucault et Johnny Rasse ont imité par leurs sifflements de nombreux oiseaux soutenus par une improvisation au piano par J. François Zygel : calme et sérénité garantis à les écouter.

 

D'autres exemples seraient à évoquer certainement mais ce petit aperçu montre combien Michel Ribette a raison de nous émerveiller avec les oiseaux et nous ouvre la porte à une écoute concentrée de notre environnement. 

 

 

 



02/06/2020
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres