Terres de Nauze

Un collectif associatif et caritatif reparti pour un second septennat

 

 

 

Photo 11.jpg

 

Photo © Bruno Marty

 

C'est autour de la Nauze que des bénévoles ont relancé la vie festive sagelaco-fongauffiéraine. C'est donc, tout naturellement, autour de la table "nauzéroise" de Nathalie et d'Etienne que ces bénévoles ont marqué leur septennat d'activité.

 

IMG_3437.jpg

 

 

La renaissance festive sagelacoise s'appuie désormais sur un premier septennat.

 

Il y avait, jadis, une fête votive dans chaque village ; mais, la seconde moitié du XXème siècle fut marquée par bien des abandons dans ce domaine pour les villages et les plus importantes précipitèrent les plus petites dans les champs de l'intimité ou de l'oubli.

Les fêtes de villages et de bourgs subirent, de plein fouet, la concurrence des grandes manifestations attractives, à l'image des fêtes printanières de Siorac, estivales de Beynac ou la Saint Louis du Bugue, dans une moindre mesure, de la fête pré-automnale de Belvès ou de festivités, parfois éloignées, comme la félibrée, que la motorisation rendait accessible.

 

La fête fongauffiéraine sérieusement hypothéquée par son positionnement identique à celle du Bugue, tenta une première renaissance, en 1961, en avançant sa date et ce fut un succès. Il n'y avait pas de comité des fêtes formel et pendant bien des années, des collectifs informels juvéniles s'occupèrent de la fête villageoise. Il ne s'agissait, alors, que de dresser des guirlandes, dans l'après-midi, d'organiser des jeux pour les enfants, de lancer un ballon -et là, c'était un exercice difficile- et enfin de tirer un modeste feu d'artifice. Le clou de la fête diurne était la course cycliste dont la dernière fut gagnée le lundi 31 août 1953 par le Fongauffiérain, Adrien -dit-GeorgesEstrade, défaisant le favori X. Jugie. D'aucuns avaient dit que c'était un peu artificiel. Dans les époques plus anciennes, il y a eu, aussi, des courses d'ânes qui suscitaient beaucoup d'amusement. À partir des années 60, la fête devint plus conséquente avec des animations plus recherchées, toro de fuego, nocturne cycliste humoristique, défilé de chars, scènes burlesques, bicentenaire de la cloche sagelacoise, reprise d'un cortège de Thierry la Fronde, simulation d'alunissage d'Apollo 11, un mariage occitan...

 

De comité informel,  la structure devint plus officielle. Après les années où les personnages-clé furent Yvan Guludec, assisté d'Yvette son épouse, ainsi qu'Andrée Teilhaud, pivot de l'amicale laïque, le binôme de Jean-Paul Petitdemange et de Jean-Louis Brisse prit le relais avant que le comité des fêtes ne se structure autour de Philippe Relhier. Une longue pause a suivi et l'on croyait bien que les fêtes fongauffiéraines avaient chu dans les tiroirs historiques de la vie locale.

 

C'est un peu grâce à la félibrée que la renaissance festive pointa son nez. Le bénévolat d'appui à cette fête occitane de 2011, suscita le déclic qui fit qu'en 2012, les bords de Nauze renouèrent avec la fête. La thématique de fête à l'ancienne relança cette tardive manifestation de fin d'été.

Pour cette rencontre, Yohan, l'animateur des évolutions sportives du C.D.F, Alain et Sylvie, les partenaires des Hauts de Lémance, Bernard et Patricia, des Hauts de Beuze, pris par des incompatibilités calendaires, ne pouvaient être présents.

 

 

IMG_3434.jpg

 

Marie-Noëlle, de rouge vêtue, au centre de cette image, personnage essentiel du Téléthon, en Sud-Dordogne, se plaît à venir chaque année, à Fongauffier, lors des animations du comité des fêtes où elle apporte toute son ardeur à la logistique. 

 

Une heureuse spécificité locale.

Faire la fête, c'est certainement bien pour relancer la vie locale qui a bien besoin d'un vecteur tonique pour entretenir l'esprit de village ; mais, trouver une finalité caritative à cette manifestation, c'est, certainement, mieux. Après avoir essuyé les plâtres, le comité des fêtes s'est donc trouvé un axe majeur pour donner un but caritatif à sa renaissance. Le comité des fêtes sagelacois, chaque année, apporte la majorité de son trésor de guerre au Téléthon. Le Téléthon, événement caritatif organisé depuis 1987, par l'Association française contre les myopathies, pour financer des projets de recherche sur les maladies génétiques neuro-musculaires, essentiellement, mais aussi sur d'autres maladies génétiques rares, manifestement, est une grande cause qui donne un panache de grandeur à la vie du comité des fêtes. On ne peut que s'en réjouir.

 

 

IMG_3429.jpg

 

 

Non, ce n'est pas une table "huileuse", c'est simplement celle du trinôme  du C.D.F

 

 

IMG_3430.jpg

 

 

Les bénévoles des deux rives de la Nauze, pour une fois, ne servent pas, ils sont servis. La copie sera, peut-être, revue en 2026.

 

 

IMG_3432.jpg

 

L'animateur, ce dimanche-là, est venu sans son microphone.

 

 

IMG_3434.jpg

 

Il n'y a pas de petites missions dans une animation festive, seulement un désir de réussite collective.

 

 

IMG_3436.jpg

 

La table des artificiers. Le feu d'artifice est à la fête, le point d'orgue nocturne toujours apprécié.

 

 


IMG_3433.jpg

 

 

Non, ils n'attendront pas 2026 pour se retrouver après un second septennat car l'heure du Téléthon approche.

 

 

Photos Pierre Fabre



07/10/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres