Terres de Nauze

Sous l'épée de Damoclès.

PAYS de BELVÈS



Cliquez sur les images.

 

CIMG3263.jpg

 

 

 


Aujourd'hui, 27 décembre, le blog Terres-de-Nauze vous emmène à la gare, à la rencontre de Noëlle, une hôtesse bien nommée.  Noëlle est Buissonnaise. Elle s'accroche à son poste, certainement, avec inquiétude. Cette année 2017 pourrait bien être une année fatale pour la présence commerciale dans cette petite gare où Noëlle sait parfaitement accueillir avec une "fibre commerciale" qui l'honore. 
 

 

 

 

 

Noëlle est en poste à la gare de Belvès avec un contrat qui se termine, en principe, le 31 janvier 2017. Pour elle, après, c'est le saut vers l'inconnu. En attendant, elle accueille ses clients avec une délicate attention pour chacun.

 

CIMG3267.jpg

 

Ici, elle apporte au public, l'écoute, l'assistance et la chaleur humaine qui, à l'ère de l'informatique, ont tendance à devenir des valeurs qui ont bien du mal à perdurer. 

 

CIMG3266.jpg

 

Noëlle pose devant les installations de sécurité qui sont toujours, ponctuellement, opérationnelles. C'est notamment le cas lorsque, pour soutenir un programme de travaux, on a besoin de recréer un refuge sécuritaire dans ce site qui, jadis, a connu ses temps forts lors des circulations de trains lourds de fret, tractés en unités-multiples, filant vers le pôle de Fumel. 

 

 

Autorisons-nous un regard plein de nostalgie.

 

André donne le signal de départ.jpg

 

Notre ami, André Brun, lors du cent-cinquantenaire de la ligne, nous a recréé l'image pleine de nostalgie d'un factice signal de départ. Il usa d'un guidon de l'époque qui, de 1948 au coeur des années 70, dégageait toute la solennité sécuritaire d'un geste professionnel qui était loin d'être banal. Depuis, les guidons de départ, plus simples dans leur élaboration, ont grandement retranché le panache de cette gestuelle voulue par son concepteur, presque grandiose. Le chemin de fer, par bien des côtés, a installé sa culture sur des bases rigoureuses proches de la discipline militaire. Le vocabulaire suivait. On trouvait des divisions, des subdivisions, des sections des cantons, etc. La hiérarchie, elle aussi, empruntait, même pour les emplois les plus modestes, des brigadiers, des brigadiers-chefs, des chefs de manoeuvres... 

 

 

Les chefs de gare.jpg

 

Le 4 août 2013, André, au centre de l'image, pose, entouré de Patrick Baconnier et du regretté Robert Delpech. Marie-Noelle Laval, à gauche sur l'image, est toujours la dirigeante de proximité de ce secteur ferroviaire.

 

Photos Pierre Fabre.



27/12/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres