Terres de Nauze

Qui, à St Laurent, prendra le relais de Nadine Friconnet, volet n° 2.

 

Pourquoi boucler ces regards d'amont des municipales, à St Laurent ? Il y a trois raisons majeures. St Laurent est la plus "nauzéroise" de nos voisines externes en partie du limbe de la Nauze. L'appareil municipal saint-Laurentais connaît depuis la Libération, un vivifiant alternat salutaire à l'expression citoyenne. Les Saint-Laurentais, par ailleurs, démontrent qu'ils savent affirmer une riche et saine réactivité citoyenne, en sortant du ronronnement monotone de la liste unique.

 

 

Saint LAURENT-la-VALLÉE

 

Lundi 9 mars, ce blog remonta le Valech pour rendre compte de la candidature de la liste ouverte par Danielle Rouvès qui aspire à prendre le relais de Nadine Friconnet qui, après deux mandatures de maire parfaitement remplies, n'a pas estimé devoir solliciter à nouveau les suffrages de ses concitoyens. Danielle Rouvès a, autour d'elle, une équipe qui, si elle est élue en totalité, peut à elle seule pourvoir l'ensemble des sièges.

Dans les communes rurales de moins de 1 000 habitants, les aspirants à la vie municipale peuvent partir à la "préhension" de leur mairie avec une liste incomplète, voire une candidature unique.

Le législateur a défini pour ces communes rurales, des candidatures concourant pour un scrutin plurinominal majoritaire par opposition aux candidatures de listes pour les communes qui atteignent ou dépassent les 1 000 habitants.

Saint Laurent aura, donc, face aux candidatures regroupées autour de Danielle Rouvès, un sextuor de citoyens regroupés, avec pour conducteur Lilian Gilet, et un trio, J-Marc Pinault, Guillaume Saphary et Jérôme Dumas, qui tenteront d'obtenir un sésame pour accéder à la table du conseil municipal.

Bien entendu, ce sera aux électeurs saint-laurentais d'en décider et, naturellement, à eux seuls. N'allez pas chercher quels candidats, pourrait bien soutenir ce blog… Ici, comme ailleurs, ce lien entend être d'une parfaite neutralité.

On peut néanmoins se réjouir qu'à St Laurent, le civisme ait un sens et qu'il y ait, pour les municipales, de véritables élections alors que dans l'écrasante majorité des communes rurales, on assistera au ronronnement atone, presque fataliste, des citoyens réduits à l'acquiescement et à l'impuissance, par la validation d'une liste qu'ils ne peuvent même pas nuancer.

 

CLIQUEZ SUR LES IMAGES

 

Francis Franc, Pierre Maniere, Lilian Gilet, Marie-Annick Hazard-Ducoin, Christian Boesch et Vincent Lascombes

 

Francis Franc, Pierre Maniere, Lilian Gilet, Marie-Annick Hazard-Ducoin, Christian Boesch et Vincent Lascombes 

 

 

IMG_0455

 

 

Postulant pour la plus belle écharpe, Lilian Gilet, pilote de cette réunion-débat du 12 mars,  a laissé ses colistiers se présenter. Tous l'ont fait avec beaucoup de prestance. Il y avait là, des candidats historiquement de ce terroir saint-laurentais ou aux racines béarnaises, alsaciennes ou champenoises. C'est l'affirmation d'une parfaite et heureuse évolution de la ruralité qui, de plus en plus, devient une terre d'accueil qui favorise l'implantation et l'enracinement des générations nouvelles. Notons que Marie-Annick, mère d'une belle famille, apporte d'une part, sa note de féminité dans le sextuor et d'autre part, une richesse par sa compétence citoyenne.

 


J-Marc Pinault , Guillaume Saphary et Jérôme Dumas

 

Jérôme Dumas, Guillaume Saphary et J-Marc Pinault, 

 

 

IMG_0451

 

Une salle bien remplie et un auditoire attentif. Les questions et remarques se sont succédées.

 

 

IMG_0463

 

 

On pouvait remarquer, au troisième rang, Nadine Friconnet, maire sortante et à la dernière rangée, à droite sur l'image, Christian Escoubeyrou, maire de 1989 à 1995.

 

Photos Pierre Fabre

 



13/03/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres