Terres de Nauze

Préavis de décès.

 

 

 

En bout de table, sur la gauche, on remarque Jean-Bernard Lalue, maire de Monplaisant, qui a chaleureusement accueilli les blogueurs ; sur la droite, on aperçoit Maryse Durand, maire de Sainte Foy. Noëlle Choublier-Grimbert, cheville ouvrière de l'historicité du patrimoine local, qui, avec Claudine Marty, conseillère municipale de Belvès, apportent leurs riches appuis à ce lien, sont placées face à face autour de cette table où l'on pouvait apprécier d'autres nouveaux venus. Photo Pierre Fabre.  

 

Fixée au vendredi 12 mai, en fin d'après-midi, l'ultime réunion des blogueurs, sans être aussi "désertique" que celle de 2016, n'a franchement  pas mobilisé.

Une quinzaine de personnes sont néanmoins venues dont  le premier magistrat de Monplaisant.  Saluons la démarche de têtes nouvelles : Marie, elle tenait à venir mais n'a pu rester que pour l'ouverture, Jean-Bernard, Daniel, Martine, Annick, Muriel, Noëlle et Maryse.

 

 

Un constat sévère et certain : ce blog s'effondre. Ce blog Terres de Nauze, forme nouvelle assembleuse de Fongauffier-sur-Nauze et de Val-de-Nauze, impacte beaucoup moins que les versions antérieures : environ 180 visites par jour. Ce chiffre est bien en deçà des 260 visites des anciennes versions.

Ce recul s'explique par un nombre croissant d'internautes, non maîtrisé, qui accède à ses pages par  Tweeter ou Facebook, par la lassitude ou (et) l'indifférence, parfaitement logiques et naturelles, du lectorat. Une difficulté endémique d'abonnés inscrits qui disent ne pas recevoir les articles et les newsletters. Il y a, parmi eux, des personnes qui ont du mal à "naviguer" sur le blog, problème de serveur ou autre. Certains abonnés sont loin d'ouvrir leur P.C. tous les jours.

Les abonnés qui n'ont pas consulté les 9 derniers envois, sans être radiés, systématiquement, ne reçoivent plus le 10ème et les suivants. Il leur faut réactiver. Le mieux pour ces abonnés est de créer un raccourci bureau et d'accéder au blog quand ils le souhaitent.

 

 

Un constat qui en dit long. Le lectorat peut, s'il le souhaite, exprimer sa satisfaction, après avoir vu un article en usant du lien "j'aime" qui figure en bas de chaque article. Celui-ci est utilisé d'une manière plus que rarissime ce qui, manifestement, tend à souligner la passivité du lectorat. Ce blog a présenté des reportages, à mon modeste sens, d'un excellent niveau, grâce à l'apport photographique d'une technicité remarquable de Bruno Marty et ceux-ci, manifestement, ont plu. Ils n'ont tout de même pas attiré des dizaines de commentaires de panégyriques flatteurs.  Bruno, tout comme votre humble serviteur, n'en a que faire, néanmoins  des encouragements pour ce partenaire qui, dans un bénévolat artistique d'exception, se dévoue, seraient toujours agréables à remarquer et  pourraient stimuler.

La faculté de placer, en dehors de la banalité, des commentaires, elle aussi, est rarement empruntée : par exemple, pour souligner l'adhésion à un projet, ou, avec force, la réserve à d'autres…  

Les remarques, les critiques et les commentaires sont les atouts d'un blog. Ce sont des points d'appui qui déterminent les attentes, les indifférences voire les hostilités.

 

 

L'échec de ce blog. Quand l'insuccès total est au rendez-vous, on parle, de nos jours, de flop.  Quelles étranges motivations avaient pu germer pour la naissance du blog initial de Fongauffier-sur-Nauze. La première motivation est l'attirance de ce bassin de vie autour de la Nauze, la plus ancienne ouvrière de nos collines et vallons, le désir de parler de ses riverains, de ses collectifs qui impulsent la vie locale par le savoir-être de nos ruraux.  Il y a près de 10 ans, les communes de Monplaisant et de Sagelat avaient des chantiers à mener, la construction d'une nouvelle mairie, salle des fêtes à Monplaisant, la rénovation de la salle des fêtes de Sagelat et la modernisation de la cantine. Les deux communes avaient un chantier commun avec divers travaux de génie civil à Fongauffier. Belvès, un peu après Villefranche, se saisissait du flambeau félibréen et s'investissait dans la vie occitane avec sa quatrième félibrée. Avec une "prétention grotesque, candide, immesurée et sans limites", ce blog voulait être l'accompagnateur de ces initiatives locales parce qu'elles intéressaient, voire passionnaient la population de nos campagnes.

Une raison antérieure d'une stupidité puissance X, qui n'était pas la moindre dans la genèse des fonts baptismaux laïques de ce blog, était qu'il ne semblait pas totalement hors de portée, de corriger l'aberration du découpage territorial, en amenant les Monplaisanais et les Sagelacois à réfléchir sur la pertinence de vivre ensemble dans une entité unique. Elle aurait pu fédérer les moyens et faire que la Nauze ne soit pas une séparation mais un lien fusionnel.

 

Les illusions perdues. Non, ce papier n'a pas l'intention de vous lancer sur les traces de l'œuvre de Balzac. Si j'ai, stupidement, cru que l'intérêt général pouvait anéantir les considérations plus "égocentriques", j'ai, depuis, bien mesuré combien cet obstacle s'avère plus que difficile à éradiquer.  Les plus petites communes rurales vont s'accrocher à demeurer, ont-elles raison ou tort, c'est un autre débat,  pour être, à terme, cueillies par les plus importantes !

 

 

Échec dans les recherches. L'annonce de la réunion des blogueurs était couplée de la recherche de partenaire(s) notamment pour la  partie informatique, de rédacteurs, de photographes, de proposants pour les thèmes à aborder. Ces recherches s'avèrent être un échec cinglant. Quelques personnes, par courtoisie, soutiennent qu'il faudrait que le blog s'inscrive dans le temps mais les appuis demeurent très "confidentiels".

Ce blog est un échec total, au regard des appareils municipaux dont aucun n'a apporté  la moindre information. Un blog informel n'est pas dans l'axe d'une communication d'appareil. Ce blog a grandement échoué dans la vie associative et si l'on peut remarquer que certains comités de fêtes ont cru devoir véhiculer leurs actions, la majorité des associations l'a totalement ignoré. Saluons tout de même des personnes impliquées dans la vie caritative : Marie-Noëlle qui fait vivre le Téléthon,  Daniel qui, discrètement mais avec passion, fait découvrir l'espace aérien à des pensionnaires du Bercail et, certainement d'autres.

Quelques relais de la vie associative ont pris le soin d'associer ce blog à leur mission. Citons, au premier chef, les Musées de Belvès et Terre en Vert.  

Si le blog a réussi à s'élever d'une poignée d'internautes à ses débuts à son niveau actuel, c'est parce que, chaque jour, il apporte un, parfois plusieurs, article(s) sur la vie locale. Ramené à un lien hebdomadaire, il s'effondrerait comme un ballon de baudruche.

Un blog quotidien, c'est tout de même du travail, surtout pour un néophyte en informatique, même si celui-ci  n'est pas du tout mesurable par le lectorat.

 

 

Chose promise chose dûe. L'an dernier, nous n'étions qu'une demi-douzaine, cette année, nous étions un peu plus nombreux. L'an dernier, sur l'insistance des blogueurs, la promesse de tenir toute l'année 2017 a été admise. Devant la puissance du fiasco, cette promesse ne sera pas reconduite. Ce blog aura tenu, faisant face aux dénigrements et à l'indifférence. Son bouclage définitif et sans appel, est donc acté avec la fin de cette année 2017. Ce blog, naturellement, n'est pas indispensable car il faudrait, déjà, le chercher dans les allées d'un quelconque cimetière.

 

Il ne manque pas, dans ce bassin de vie, de personnes qui savent ce qu'il faudrait faire pour que notre ruralité soit une éclosion de talents.  À elles de partir pour une nouvelle aventure qui n'aura aucune difficulté à faire mieux. 

 

 

 

Au-delà du constat gris, presque noir, de ce blog, il convient de remercier toutes les personnes qui l'ont accompagné. Ces remerciements vont à tout le lectorat qui lui a fait l'honneur de le lire ; mais, plus encore, à celles et à ceux qui ont adressé des supports rédactionnels ou photographiques, avec une mention spéciale pour Bruno Marty et pour Bernard Malhache. Une autre mention pour Sylvie, la correctrice en titre, et pour Dominique, la veilleuse informelle, qui ont permis de soustraire des fautes inadmissibles.

Jean-Pierre Rielh, lorsqu'il était maire de Siorac, fut le seul élu de ces Terres de Nauze qui apporta, pour le devoir de mémoire, ses contributions à ce blog. Qu'il en soit remercié !

Un grand merci aux personnes qui, parfois, en brisant leur retenue et leur modestie, ont permis de mettre en avant des profils mettant en relief la richesse humaine de notre terroir.

 

 

 



19/05/2017
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres