Terres de Nauze

Plus de peur que de mal

SAGELAT

 

Une voiture s'est déportée dans le bief du moulin de Fongauffier. 

 

 

IMG_0865

 

La voiture a été évacuée de ses occupants.  Photo Pierre Fabre

 

Jeudi matin, vers 10 h, Christian entend le bruit d'un choc, plutôt violent, au niveau du pont des Abbesses. Il aperçoit alors une voiture qui vient de briser la clôture du jardin d'agrément du moulin et qui va terminer sa course dans le bief. Il appelle les secours qui, diligentés par le lieutenant Olivier Reynal, se précipitent sur les lieux. Un peu plus tard, arrivera l'équipe du SAMU et les gendarmes de Domme.

 

Il fallait faire vite, très vite ; le véhicule prenait l'eau. Il était occupé par sa conductrice, une septuagénaire belvésoise et son fils. Le niveau correspondait approximativement à hauteur d'homme. Par le truchement d'une vitre baissée, l'introduction de l'eau déjoua la résistance à l'ouverture des portières. Les passagers, par miracle, réussissaient, grâce à l'intervention spontanée de Patrice qui se porta à leur secours, à se dégager juste avant l'arrivée des secours.

 

Ensuite, avec son ami Christophe, ils s'attellent au fonctionnement des écluses pour mettre le bief à l'étiage.

 

Le plus difficile était fait. Les personnes qui avaient été libérées de leur nasse, se sont débattues dans la bonne couche de vase du fond du bief puis ont rejoint la berge. Elles étaient sécurisées. Elles recevaient là, la thérapie psychologique du Samu et le réconfort des gendarmes et des sapeurs-pompiers. Ils pouvaient rejoindre, à bord d'une voiture de la gendarmerie, leur domicile

   

 

IMG_0877

 

Maintenant, il fallait sortir la voiture du fond du bief envasé. Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_0876

 

 

Quand on est une jeune et ravissante sapeur-pompier féminin, on n'hésite pas à se porter au secours des personnes et des biens... fût-ce en devant s'envaser ! Photo Pierre Fabre

 

 

IMG_0870

 

Patrice, spontanément, a ouvert la voie aux secours et s'est appliqué à permettre, par le délestage des eaux, à la libération des captifs et au dégagement du véhicule. Il trouve regrettable cet apport anormal de vase dans le bief. Il précise que cette retenue d'eau, propriété de sa belle-famille depuis plusieurs siècles, fait l'objet d'un soin attentif. Elle a été récemment nettoyée de son envasement. Ce phénomène de pollution, l'eutrophisation*, contrarie l'écoulement et la vie du bief... voire de la rivière. Photo Pierre Fabre

 

* L'eutrophisation : Apport excessif d'éléments nutritifs dans les eaux, entraînant une prolifération végétale, un appauvrissement en oxygène et un déséquilibre de l'écosystème.

 

 

IMG_0868

 

Le lieutenant Reynal,  qui coordonna les secours, et le sapeur-caporal Jacques Charbonnier. Photo Pierre Fabre

 

 

Chargement

 

Thierry Lapeyre, maire-adjoint, à droite sur l'image, est venu soustraire le véhicule du bief. La manœuvre n'était pas aussi simple que d'aucuns pourraient l'imaginer. Thierry et Jean-Marie Cypière, le garagiste, l'ont menée avec brio. 

 

 

IMG_0889

 

 

La Nauze, cruellement à l'étiage, ici au pont de la République, aura besoin de quelques heures pour retrouver sa limpidité et son niveau. Photo Pierre Fabre 

 

Pour cette matinée sérieusement agitée, il convient de remercier chaleureusement pour leur civisme exemplaire, Patrice Barthé, le résident du moulin évita la noyade dans leur voiture aux captifs, Christian Bouyssou, témoin, qui donna l'alerte et naturellement les sapeurs-pompiers, les gendarmes et le SAMU.

Notons que les maires-adjoints, Joël Eymet, appelé pour couvrir les opérations de police, et, surtout Thierry Lapeyre, qui retira le véhicule du bief, sont venus participer, à pied d'œuvre, pour les opérations de sécurité et de logistique. 

 

Voir le post de Joël Eymet https://www.facebook.com/joel.eymet/posts/3352366351454917

 

 

Dans notre pays, où certains sont enclins à tout critiquer, qu'il soit permis de remarquer qu'au cœur de la ruralité profonde, [un accident qui, heureusement, est resté, somme toute, sans conséquences corporelles] on a assisté à une coordination parfaite de prise en charge de l'événement. Des sapeurs-pompiers parfaits, des gendarmes et un SAMU, éloignés respectivement de 22 et 32 km, mais spontanément réactifs, des élus en prise avec l'inattendu, des citoyens instinctivement en action. Il n'est pas du tout certain que cette symbiose soit une réalité aussi immatérielle dans tous les pays du monde.



16/07/2020
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres