Terres de Nauze

Petit-Castang

 

 

Petit castang

 

Quand on quitte Belvès, en empruntant l'ancienne RD 53, devenue voie communale, depuis que celle-ci s'est déportée au Sud quand le département a recalibré le chemin vicinal qui épouse le cours de la Grille, on tombe sous le charme des constructions qui bordent cette route que la population désigne sous l'odonyme de "Route de Monpazier".
 
Si l'on se réfère au toponyme courant que l'on trouve en Périgord, on peut supposer que le microtoponyme de Castang peut venir d'un personnage qui avait les cheveux châtain et qui était remarqué là. Plus vraisemblablement on peut, plutôt, supposer que ce lieu était jadis un bois de châtaigniers.
Le lieudit belvésois de Petit-Castang, vraisemblablement, devait donc être une châtaigneraie. L'hypothèse patrimoniale d'un fils de Castang qui, jadis, se serait installé là, paraît beaucoup moins probable mais n'est pas à exclure.
 
On trouve beaucoup de personnes qui ont pour patronyme Castang et le toponyme de Castang revient aussi, assez souvent, mais appuyé d'un qualificatif, Petit-Castang ou Grand-Castang.  Grand-Castang, modeste commune du pays lindois, s'est rattachée à compter du 1er janvier 1973 à Mauzac
 
__________
 
 

Petit-Castang, un jalon vert en lisière de Bessède.

 

Le plateau de Petit-Castang, 182 mètres au-dessus du niveau de la mer, observatoire de cette lisière de Bessède, jouit d'un panorama sylvestre  qui se tourne vers ses frondaisons d'où les aéronefs de l'Aéroclub belvésois  découvrent ce massif forestier en partant d'un camp qui, jamais, n'a connu le passage mythique de César. De ce plateau, les eaux se partagent vers les sillons ouverts par le Raunel, la Haute-Couze et la Grille. Le calme de cette campagne, agrémenté du chant des oiseaux et des cigales, appelle à la sérénité.

  

Petit castang

 

 

Petit castang

 

 

Petit castang

 

 
 Petit castang
 
 
Petit castang

 

Petit-Castang, un discret sanctuaire végétal.

 

Invité par le maître de céans à découvrir Petit-Castang,  je suis tombé sous le charme de ce lieu qui, d'une part, est une réussite environnementale et, d'autre part, s'avère être une merveille de symbiose écologique.

Jacqueline et André Joly ont su donner à cet écart belvésois, une note qui valorise ce plateau d'où les eaux filent vers la Grille, le Raunel et la Haute-Couze.

Le résultat obtenu ne l'a été qu'après des centaines d'heures d'efforts, toujours opiniâtres, pour atteindre la satisfaction de vivre dans un décor parfait d'équilibre de la nature.

 

  

Petit castang

 

 

 

André a manuellement assemblé le bois pour composer les contenants de son potager en lasagnes. Jacqueline, avec une attention soutenue, a enrichi la plateforme de compost sans oublier l'arrosage à l'eau de pluie scrupuleusement récupérée.

Tout dans ce potager est écologique et souligne que, bien souvent, trop souvent, on écarte cette méthodologie naturelle pour obtenir des résultats qualitatifs.

 

   

 

Petit castang

 

  

 

Cette culture en lasagnes s'avère magnifique, elle n'écarte pas non plus une note florale qui signe cette géométrie parfaitement équilibrée.

 

 

 

 

Petit castang

 

 
Petit castang
 
 
Les poules de Petit-Castang ont la chance de vivre en parfaite liberté.
 
 
Photos Pierre Fabre.

 

 

 



10/06/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres