Terres de Nauze

7/10. Le Pigeon

 

Non, le blog de ce jour n'a pas du tout pour objet d'empiéter sur le domaine de notre ami Michel Ribette qui maîtrise aussi parfaitement le thème de l'ornithologie. Soyons bien certains que les oiseaux de la famille des columbiformes, qui honorent notre environnement par leur grâce, ont certainement un rôle écologique majeur que l'on n'apprécie pas forcément à sa juste valeur. 

 

 

Description de l'image Homing pigeon.jpg.

 

 

Les Columbidae sont une famille d'oiseaux, constituée d'une quarantaine de genres et d'un peu plus de 320 espèces existantes de pigeons et apparentés. C'est la seule famille vivante de l'ordre des Columbiformes qui comporte aussi la famille éteinte des Raphidae.

Image Andreas Trepte — Travail personnel, CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=794674

 

L'éradication des pigeons pose une belle problématique. Ce principe biologique va conduire à l’occupation de leur niche écologique par une ou d’autre(s) espèce(s) qui pourra(ont) s’avérer nettement moins inoffensive(s) au plan sanitaire. Le risque est réel car, contrairement à l’opinion communément admise et diffusée, le risque zoonotique du pigeon, c’est-à-dire le risque de transmission de maladies de l’oiseau à l’homme, est extrêmement faible voire exceptionnel.

https://credopigeons.wordpress.com/2012/02/18/eradication-des-pigeons/

 

 

Résultat de recherche d'images pour "léonard de vinci" 

 « Le jour viendra où des hommes comme moi considéreront l’assassinat d’un animal de la même manière qu’ils considèrent, aujourd’hui, l’assassinat d’un homme ».

Leonardo da VINCI

 

 

 

______________

 

 

 

Nous connaissons tous le rôle historique que le pigeon a joué au cours des siècles, notamment dans la défense de Paris, mais, outrage à l'histoire, on a tendance à faire litière du positif et de tempêter contre la place que, pour vivre ou survivre, ces superbes créatures occupent. Non, aujourd'hui, laissons l'ornithologie de côté et focalisons-nous sur l'œuvre de Monicelli.

 

 

 

Le Pigeon, blog de ce jour, prend une majuscule. Il a tout juste 60 ans et le créateur de cette comédie italienne, s'inspire de l'allégorie que l'on donne à certains de se laisser embarquer dans une entreprise stupide.

 

 

 

« Le Pigeon »

de Mario Monicelli.

le mercredi 17 octobre 2018, à 20 h,

Salle d'honneur de la mairie de Belvès

 

Participation aux frais 4 euros. Ouvert à tous.

 

 

 

Fichier: I soliti ignoti 3.png

 

Une scène du film avec les principaux protagonistes

Capture d'écran du film I soliti ignoti.  Luca Z.za

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:I_soliti_ignoti_3.png

 

Le Pigeon (I soliti ignoti) est un film italien de Mario Monicelli sorti en 1958.

 

Situons la trame du film. Une bande de malfrats minables tentent un vol rocambolesque...

Rome, milieu des années 1950. Cosimo est arrêté par la police alors qu'il tente de voler une Fiat 1400.

Pour que Cosimo soit libéré, ses amis malfrats recherchent un pigeon (en italien pecora, c'est-à-dire un mouton) qui, pour 150 000 lires, s'accusera du délit (le vol de la voiture) et effectuera la peine à la place du coupable, sachant qu'avec un casier judiciaire vierge, ce ne devrait être que 6 mois de prison avec sursis. Mais tous les candidats, étant récidivistes, risquent des peines de prison ferme. Pepe le boxeur, au casier judiciaire vierge, croulant sous les dettes, finit par accepter et se présente à la prison pour clamer sa culpabilité. Mais, le directeur de la prison n'est pas dupe et l'enferme avec Cosimo. Après son jugement, Pepe est désemparé, indiquant avoir pris trois ans de prison ferme. Cosimo, pris de remords, révèle à Pepe, le plan (infaillible) de son prochain coup. Pepe le remercie mais précise qu'il est en fait libre, et sort de prison sous la fureur de Cosimo. Pepe organise alors méticuleusement le casse avec les complices de Cosimo.

Mais, à l'occasion d'une amnistie générale, Cosimo est libéré. Il retrouve Pepe, bien décidé à se venger. Pepe et ses complices lui proposent de l'associer au casse. Mais Cosimo, humilié, refuse toute association et se retire en couvrant la bande de son mépris. Cosimo décide de couper l'herbe sous le pied à ses ex-complices en  commettant un hold-up. Il se présente à l'heure de la fermeture, et braque son pistolet sur le caissier assis derrière son guichet. Le fonctionnaire, pressé, saisit l'arme par le canon, y jette un coup d'œil et annonce : «  Beretta 7,65, très mauvais état, 1 000 lires... ». Cosimo, écœuré, s'en va, mais attend dans la rue, la sortie des fonds. Une jeune femme portant une cassette, sort du Mont de Piété, et Cosimo se dirige vers elle, mais un homme rejoint la femme, l'accompagne et le malfrat abandonne. Aux abois, il essaie, ensuite, lancé sur sa bicyclette, d'arracher son sac à main à une passante. Mais l'action échoue et - poursuivi par des passants - il se fait écraser par un tramway.

A l'enterrement de Cosimo, l'équipe décide de maintenir le cambriolage, et fait appel à un spécialiste en coffres-forts. Mais, rien ne se passe comme prévu...

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pigeon_(film)

 

 
 
 Pour le lectorat, je propose la critique de Selinie qui me paraît, tout à la fois, une superbe analyse et une parfaite synthèse.
 
selenie
Après la période du néo-réalisme d'après-guerre, suit aussitôt la période tout aussi riche de la comédie à l'italienne dont "Le Pigeon" est l'une des meilleure réussites. On suit donc un pauvre bougre qui s'impose en chef de bande d'un petit groupe de malfrats qui sont autant de pieds nickelés qui se lancent dans un cambriolage qui ne va pas s'avérer de tout repos. Quiproquos, malentendus, maladresses, disputes... etc... Tout y est servi par un scénario aux petits oignons. "Le Pigeon" reste un must précurseur dans ce qui est devenu un sous-genre, les braqueurs bras cassés !

 

 


07/10/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres