Terres de Nauze

Le Falgueyrat, un lieudit bucolique où coule un discret ruisseau

 

 

GRIVES-lez-CARVÈS

 

Pour ce jeudi de l'Ascension, tout se prêtait à s'autoriser une micro-escalade. Il faisait, ce matin du 21 mai, un temps superbe ; et, quand on les cherche, on trouve toujours un petit thème de promenade et d'émerveillement, là, tout près de chez soi.

 

Jetons un petit regard sur Grives qui, rappelons-le, n'a rien à voir avec l'oiseau... pas plus que le lieudit voisin de Merle. Le premier viendrait d'un certain Grivas. Son patronyme fut le fil conducteur à la genèse du toponyme. Pour Merle, c'est tout autre chose, ce lieudit au passé minier, tirerait son microtoponyme de la roche. Nous avons donc quitté le domaine de l'ornithologie mais, grâce à Michel Ribette, et au comptage des "Oiseaux des jardins", nous y reviendrons pour clore ce mois de mai. 

 

 

Pied du chemin de Cravelle

 

 

Connaissez-vous le Falgueyrat.

 

Le Falgueyrat, agreste lieudit, se blottit au piédroit de la colline de Cravelle, dont le point culminant est le Mont Saint Jean, Aujourd'hui ce relief campe dans l'espace du Pays de Belvès. Il était, il y a 4 ans encore, le chapeau de St Amand-de-Belvès. Du haut de ses 251 mètres, bien en-deça des 320 mètres saint-laurentais, il scrute l'horizon à 360°.

Il paraît permis de penser que le lieudit de Falgueyrat aurait été déterminant pour nommer le ruisseau. Qu'il soit tout aussi autorisé de penser que ce serait plutôt l'inverse ! En effet, le Falgueyrat, très joli toponyme ou hydronyme, vient de lieu de fougères et, manifestement, est une terminologie occitane.

 

 

IMG_0564

 

 

 

Quant à Falgueyrat, vous avez envie de vous immerger dans la nature, vous pouvez être tenté de rechercher à joindre Cravelle. De là, une toute petite escalade vous permettra de gravir, sur 600 mètres, 72 mètres de dénivelé. C'est l'équivalence parfaite de la rampe belvésoise du Terriol...  mais, là, c'est un chemin de terre et mieux vaut être bien chaussé.

 

Si vous êtes septuagénaire -et qu'en plus de vos années, vous ayez à porter quelques kilogrammes de surcharge- quand vous saluerez Cravelle, si vous étiez bien frais à Falgueyrat, vous le serez un peu moins dans ce charmant et authentique hameau ceint de noyers.

 

 

IMG_0565

 

Revenons à Falgueyrat et regardons son discret ruisseau, acteur intermittent de Dame Nature, mais ô combien agréable à admirer dans le doux concert de ses ondes, supervisé par le chant des oiseaux.

Le Falgueyrat s'étire sur un talweg tutoyant les 3 000 mètres. Il nait à 245 mètres d'altitude, tout prés du Scournat, et il reçoit un très intermittent et bien fragile ru sous Guiralpot. Après le lieudit de Falgueyrat, à un petit kilomètre de là, dans le goulet sous Signac il admet la souveraineté naturelle du Valech.  

 

 

Petite cascade du Falgueyrat

 

Avant de se glisser dans l'aqueduc qui le conduira vers le Valech, le Falgueyrat dessine une petite cascade qui autorise l'écoute du bruissement de ses ondes. Là, si vous n'abhorrez pas l'humilité et si vous avez un  tantinet, la fibre patrimoniale du pays, vous pourrez penser "et dire qu'il y en a qui ont besoin de détruire du kérozène pour aller voir les chutes du Niagara !"

 

 

IMG_0573

 

 

Le Falgueyrat a su dessiner une petite vallée. Nos voisins et amis du Villeneuvois diraient une serre.

 

 

 

IMG_0575

 

 

Ici, nous avons quitté Grives pour atteindre les bas de Carvès. Ici, aux Cabanes, le Falgueyrat depuis quelques hectomètres, s'est uni au Valech. Dans quelques kilomètres, le Valech s'épanchera dans la Nauze. Elle même se fondra dans la Dordogne. Le Bec d'Ambès sera le point final de notre fleuve où il se réunira à la Garonne. Ce fascinant estuaire les amènera au grand fossé de l'Atlantique.

 

Une goutte d'eau prise toute seule n'a aucun poids, comparée à l'océan. C'est ainsi que ce proverbe nous montre la force de l'union.

 

 

 

Je dédie le texte et les photos ci-dessus de cet article, aux riverains du sillon du Valech et aux amis grivois dans leur ensemble avec, toutefois, un souvenir particulier post-mortem à Serge Fongauffier et Michel Vierge, amis de jeunesse, qui nous ont quittés.

 

Pierre Fabre

 

________________

 

 

 

 

Nourédine Meftha

 

 

Je suis une goutte d'eau dans l'océan, mais l'océan est une multitude de gouttes d'eau.

 

Chanteur, Sport, Danse, Écriture, France, Lyon, 1970 

 

 

 

 

 

 

L'article de la petite histoire, une toute petite histoire de notre histoire, annoncé pour aujourd'hui, est reporté à demain car il concerne la nuit du 23 au 24 mai 1920.

 



22/05/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres