Terres de Nauze

Le 11 novembre commémoré à Sagelat

SAGELAT 

 

 

Dépôt de gerbe

 

Le dépôt de gerbe symbolise le devoir de mémoire du 11 novembre. 

 

 

Chaque année, le rituel du 11 novembre réunit plusieurs dizaines de personnes au Monument aux morts de la Guerre de 14/18.

Cette année, on pouvait remarquer l'émergence de deux jeunes gens qui symbolisent le renouvellement générationnel qu'il faut veiller à ne point perdre. Le plus jeune est un collégien dont le trisaïeul est, pour Sagelat, le dernier mort de cette guerre. Il sera, pour les manifestations ultérieures, le plus jeune des porte-drapeaux. L'autre, un jeune Belvésois, a déjà ouvert cette présence juvénile dans la haie d'honneur au monument aux morts.

C'est Manon, une autre jeune Belvésoise, héritière d'une culture alsacienne, francilienne et périgordine, qui fit l'appel des victimes sagelacoises de cette guerre.   

Au cours de cette année, cinq jeunes militaires français ont sacrifié leur jeune vie en Afrique ou au Liban. Ces jeunes faisaient face à la barbarie intolérante de l'obscurantisme de maximalistes d'une idéologie qui interpelle le monde. À Sagelat, en marge de la lecture ministérielle, Olivier Merlhiot, maire, rappela le sacrifice de ces soldats qui œuvraient pour la paix ou libérer des otages.

 

Sur le Pont de la République

 

Le cortège sur le Pont de la République

 

 

 

 

IMG_3640

 

 

La sonnerie "Aux morts"

 

  

Lecture message ministériel

 

Lecture message ministériel

 

IMG_3639

 

Manon passeuse de mémoire

 

 

IMG_3636

 

Les porte-drapeaux pendant le message du ministre

 

 

IMG_3635

 

Yanis, le second en partant de la droite, jeune porte-drapeau de 14 ans 

 

Morts ôur la France 

Le médecin principal Marc Laycuras, 14ème centre médical des armées, est '"mort pour la France" au Mali, le 2 avril.

Le premier-maître Alain Bertoncello, commando Hubert, est "mort pour la France" au Burkina-Faso,  le 10 mai.

Le premier-maître Cédric de Pierrepont, commando Hubert, est "mort pour la France" au Burkina-Faso,  le 10 mai.

Le brigadier Erwan Potier, 501ème régiment de chars de combat, "mort pour la France" à Rouen, le 21 mai. Il succomba des suites de ses blessures reçues au Liban.

Le brigadier-chef Roman Pointeau, 1er régiment de Spahis, "mort pour la France", au Mali, le 2 novembre.

 

 

 

Assistance

 

L'assistance

 

Photos Pierre Fabre

 

 

______________

 

Vont suivre les commémorations du 11 novembre, à Monplaisant, Belvès, Siorac et Doissat.

Les contributions citoyennes ne sont pas perdues de vue.

L'expo buguoise de Bruno Marty, non plus, mais, de grâce, il ne faut pas vouloir tout, tout de suite, surtout que d'énormes problèmes d'informatique compliquent la mise en page.



11/11/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres