Terres de Nauze

La RD n° 54, itinéraire tout à la fois sportif, pèlerin et forestier.

 

Lastours.jpg

 

La RD n° 54, environ 30 Km, au milieu de son parcours, traverse la Nauze au Moulin de Lastour. Au second plan, on aperçoit le viaduc de la Cantine.

 

Résultat de recherche d'images pour "Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur."

 

 

Il paraît permis de penser que bien peu de nos concitoyens se sentent en accord avec le vieil adage d'Homère et, spontanément, se plaisent à estimer que c'est chez nous, au coeur de nos vallons et collines, que l'on pourrait atteindre la véritable félicité qui inspira la maxime d'Homère.

 

Permis.jpg

 

https://www.youtube.com/watch?v=OF9GKx8nDwY 

 

 

  
Qui n'a pas franchement ri, pour ne pas dire rigoler, en écoutant le "Permis de conduire" de  Jean Yanne : "J'aime pas ça, les routes départementales. Je hais les routes départementales. Les routes départementales, rien que de m'en causer, ça me donne envie d'envoyer des mandales dans la tronche à tout ce qui remue." 

 

Ces bonnes routes départementales, à mes yeux, sont pourtant bien sympathiques.

 

------------------


Un peu de l'histoire des routes départementales.

 

Ces chaussées, naturellement, comme leur intitulé l'indique, appartiennent aux départements. Rappelons que les départements existent depuis la Révolution française et leur appellation vient du verbe départir qui, en vieux français, signifie partager.
Ces routes départementales, le 16 décembre 1811, ont relayé les routes impériales de troisième classe dont la première fonction était d'être particulièrement utiles aux localités qu'elles traversaient. C'est par le décret du 7 janvier 1813, que naquit le tableau officiel de ces premières routes départementales.
Attention, les routes départementales d'aujourd'hui ne sont pas toutes issues de ce tableau. À l'époque, il y avait des routes nationales, des routes départementales, un nombre impressionnant de  chemins vicinaux classés (chemins de grande communication ou "CGC", chemins d'intérêt commun ou "C.I.C". et chemins vicinaux ordinaires) gérés grâce aux subventions du Conseil général mais placés sous le contrôle du préfet et un maillage très important de chemins ruraux que nos appareils municipaux sont en train, outrageusement, avec frénésie, de sacrifier pour privilégier certains intérêts particuliers, en abandonnant l'héritage multi-séculaire et , forcément, en négligeant l'intérêt général qui n'est pas toujours évident.
La loi du 16 avril 1930 autorise le classement dans la voirie nationale de 40 000 km de routes et chemins appartenant à la voirie départementale et communale et définit ainsi ce que l'on a appelé à l'époque le « nouveau réseau », par opposition à l'« ancien réseau » qui était resté stable dans son tracé, depuis le décret du 8 septembre 1811.

 

Apparition des chemins départementaux (1938)

Le décret-loi du 14 juin 1938 regroupe les Chemins de Grande Communication et Chemins d'Intérêt Commun avec les routes départementales pour former la catégorie des chemins départementaux (CD), propriété du département et cessant alors d'être à la charge des communes.

 

Certains chemins départementaux étaient particulièrement utilisés et, même, étaient définis comme axe à grande circulation, comme la R.N 10 ou la R.N 20, [ces chaussées étaient coloriées en rouge sur les cartes routières] tandis que certaines routes nationales ne l'étaient pas [R.N 710, 703, 660...] et on devait, en rase campagne comme en agglomération, respecter la priorité à droite.

 

Les chemins départementaux ont vécu.

 

En 1972, le premier grand transfert des routes nationales va déclasser 53 000 kilomètres de routes nationales, sans aucune clause de remise à niveau dans le domaine public départemental de nombreuses routes nationales qui n'ont figuré dans cette catégorie, qu'une grosse quarantaine d'années. Ce déclassement concerna, au premier chef, des routes qui souvent n'étaient pas à grande circulation. Citons les ex RN 710, 703, 706, 704 ou 660 qui étaient proches de nous.  Ce déclassement va faire que des routes relativement importantes, comme la RN 704, vont devenir de simples chemins départementaux

La loi de décentralisation du 2 mars 1982 transfère l’exercice du pouvoir départemental du préfet au président du conseil général. Cette loi reconnaît au conseil général, le plein exercice de ses attributions. Depuis cette date, le département est administré par deux organes : un organe délibérant (l’assemblée départementale), et un organe exécutif (le président du conseil général). Les compétences du conseil général sont accrues et nouvelles pour la plupart. Elles touchent à la vie quotidienne des citoyens.

Après ce transfert, nos sympathiques chemins départementaux vont être promus routes départementales. Ainsi, nos CD 25, 26, 50, 51, 52, 53 et 54 vont devenir des routes et nos chemins départementaux 710, 703, 704... vont retrouver leur terminologie de route.

Il n'y a, certes, aucune indignité à vivre au bord d'un chemin ; mais, avouez que départementaliser une route comme la RN 7, RN 10 ou pis encore, en janvier 2006, la RN 35, Voie sacrée, Bar-le-Duc-Verdun est quelque chose comme un outrage au patrimoine national. 

 

Et notre RD 54

 

De son Km 0 à sa jonction avec la RD 13 du Lot, il y a 30,441 Km mais ses deux troncs communs font qu'elle se réduit à 27,469 Km. C'est loin d'être la plus courte route du département, la RD 28, exclusivement calésienne, du barrage de Mauzac au lieudit Traly, s'étire sur 1,86 Km.

 

Cadouin.jpg

 

Le Km 0 de la RD 54. On aperçoit le site de Cadouin sur la droite de l'image.

 

La RD 54 a dû attendre la deuxième moitié du XXème siècle pour être bitumée sur toute sa longueur.

 

 Soubartelle.jpg

 

Soubartelle ; là, on mesure le "recul" de la Bessède. Les feuillus, en voie de disparition, cèdent , hélas, trois fois hélas, le pas aux conifères.

 

Mon camarade et ami Claude Veyssy, interne au collège-lycée de Belvès, à la charnière des années 50/60, qui, chaque semaine, faisait à bicyclette le trajet Cadouin [La Meynardie] - Belvès, ne rencontrait la chaussée bitumée qu'à partir du Camp de César. Les 7 premiers Km de voies forestières étaient simplement castinés.

 

Camp de César.jpg

 

L'intersection du Camp de César.

 

Le Bélinguer.jpg

 

Le magnifique manoir du Bélinguier.

 

Le creuset du Raunel.jpg

Ici, sous le Belinguier, la route traverse le Raunel, un affluent de la Nauze. Les spécialistes de l'onomastique  voient là un petit Rhône... un tout, tout petit Rhône.

 

Cette RD 54, héritière de chemins vicinaux, a largement perdu de sa résonance d'itinéraire pèlerin. Elle quitte les abords de Cadouin où elle part en embranchement de la RD n° 2, route qui probablement restera inachevée, le pont de Sors n'a jamais été érigé, puis traverse l'intermittent Bélingou, tout près de ses plus hautes sources, recherche dans ses reliefs sylvestres, le plateau du Camp de César et après avoir traversé le modeste Raunel,  atteint Capelou puis se dirige vers Belvès.

 

Capelou.jpg

 

Après avoir traversé le Raunel, la route remonte vers Capelou qui jalonne sa côte avec son vénérable site cultuel.

 

belves-images-de-l-arrivee-du-vtt-pele-a-capelou (1).jpg

 

 

Ces jeunes pèlerins vont faire ouf. La côte n'est pas de la plus grande tendresse.

 

belves-images-de-l-arrivee-du-vtt-pele-a-capelou.jpg

 

C'est l'arrivée devant la petite basilique.

 

Sommes-nous sur l'un des quatre itinéraires de St Jacques-de-Compostelle… manifestement non.

Nos voisins bergeracois ou cadurciens, eux, sont bien sur le chemin dit de Vèzelay. Nous ne sommes que sur l'une des multiples variantes. Les pèlerins qui souhaitaient se rendre à St Jacques empruntaient les chemins latéraux à la Dordogne jusqu'à Bergerac ou bien en suivant la Nauze, la Ménaurie, la Lémance et le Lot, ils rejoignaient Penne-d'Agenais, puis ils filaient vers La Romieu, aux portes de Condom, en empruntant ce qui est devenu le GR 652.

La R.D 54 n'est, en aucune manière, a être considérée comme un itinéraire pèlerin, eu égard à St Jacques, sauf si l'on veut rechercher à passer par Cahors.

Les itinéraires jacquaires, bien entendu, étaient pleins de variantes. La R.D 54 n'en fut pas moins une route de pèlerins grâce à Cadouin où la foi a connu une forte résonance, au moins jusqu'à ce que Georges-Auguste Louis (1882-1967), évêque de Périgueux ne mette courageusement et lucidement un terme au mythe du Saint Suaire, relique qui s'est révélée être un tissu musulman. Capelou n'en demeure pas moins un lieu de pèlerinages ; même si les manifestations religieuses locales n'ont plus rien à voir avec celles d'il y a un siècle.

 

 

 

Capelou basilique.jpg

 

 

L'abbé Cogniel, en son temps, avait adroitement fait récupérer l'écoulement de la source "capeloise" pour donner à ce site, un ajout apprécié par les pèlerins... et les cyclistes assoiffés en gravissant la sévère rampe de cette colline.

 

Les cèdres.jpg




 

En atteignant le parc des Cèdres, à Belvès, là, la RD 54 disparaît jusqu'à la Cantine, en épousant le tronc commun des RD 52 puis RD 710. Elle va suivre la Beuze jusqu'aux hauteurs orliacoises. Elle va rencontrer la RD 60, qui lui dame le pion sur quelques hectomètres, avant de repartir vers le Quercy où elle deviendra la RD n° 13 lotoise.

 

 

La Cantine.jpg

 

Après un effacement de 2568 mètres, troncs communs des RD 52 et RD 710, la RD 54 repart et va suivre le cours de la Beuze jusqu'à sa source dans la forêt orliacoise.

 

Lastours.jpg

 

 La RD 54 franchit la Nauze au Moulin de Lastours.

 

La Barde.jpg

 

Au dessus de la Beuze, une demeure chargée d'histoire observe la campagne sainte-foyenne. Là, des religieuses hautement méritantes ont donné l'asile à des personnes en difficulté et, aussi, elles ont pris des risques énormes pour abriter et protéger des victimes de l'imposture nazie... qui ne partageaient pas leurs convictions religieuses.

 

Moin vieux.jpg

 

Cette belle maison, Le Moulin vieux, n'est plus, depuis des lustres, un lieu meunier. Ce toponyme est courant.  

 

 

Doissat.jpg

 

Ici, au pied de la sévère rampe d'accès de Doissat, la RD 54 franchit le fort modeste Gaugeard, affluent de la Beuze. Ce ru a reçu l'humble apport du ruisseau Trompette. N'oublions pas cette vieille maxime qui est plutôt utilisée sous une forme métaphorique, et dit que "les petits ruisseaux font les grandes rivières".

 

Côte Bout des Vergnes.jpg

 

La côte des Vergnes. Les cyclistes apprécient son profil de 2 500 mètres.

 

Arche - Photo pour blog.jpg

 

Là, Bruno a voulu saisir une arche verte qui est fort appréciée, lors des périodes ensoleillées, par les cyclistes. Photo © Bruno Marty.

 

Babiot.jpg

 

Il y a bien longtemps que l'éphémère chemin de fer départemental a été démantelé et que ce point d'arrêt de Babiot, heureusement préservé, n'est là qu'en témoignage d'une courte épopée ferroviaire. De ce vallon, va naître à 2 Km plus bas, une cousine de la Nauze. La Lémance  va tracer son sillon de Prats-du-Périgord à Monsempron-Libos où elle va se jeter dans le Lot. Ici, la RD 54 est enchâssée par un tronc commun de 356 mètres de la R.D 60, sécante de l'arrondissement

 

Poteau de Bru.jpg

 

Ici, au Poteau de Bru, convergent les limites territorriales de Besse, St Pompon, Campagnac-les-Quercy et Marminiac. C'est un point où le Périgord et le Quercy établissent leurs bordures.

 

Dans les semaines à venir, nous suivrons, si vous le voulez bien, une autre route, tout aussi riche de découvertes bucoliques avec la RD 52.  Elle aussi, d'Urval à Bouzic, unit notre Périgord au Quercy.

N.B : Si vous trouvez ce genre d'article "gavant", dites-le en usant de la fenêtre commentaire.



31/08/2017
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres