Terres de Nauze

Grives, une commune bovine, paisible et agreste.

 

J'ai toujours aimé Grives, ce tout petit village blotti dans le creuset du Valech. Nous n'avons aucune certitude sur  l'onomastique de Grives, Grivas en occitan, peut-être Grivus, nom de personne d’origine germanique ou occitan grivas (les grives). Cette commune de 812 hectares, à la dernière estimation de l'INSEE, ne compte plus que 141 habitants. Elle est loin, bien loin, des 617 de l'époque du Second Empire.  À cette ère impériale, Grives rivalisait, pour le troisième rang de l'ancien canton, avec Doyssac, Doissat actuel, Carvès et Sagelat. Peu importe, notre ruralité n'a que faire de chiffres spectaculaires… l'essentiel est d'y bien vivre.

Quand, en culottes courtes, les petits galopins de ma génération observaient la jeunesse filant, à bicyclette, vers ce lointain lieu mystique, pour l'une des plus printanières fêtes votives, ils s'amusaient à parler de Grives et de Merle où leurs petites jambes ne les avaient point encore portés.

Grives plaît pour son calme et pour son architecture, ô combien sobre mais esthétique, dans son val parfaitement complété par ses hameaux évocateurs : Le Breuilh, Le Dantou, Cravelle, La Mothe. On cherche l'origine de ces lieudits qui, parfois, est équivoque. Le Marrou ou Les Marroux, écart partagé avec Carvès, pourrait ne pas vouloir dire le bélier mais, peut-être, désignerait un personnage viril et "coquin".

Grives a donné à l' Éducation nationale, des pédagogues qui ont pris rang dans la Résistance et ont donné leurs jeunes vies, avec grandeur, face à l'occupant. Michel Giffault, l'instituteur de Grives, tomba au Barrage de Tuilières, le 9 août 1944, et Abel Lavialle, pour avoir refusé de livrer des noms aux intrus germaniques, fut fusillé pratiquement au pied de l'École de Vézac où il était affecté.

 

Je voudrais éviter de clore ce papier sans parler de la jeunesse, des "gouyats" de mon âge ; André Manchotte, de Lagarde, il dominait tout le monde par sa grande taille,  Jacky Rilievo, du Marrou, je l'ai retrouvé tout à fait par hasard lors de nos servitudes militaires messines, et leur cadet Michel Vierge, Bruno l'a surpris dans sa mission de nuciculteur. Michel, il y a 23 ans, m'a récupéré, à demi-inconscient, après un accident dans la descente de Fonfroide.

Qu'il me soit permis, in fine, de féliciter chaleureusement et collégialement, les élus Grivois qui, aux premiers mois de cette mandature, ont opté pour la renaissance lexicographique du Valech. Une regrettable et lointaine dérive l'a, malencontreusement, banalisé avec La Vallée. Un petit regret. Le Valech, il n'y a pas si longtemps, était pérenne. Au siècle dernier, on y pêchait les écrevisses autochtones, les moulins tournaient grâce aux ondes qui filaient rejoindre la Nauze. Depuis près d'un siècle, elles ne s'écoulent plus qu'une partie de l'année.

 

 

Bruno Marty, globe-trotter international, après avoir observé et photographié les scènes les plus insolites de la nature, s'est intéressé à la petite commune de Grives. Elle ne manque pas de richesses picturales, que ce soit par la beauté de ses collines dégageant leurs crêtes au dessus du Valech ou par les belles bâtisses paysannes d'antan, où la pierre du pays signe le décor.

Toujours avide de découvrir les sources, les fontaines et les mares, Bruno aime aussi mettre en relief les modestes, mais ô combien appréciées par nos ancêtres,  niches fontainières.  Ami des animaux qui paissent là, dans des champs, il s'est plu à croiser les cheptels bovins et ovins qui donnent à Grives, une touche rupestre qu'il a su rencontrer, parfois, dans des conditions difficiles, là où les herbages leur donnent cette belle apparence.

Suivons son reportage, comme d'habitude, toujours saisissant.

 

Pierre Fabre

 

 

__________________

 

 

 

Après avoir réalisé un photo-reportage sur les communes de Saint-Germain-de-Belvès et de Carvès, je me suis consacré, cette fois, à celle de Grives que j’ai parcourue en long, en large et en travers.

Une commune, on ne peut plus paisible, à l’instar des nombreux troupeaux de vaches, bouvillons et autres moutons qui la jalonnent, à l’image également de ses sites et paysages campagnards, agrestes et attrayants.

Une singularité, je n’ai rencontré personne, excepté un ramasseur de noix, aux commandes de son engin et, par deux fois, Monique, la sympathique factrice, qui, dans sa tournée, dessert Sagelat où j’habite, Carvès et donc Grives.

 

Bruno Marty

 

 

Reportage photographique Bruno Marty

 

 

Paysage campagnard automnal. On peut apercevoir au loin, le hameau du Dantou.
Photo © Bruno Marty

Sente dans les prés (à g.) et chemin rural (à dr.).
Photos © Bruno Marty

Fin d’automne dans la campagne à Grives, avec les brumes matinales se dissipant sur les coteaux et annonciatrices de beau temps, tandis que les vaches paissent tranquillement aux alentours du Scournat.
Photo © Bruno Marty

En haut : Cabane en pierre bien entretenue, au domaine de Saint-Antoine, au Dantou.
En bas : Cabane en pierre avec petite annexe, près de Fonbounou.
Photos © Bruno Marty

Plans d’eau sur différents niveaux dans les prés, aux alentours du Scournat.
Photo © Bruno Marty

À gauche : le père Noël sur une porte d’entrée du village.
À droite : le clocher mur de Grives (XIIe siècle).
Photos © Bruno Marty

Les moutons noirs et moutons blancs s’occupent de leur pitance sans sourciller. Les agneaux, eux, sont encore curieux et me regardent. 
Photo © Bruno Marty

Un "greffier" que je surprends en maraude, dans un champ.
Photo © Bruno Marty

En haut : Epi de faîtage au Marrou.
En bas : Une ancienne demeure et son pigeonnier au Marrou.
Photos © Bruno Marty

 

Vaches "blondes d'Aquitaine" dans un pré.
Photo © Bruno Marty

Un petit bosquet d’allure romantique se reflétant sur un plan d’eau, à Grives. 
Photo © Bruno Marty

En haut : Petite gariotte au milieu d’un champ, au Marrou.
En bas : L’ancien moulin de Soulié, situé non loin du Valech.
Photos © Bruno Marty

Un noyer solitaire qui a revêtu ses belles couleurs mordorées.
Photo © Bruno Marty

Chevaux de selle dans les champs, à l’entrée de Grives.
Photos © Bruno Marty

Graphisme. Bouleau.
Photo © Bruno Marty

Pigeonnier cylindrique dans une noyeraie, au Breuil.
Photo © Bruno Marty,

Un nuciculteur pilotant sa machine à ramasser les noix.
Photos © Bruno Marty

L’ impressionnant cheptel de bouvillons de l’exploitation du Scournat.
Photo © Bruno Marty

À gauche : Demeure avec porte d’entrée datée et piliers sculptés, au Marrou 
À droite : Lucarnes sculptées : en haut, celle de la chartreuse du Breuil (XVIIIe siècle)
et en bas, dans une habitation au Dantou.
Photos © Bruno Marty

Matinée hivernale. Le givre se maintient à l’ubac de ce pré.
Photo © Bruno Marty

La fine pellicule de glace, à la surface de cet abreuvoir, vient de céder sous la pression répétée des bouvillons. Ceux-ci se bousculent, alors, sans ménagement pour aller boire.
Photo © Bruno Marty

Une basse-cour artisanale dans le village.
En bas : Le coq et son harem de poules cherchant de la nourriture, dans un champ sous les noyers.
Photos © Bruno Marty

Graphisme. Arbre mort.
Photo © Bruno Marty

En haut : Le Breuil. Lavoir et fontaine surmontée par une petite cabane en pierre sèche.
En bas : "La font del Màrrons" au Marrou.
Photos © Bruno Marty

Les trois "frangines" me toisant d'un air dérangé et insisistant  : "Eh toi ! le photographe, tu veux notre portrait !" 
Photo © Bruno Marty

Un champ de noyers bien élagués.
Photo © Bruno Marty

Aux environs du Scournat, avec toujours les bouvillons dans les prés, en toile de fond.
Photo © Bruno Marty

En haut : Hangar agricole avec pigeonnier, à Circaud.
En bas : Maison avec pigeonnier, à la Martilie.
Photos © Bruno Marty

Grives. Les moutons dans un champ traversé par le Valech.
Photo © Bruno Marty

Troupeau de vaches aux environs de Magot.
Photo © Bruno Marty

Flore aquatique au fond de la vasque du Moulin de Falgueyrat, sur le Valech.
Photo © Bruno Marty



06/03/2018
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres