Terres de Nauze


Nos amis anglais : Brexit or not Brexit !

5 appréciations
Hors-ligne
Belvès fut occupée par les Anglais, par intermittence, de1242 à 1442, la bataille de Castillon (1453) mettant un terme à la guerre de
100 ans.
 Nos amis anglais sont de retour,
résident dans nos campagnes mais s’interrogent sur le sort que leur réserve la
sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.
Ce jour, Ursula Von Leyen est candidate à la présidence de la Communauté Européenne,
or on la sait favorable au report de la date de sortie du Royaume-Uni de l’Union
fixée au 21 octobre.
Quel que soit le résultat du vote, cette sortie n’est qu’une question de temps.
En 1973 la Grande-Bretagne faisait son entrée dans l’Union ; le 3 juin
2016, elle décidait d’en sortir à 51,9%. Cela dit, nous devons toujours avoir à
l’esprit que ce pays fut en 1940 le dernier rempart contre les nazis et que
nous lui sommes redevables de notre liberté.
On pressentait ce revirement depuis longtemps. Ce pays a toujours été tenté par
le grand large, soucieux de son isolement qui le protège du continent. Cette
fois-ci il veut s’affranchir de Bruxelles, quel que soit le prix à payer pour
retrouver son indépendance économique.
L’affaire vient de loin. Cette suspicion envers l’Europe, ce sentiment de
supériorité, cet éloge de sa propre nation, on les retrouve dans une pièce de
Shakespeare « Richard II ».
Le duc de Lancastre, parlant de l’Angleterre, s’adresse au duc d’York en ces
termes :
Ce trône royal des souverains, cette île en forme de sceptre,
Cette terre de majesté, ce siège de Mars,
Cet autre Eden, demi-paradis,
Cette forteresse construite pour elle-même,
contre la contagion et la main de la guerre,
Cette race d’hommes heureuse,
Ce petit monde, cette pierre précieuse enchâssée dans la mer d’argent qui lui
sert de rempart,
Ou de motte castrale qui défend le château,
Contre la jalousie de terres moins heureuses,
Cet endroit béni, cette terre, ce royaume, cette Angleterre.
La pièce fut écrite en 1595. Tout est dit.

Dernière modification le mardi 16 Juillet 2019 à 20:24:07

2 appréciations
Hors-ligne
Rappelons que le 27 novembre 1967 le général De Gaulle s opposait à l entrée de l Angleterre dans le marché commun, alors qu elle frappait à la porte. On lui prête des propos qui auguraient bien de l avenir. Bernard Malhache
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Discussions générales.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 255 autres membres