Terres de Nauze

Du vieillissement à l'érosion !

 

Attention, cette longue page, plutôt conçue pour les passionnés, s'il y en a, tant du blog que de la vie citoyenne de notre ruralité, a toutes les probabilités d'être lassante et fort ennuyeuse pour  les détachés de ces thèmes.

 

 

Photo 01.jpg

 

Un enneakaidecagone, c'est à dire un polygone à 19 côtés, au chevet d'un blog plus qu'essoufflé, délabré, déphasé, vétuste et périmé. Photo © Bruno Marty.

 

  

Qu'est ce qu'un blog.

 

Un blog est une page personnelle ou d'entreprise comportant des avis, des liens ou chroniques périodiquement créés par son ou ses auteurs sous forme de posts. Un flux RSS ou un service d'alerte email permet, en général, aux internautes intéressés par un blog, d'être avertis des nouveaux posts.

 

 

À quoi sert un blog.

 

Lors d'une émission télévisée, consacrée à la poésie, un brillant élève posa au professeur, maître du débat, la question, un tantinet provocante, volontiers cauteleuse et pleine d'humour : "À quoi sert la poésie?" Le professeur, d'un calme olympien, lui répondit tout simplement… "À rien". La laconique réponse du pédagogue, certainement, n'appelait pas d'objection. La poésie, manifestement, ne sert à rien.

Marc Séguin n'était probablement pas dans le lyrisme littéraire lorsqu'il imagina la chaudière tubulaire. Pierre et Marie Curie n'avaient nullement besoin de poésie, pour mettre au point une méthode radiochimique permettant d'isoler les éléments plus actifs que l'uranium dans l'activité de la pechblende,

L'homme du 18 Brumaire n'était pas plus un tyran après L'expiation de Victor Hugo, "Il neigeait, il neigeait, on était vaincus par la tempête…", qu'avant. Cette envolée hugolienne, si elle a traduit l'absurdité du conquérant, n'a nullement changé le cours de l'histoire.

 

Comme ce pédagogue amené à réagir sur la poésie, il le fit avec brio, on peut dire sans trembler un blog ne sert strictement… à rien.

 

 

Pourquoi donc avoir imaginé un blog.

 

 

Quand, il y a près de vingt ans, j'ai échafaudé un blog, comme Luther King, j'ai fait un rêve. Je me prenais, stupide prétentieux, puissance x, que j'étais, à penser que la Nauze au lieu d'être un PGCD [plus grand commun diviseur] pouvait être un PPCM [plus petit commun multiple] et qu'au lieu d'être un diviseur, elle pouvait être un lien territorial assembleur. Implicitement, cela voulait dire que j'avais la stupidité de croire que l'intérêt commun pouvait défaire l'intérêt de "chapelle".

 

 

Quelles pistes donner au blog.

 

Il n'y a pas de domaines interdits si ce n'est qu'il existe, au moins, deux thèmes à contourner avec précaution, non qu'ils soient ignobles mais ils sont d'une grande sensibilité, la (les) religion(s) et la politique.

 

Le lectorat n'a nullement défini ses attentes d'autant plus que celles-ci sont fort différentes. Le branché sport se sent certainement plus concerné par les exploits des  Sangliers de Belvès que par les animations théâtrales du Fon du loup…

 

Il fallait, à mon sens, pointer les grandes manifestations, félibrées villefanchoise et belvésoise -et bientôt cypriote- avoir un regard sur le cinquantenaire du théâtre à Sagelat, le centenaire rugbystique et celui de l'aéroclub, le cent-cinquantenaire de la ligne de chemin de fer. Les grands travaux, nouvelle mairie de Monplaisant, modification de la cantine scolaire de Sagelat, les chantiers menés par les employés municipaux à Belvès et autres.

 

Notre bassin de vie nous lègue un patrimoine historique, certes, avec le castrum belvésois, il compte deux sites d'exception, la filature et l'héritage du patrimoine minier de Merle, des ouvrages superbement érigés, notamment des ponts parfaitement inscrits dans le décor. Nos campagnes disposent de panoramas imparfaitement connus, tels Carvès ou St Germain, de creusets de cours d'eau où jaillissent des sources, où de superbes demeures privées observent les vallées, Pech Gaudou, Le Bloy, les Fargues. Tout cela, c'est connu, à peu près parfaitement pour les autochtones, moins par les nouveaux résidents qui valorisent nos Terres de Nauze.

 

Il fallait, aussi, parler des collectifs qui font vivre notre territoire, les assemblées élues, certainement, mais plus encore des associations qui donnent une note environnementale, Terre en Vert, une note culturelle avec le théâtre, Carvès, Sagelat, des échappées vertes, Les Sentiers d'antan, des chantiers multiples, Unisson, et tant d'autres.

 

Dans notre bassin de vie, on trouve un foyer hautement méritoire, Le Bercail à Ste Foy, où la créativité, loin d'être absente, mérite un chaleureux soulignement.

 

Notre terroir, c'est aussi des femmes et des hommes qui se démènent sans compter, parfois bénévolement, avec désintéressement et abnégation. Il faudrait mettre en relief celles et ceux qui, dans l'ombre, veillent sur la communauté, les gendarmes, les sapeurs-pompiers qui, 24h sur 24, répondent présents, les infirmières et infirmiers, les personnes d'astreinte pour la sécurité, la santé, l'électricité, l'eau courante… Les acteurs de la vie courante sont artisans, professeurs des écoles, facteurs, auxiliaires de vie, agents d'entretien ou tant d'autres métiers qui, chaque jour, œuvrent pour que la vie rurale soit paisible et agréable.

Qu'il me soit permis de rappeler le rôle des enseignantes sagelacoises qui, il y a quelques années, ont associé les écoliers à la vie de la Nauze et les ont sensibilisés sur la pollution environementale au bord des chemins! 

N'oublions pas que nos villages et nos hameaux comptent de nombreux résidents qui n'ont pas leurs racines, ici, mais qui, par leur observation, leur étude du milieu et de l'historicité locale, sont devenus plus "nauzerois" que nos plus anciens autochtones...

 

Nos campagnes sont traversées de voies routières, de modestes chemins ruraux, voire de sentiers, qu'il faut entretenir, consolider, sauvegarder ou restaurer pour que, demain, on ne puisse pas dire, au pied d'une clôture : ici, autrefois, il y avait un chemin.

 

Ce blog, c'est aussi, un peu, l'Histoire et la petite histoire. Il n'est pas inutile de rappeler que de puissants seigneurs ont impressionné, voire terrifié, la population : Blaise de Lasseran de Montluc, Geoffroy de Vivans et, plus près de nous, les sinistres hommes  de main du Reich.

 

Ces Terres de Nauze ont eu la joie ou l'honneur d'être la terre natale de bonnes plumes avec Guy de la Nauve qui rédigea "Anaïs Monribot" ou terre d'accueil de Jean-Matthieu Clôt, il a fait revivre les Visigoths du creuset de la Nauze, ou Éliane Arnoldy, elle vient de présenter "Âme qui vive, témoignage d'une survivante". C'est un peu tout cela, la vie dans nos Terres de Nauze.

 

Ce blog, après de nombreuses années, ne peut que constater son lamentable échec et, naturellement, je suis le premier à regretter qu'aucun de ses objectifs n'ait été atteint.

 

 

 

Beaucoup de remerciements.

 

La réunion de ce 12 janvier, bien entendu, était le contraire d'une quête de congratulations ; c'était simplement une exploration d'attentes, un examen des critiques et, surtout, une recherche de bonnes volontés et de repreneuse ou repreneur. En m'inspirant d'un aphorisme de Sénèque, "Il n'est pas de vent favorable pour une voile qui ne connaît pas son port", je constate donc le fiasco à 100 %.

Ce blog, néanmoins, aussi imparfait qu'il soit, est l'assemblage de nombreuses contributions ponctuelles ou répétitives.

Citons, au premier chef, Bruno Marty qui, avec ses reportages photographiques, a toujours émerveillé. Bernard Malhache, toujours sur la brèche, quand ce n'est pas Sous la Brèche, sillonnant les communes des Terres de Nauze, a aussi apporté bien des témoignages, notamment visuels, des manifestations locales. Nicolas Escurat et Michel Ribette, ces chantres de l'environnement, ont également, su fasciner par leurs images. Je ne saurais oublier Michel Carcenac qui est une véritable mine de souvenirs et qui est probablement un des seuls à pouvoir parler de l'atterrissage du bimoteur à la Lenotte, en 1938.

Une pensée pour Sylvie, la correctrice, qui fait preuve de beaucoup de générosité.

Je manquerais à tous mes devoirs si je ne citais les apports de Jean Rigouste. Ses ouvertures onomastiques, souvent, ont permis de se méfier des faux-amis : par exemple, Cantegrel ne veut pas forcément dire Chante grillon. Les grillons chantent un peu partout et pas seulement à Carvès ou au Bugue. Le majoral Jean-Claude Dugros est aussi un précieux conseiller pour notre belle langue occitane.

Beaucoup d'autres personnes ont enrichi ce blog, certaines en relatant leurs premiers pas dans la vie active, Dominique, Noëlle, Bernard et Jean-Bernard. Ce dernier a su mettre en valeur un métier manuel où l'art et la technicité s'imposent.

La liste n'est pas exhaustive, ce blog s'est construit, beaucoup à l'emporte pièce, grâce à des renseignements, des apports des uns et des autres.

 

 

Le pire sort qui peut échoir à un individu, à un collectif ou à une mission, c'est de s'échapper sans être transmissible.

 

 

Et maintenant, que vais-je faire !

 

Tout comme la poésie dans l'avancée du monde, ce blog n'a strictement aucune utilité. C'est, au mieux, ce que l'on appelle un gadget.

 

Pressé par de multiples amis, notamment éloignés, je ne puis arrêter brutalement. Bien d'autres thèmes attendent d'être portés, dont la félibrée cypriote et le reportage photographique de Bruno, reportage qui représente des mois d'observation et de travail, sur Grives.

 

Je veux bien consentir un dernier effort pour cela ; mais, il est totalement hors de question  de maintenir la fréquence en l'état. La parution sera désormais aléatoire et privilégiera les contributions de chacune et de chacun.

 

Comme disait un occitaniste local, "Adara, io sei las !" Maintenant, je suis fatigué.

 

 

 

Maintenant, faisons un amical tour de table. 

 

Photo 02.jpg

 

  

 

Parlons un peu de la genèse de ce blog. Photo © Bruno Marty

 

Photo 03.jpg

 

Serge, dans une autre vie, incarna Clément V. Il demeure toujours sérieux... comme un pape. 
Photo © Bruno Marty

 

 

Photo 04.jpg

 

Claudine, au centre de ce trio féminin, a quitté le tumulte de la vie politique, pour s'affirmer dans la vie caritative. Elle a toujours soutenu le cheminement de ce blog. À  sa gauche, Françoise. Elle est non seulement venue pour elle-même mais, aussi, pour représenter Claudine, celle des hauteurs de Pesset, sa voisine empêchée, retenue loin de chez elle. Françoise a fait part de multiples difficultés des internautes pour accéder au blog.

Est-il nécessaire de présenter Martine et Jean-Bernard, ces maillons forts de la vie citoyenne monplaisanaise ! Pour eux, il est impératif de maintenir notre tissu rural... avec tous ses atouts. Photo © Bruno Marty

 

 

  

Photo 05.jpg

 

Il est hors de question de continuer sous la forme quotidienne. Photo © Bruno Marty

 

Photo 06 - Montage 01.jpg

 

Jean-Bernard, le plus à gauche sur l'image du haut, estime qu'il est en mesure d'introduire une micro-assistance technique informatique, en s'appuyant sur l'opérateur qui assure la maintenance du site de  la mairie de Monplaisant.

Serge, le Fongauffiérain, le plus à droite sur l'image du bas, est venu, pressé par une escouade d'amis éloignés du pays, affirmer et témoigner que le blog doit perdurer.

 

Odette, à gauche, est venue en voisine immédiate. Dominique, au centre gauche, bien des fois, a apporté des corrections, notamment pour souligner des dates erronées.  Elle suit le blog avec vigilance et elle appuie Sylvie,  la correctrice. Maryse, es qualité de maire de la commune très rurale de Ste Foy, honora, par sa présence, une entité qui a besoin de faire valoir ses actions difficiles et, parfois, bien méritoires. Soulignons qu'elle a fait réhabiliter la fontaine sainte-foyenne et qu'en emboîtant le pas derrière Bernard, il a pris du recul après de multiples mandatures, elle a audacieusement donné à son exécutif municipal, l'extraordinaire sens de la féminité citoyenne. Ste Foy est l'unique commune du Val de Nauze où les dames sont majoritaires à l'assemblée communale. Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 07 - Montage 02.jpg

 

 

En haut, en partant de la droite, bien entendu rien à voir avec les idéologies partisanes, on trouve Daniel qui, il y a bien plus d'un demi-siècle, s'est impliqué dans la vie locale, notamment en faisant vibrer les accents festifs vauréziens, à partir de 1962. Il adore se retrouver dans le décor belvésois de sa jeunesse et, du haut de la rue Pèlevade, il apprécie la perspective de Pesset, son hameau natal, sur l'autre rive de la Nauze. 

Daniel est, non seulement, venu de Bergerac, mais il a généreusement offert et apporté les ingrédients du convivial pot de voeux pour la continuité du blog. 

 

Sur sa gauche, deux néo-Belvésois pour qui le Val de Nauze est un coup de coeur.

Serge et Joëlle ne cessent d'apprécier les charmes de ce creuset de Nauze qu'ils dominent du Cap St Peyre. Pour eux, notre noble ruralité a besoin de souples et solides liens qui soient porteurs d'une vie où les racines campagnardes doivent s'enrichir des apports constructifs de nouveaux résidents.

Didier s'investit dans la vie citoyenne de ces Terres de Nauze. Ici, il impulse, avec brio, une entreprise du bâtiment, ce qui ne l'empêche pas d'apporter ses contributions à la vie citoyenne, au conseil municipal de Sagelat et de donner au collectif monplaisanais, une assistance pour les manifestations festives de l'ouverture estivale.

 

En bas, au centre de la table, René. Dans une autre vie, il pilota la félibrée et diverses manifestations, tant belvésoises que larzacoises et beaucoup ont oublié qu'il fut le promoteur du site troglodytique. L'élu communautaire connaît bien les difficultés qu'il peut y avoir pour impulser une équipée, qu'elle soit associative, culturelle, sportive ou autre. Sa voisine de table, Christiane, verrait d'un mauvais oeil, la disparition de ce blog. Photo © Bruno Marty

 

 

Photo 08.jpg

 

 

Levons les  verres pour la vie citoyenne locale. Photo © Bruno Marty 

 

Photo 09.jpg

 

Olivier, le maire de la commune d'accueil de cette rencontre, deuxième en partant de la droite, ne voudrait pas que ce lien s'effondre. Sylvie, son épouse, ne le contredit pas.

Qu'il soit permis de souligner la présence d'une érudite d'exception, éclaireuse de la vie culturelle de Belvès. Elle, aussi, trouverait dommageable que ce lien ne puisse continuer. Noëlle, tout comme Jacques, son époux, apporte tant de vie aux Musées de Belvès que sa présence, en faveur de ce blog, ne peut être considérée que flatteuse. Sa voisine, Caroline, s'impose comme une "force créative et innovante" de cette ruralité moderne. La venue de cette animatrice du yoga local attesterait, si besoin était, le désir d'épanouissement de nos concitoyennes qui veulent bannir la morosité et le stress. Photo © Bruno Marty

 

 

Photo 10 - Montage 03.jpg

 

 

Que peuvent bien se dire Martine et Claudine ?  C'est, peut-être, un petit secret de la vie locale que ces dames échangeaient en aparté. Attention, vous savez que Marcel Pagnol a fixé, en son temps, le contingent maximum d'échange d'un secret... il ne peut dépasser deux personnes ! Photo © Bruno Marty

 

Photo 11 - Montage 04.jpg

 

 

 

Serge observe ses voisines. Sur l'image du bas, Françoise et Didier lors du pot. Photo © Bruno Marty

 

________________________

 

 

Le Schmilblic n'a nullement avancé ce 12 janvier, journée du Téléthon à Fongalop, des 10 ans du C.D.F. de Monplaisant et d'un groupe de travail de l'A.N.A.C.R.

 

On notera que toutes les personnes présentes ou susceptibles de prendre le relais, s'estiment non disponibles ou surbookées. Il n'y eut donc aucune ombre de repreneur et les "potentialités" envisagées, il y a quelques jours, se sont littéralement effondrées.

 

L'unique vœu pieux formulé fut celui de constituer un comité de rédaction et de lecture, avec des participants de la vie associative.

 

Il n'y aura, bien sûr, aucune nouvelle réunion du blog, sauf si  surgit un repreneur ou une repreneuse fermement décidé(e) à se saisir des clés. En attendant, ce 12 janvier fut une sympathique journée amicale que, personnellement, je ne suis pas prêt d'oublier. Je remercie, chaleureusement, celles et ceux qui ont sacrifié leur soirée pour cette occasion. 

 

 



18/01/2018
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres