Terres de Nauze

Concert de piano pour Haïti.

 

 

SAGELAT

 

Quatre grands virtuoses pour un concert à quatre mains.

 

 

Franz Schubert (prononcé en allemand : [ˈfʁant͡s ˈʃuːbɐt]) est un compositeur autrichien né le  janvier 1797 à Lichtenthal, l'un des quartiers du neuvième arrondissement de Vienne. Il décéda à Vienne le  novembre 1828.

 

Piotr Ilitch Tchaïkovski.  né le 7 mai 1840, Votkinsk, Russie, décès  6 novembre 1893, Saint-Pétersbourg, Russie

 

Manuel de Falla (de son nom complet : Manuel Maria de los Dolores Falla y Matheu) est un compositeur parmi les plus importants d'Espagne, né le  novembre 1876 à Cadix (Espagne), et mort le  novembre 1946, à Alta Gracia (Argentine).

 

Darius Milhaud, né le 4 septembre 1892 à Marseille et mort à Genève le 22 juin 1974, est un compositeur français de musique classique.

 

 

 

CONCERT DE PIANO POUR HAÏTI

 

 

SOS ENFANTS DU MONDE

organise un CONCERT DE PIANO À 4 MAINS,

au profit des enfants de HAÏTI.

 

Ce récital aura lieu

 

le MERCREDI 26 JUILLET à 21 heures

à l’ÉGLISE de SAGELAT.

 

Les artistes, Nathalie et Pierre Calka, sont frères et sœurs et ont des attaches très fortes à Belvès. Nathalie est la belle-fille de Claudine et Hervé Le Barbier. Ils se sont d’ailleurs déjà produits, il y a quelques années, à Belvès et depuis à Paris, Rouen, Marseille et dans d’autres villes. Leur prestation est entièrement bénévole.

 

Ils interpréteront des œuvres de Tchaïkowsky, de Falla, Schubert et Milhaud.

 

L’entrée est fixée à 8 euros.

 

Merci d’avance de votre présence.

 

 

 

Haïti
Photo Pierre Fabre
 

Quelques mots, essentiellement, pour les nouveaux du lectorat de ce blog, sur l'Église de Sagelat.

 

Cette église romane, neuf fois séculaire, a été érigée aux XIème et XIIème siècles  sur le socle d'une villa gallo-romaine. 

Nos ancêtres, à l'époque de l'empire romain, avaient tracé un impressionnant réseau routier  qui maillait les villes dont Vésuna, l'actuelle Périgueux, aux mains des Pétrocores et Uxellodunum, disons pour faire simple, Cahors, aux mains des Cadurques. Cette voie romaine comportait des variantes, surtout sur les terres quercynoises. Elle épousait le creuset de la Nauze et passait donc au piédroit de la villa gallo-romaine de Sagelat. Une villa de cette époque n'avait rien de commun avec une demeure cossue de bourgeois de notre temps. C'était, en quelque sorte, un lieu d'échange, pratiquement une micro-agora. Notons que si l'orthographie de ville et de village, comporte deux l, c'est un héritage latin des villas de l'Antiquité.

Après la relative Paix romaine, elle dura tout de même quatre siècles, la chrétienté a voulu s'imposer comme étant la puissance incontournable... pas forcément en promouvant les règles de la tolérance.

Quatre principaux chemins de St Jacques ont conduit les pèlerins vers la cité ibérique. Sagelat se trouvait sur l'une des variantes de l'itinéraire jacquaire reliant Le Puy à St Jacques. 

L'Église de Sagelat fut l'un des multiples lieux cultuels de ces migrations mais elle demeura dans des dimensions parfaitement modestes. Cette église, plusieurs fois remaniée, ne comportait guère que sa nef. Au siècle dernier, l'enrichissement considérable de François Channat, son avant dernier prêtre, a fait que, dans l'époque trouble de la dernière guerre, François Merchadou, son successeur, a voulu donner à son église, une autre dimension en lui adjoignant deux chapelles. Une fut tournée au nord, la chapelle Saint Joseph, elle était plutôt réservée aux enfants, et une, tournée au sud, la chapelle mariale. Elle, était celle de la chorale et de la jeunesse. Ainsi, François Merchadou a voulu que l'Église de Sagelat, qu'il affectionnait, prenne l'aspect de la croix latine.

 

Les abords de l'Église de Sagelat.  Toujours dans le périmètre de l'antique villa gallo-romaine, on trouvait la puissante ferme du lieu qui jouissait du patrimoine privilégié de ce "riche" Val de Nauze.

Comme bien d'autres vénérables églises, [St Amand, Capelou, Ste Foy] Sagelat avait sa fontaine. On retrouve cet attrait pour l'eau, héritage du respect "païen" et gaulois pour ce fluide vital. La chrétienté se l'est appropriée par le baptême et les fonts baptismaux. L'eau de la fontaine de Sagelat alimentait encore, au  siècle dernier, un lavoir et une retenue d'eau pour la pâture. En Occitanie, on désigne ces retenues d'eau, des "serbes". La "serbe" s'est asséchée avant la dernière guerre.

Tout ce merveilleux système, par faute d'entretien, s'est dégradé et la fontaine a tari.

 

Depuis plusieurs décennies l'Église de Sagelat, jadis libre d'accès, est, comme bien d'autres, fermée à clé. Il n'y a pratiquement plus que de fort rares offices, hormis les cérémonies privées. Grâce à des personnes qui partagent leur passion historique avec les visiteurs, des journées patrimoniales de septembre, l'Église de Sagelat s'ouvre exceptionnellement au public. Le récital du 26 juillet permettra à celles et à ceux qui ne la connaissent pas de découvrir ce modeste édifice qui, au-delà de nos sensibilités différentes, mérite bien une petite visite.

 

 

Les lecteurs de ce blog qui trouvent que, trop souvent, je m'égare, vont dire "une fois encore, cette vieille baderne radote".




17/07/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres