Terres de Nauze

Aujourd'hui, n'oublions pas Marie-Jo.

 

 

Photo de profil de Marie Josée Albenque, L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes et gros plan

 

 

Que se passait-il ce 7 août-là? Les annales ne donnent pas beaucoup de faits historiques. Elles se bornent, hélas, à relater le drame d'une terrible intensité qui va ouvrir une longue et douloureuse histoire partie, la nuit précédente, de la montagne de Lure, en Haute-Provence. Elle pointe Gaston Dominici, un paysan rude et, probablement, d'une grande sensibilité retenue. J'allais oublier, ce jour-là, Marie-Jo, à Belvès, pousse son premier cri.

Cette année-là,  Édith Piaf chante "Je t'ai dans la peau", Luis Mariano, "Mexico" et Jean Bretonnière séduit les auditrices et auditeurs de la radio avec "Ma petite folie". 

 

 

Dès que Marie-Jo a pu apprécier l'ivresse enfantine de la bicyclette, elle s'est plu, avec ses comparses, à terroriser les mamies fongauffiéraines en dévalant la rampe de la fontaine, à l'époque un banal chemin castiné, avec son engin au freinage aléatoire.

 

Parler de Marie-Jo, sans citer ses inoubliables parents, serait une impasse sur la vie villageoise. 

Paul, dit Paulo, fut un acteur de la Troupe de Sagelat. Il nous quitta à Siorac, dans un effroyable accident de la circulation, en août 1969. Élise, dite Lison, fut, elle aussi, une Fongauffiéraine attachante. 

 

Marie-Jo, aujourd'hui, bien que Marnacoise, est, certainement, la plus "authentique" fongauffiéraine de mes connaissances.

 

Pour le lectorat de Terres de Nauze, blog qu'elle suit avec attention, je lui adresse tous les voeux circonstanciels pour son anniversaire. 



07/08/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres