Terres de Nauze

Ces fléaux de l'humanité.

 

Aujourd'hui c'est la journée sans tabac.

 

 

 

Attention cet article ne vise nullement les fumeurs pris individuellement. La tabagie est, hélas, un énorme problème sociétal qui interpelle les fumeurs, ceux-ci, en général, ont été pris ou tentés par cette inclination  lors des "erreurs" de l'adolescence ou des anciennes servitudes militaires. S'il paraît très facile de s'y engouffrer l'inverse, sans être impossible,  s'avère particulièrement difficile.

Ce problème interpelle aussi les proches des fumeurs, enfants, collègues et amis qui subissent ou ont subi le tabagisme passif.

 

 

Bien pire que les sinistres, abjects, méprisables et odieux terroristes, il existe des fléaux, par ailleurs parfaitement légaux, qui tuent.

 

Le tabac qui fut, il faut bien l'admettre, la fierté de nos planteurs, fait, hélas, partie de cette monstruosité inconsciente qui certainement, hier, n'émouvait nullement nos aînés. Ils consacraient leurs meilleures parcelles pour la plantation de l'herbe de Nicot et s'adaptaient, hélas, à ce mode d'exploitation tout comme les ouvriers des arsenaux de guerre ou assembleurs de terrifiants avions de destruction, individuellement parfaitement pacifistes, évitent de se poser des questions sur la finalité de leur outil de travail.

 

Le tabac tue -et c'est une évidence- bien plus que l'épouvantable terrorisme ou la dangerosité automobile. Il pollue visuellement nos espaces publics... mégots abandonnés un peu partout, il pollue l'environnement, les rivières ; et, ensuite, les mers et les océans sont souillés par les reliefs du tabac.

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "journée sans tabac"

 

https://www.google.fr 

 

 

De timides mais encourageants signaux.

 

 

 

Le fléau de la tabagie, jusqu'au siècle dernier, était quasiment l'apanage exclusif de la masculinité. La tabagie, stupidement, symbolisait une forme de virilité. Cela est devenu de moins en moins vrai et les féministes, consciemment ou inconsciemment, pensaient qu'elles venaient, sur les pas de George Sand ou de Françoise Sagan, de s'approprier un privilège masculin. Elles revendiquaient, ainsi, le droit de se vulnérabiliser, espérons sans penser à la fragilité qu'elles transmettaient à leurs enfants. C'est probablement, là, une drôle de "conquête sociale"... acquise manifestement à contresens !

 

 

On peut dire qu'il y a eu, depuis un gros quart de siècle, des progrès à saluer. Il est maintenant interdit de fumer dans les manifestations publiques, surtout si celles-ci ont lieu dans des espaces clos. Il est même inconvenant de fumer lors de réunions privées, repas d'amis ou familiaux... ce qui aurait été impensable, il y a un demi-siècle ! Dans les années 50, il n'était pas rarissime de voir des fumeurs s'affranchir des prescriptions d'interdiction dans les salles de cinéma, notamment à l'entracte.

 

La loi Evin, timide, certes, s'inscrit dans ce long travail de sape contre cette affreuse tabagie qui est, et de loin, particulièrement dévastatrice pour la santé.

Certaines études tendraient à indiquer que le tabagisme féminin, redoutable fléau du siècle que nous venons de clore, commencerait un peu, d'une manière pas seulement infinitésimale, à s'essouffler ; mais, il y a encore tant et tant de fumeuses et de fumeurs que la route sera bien longue et difficile pour obtenir des effets significatifs.

 

L'alcoolisme, hier, était la ligne de mire des fléaux à éradiquer. Il demeure toujours inquiétant mais, aujourd'hui, sans dire qu'il est en voie de disparition, on mesure certaines évolutions heureuses. Le vin est même salué comme un produit noble à consommer, certes, avec discernement. Pour le tabac, il est à craindre que l'on ne puisse lui trouver un quelconque côté positif. 

 

Des mégots de cigarettes.

 

Bah !

 

http://www.20minutes.fr/planete/733876-20110531-megots-fleau-aussi-environnement

 

Cinq minutes pour fumer une cigarettedouze ans pour qu’un mégot se décompose dans la nature. Si les méfaits du tabac sur la santé sont bien connus, on se penche encore peu sur les effets néfastes de la cigarette sur l’environnement. Les chiffres sont éloquents: selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le tabac est responsable, chaque année, de la déforestation de 200.000 hectares de terres dans le monde et génère 2,3 millions de tonnes de déchets industriels et 209.000 tonnes de déchets chimiques.

 

Huit millions de mégots jetés, chaque minute. UIT 


Les mégots, en particulier, sont responsables d’une pollution visuelle et environnementale dans les villesOn estime que huit millions de mégots sont jetés, chaque minute, dans le monde, dont la plupart se retrouvent dans les rues et dans les égouts. Or, ces filtres contiennent des substances nocives qui se libèrent dans les réseaux d’ assainissement des eaux, non équipés pour les traiter. Nicotine, phénols et métaux lourds se répandent, alors, dans les eaux des stations d’épuration, un seul mégot pouvant polluer jusqu’à huit litres d’eauselon la mairie de Paris.

Quand ils sont jetés dans la nature, les mégots sont tout aussi néfastes. Ils fragilisent la végétation et sont entraînés par les cours d’eau jusqu’à la merexplique l’association Robin des Bois. En montagne , on retrouve jusqu’à 7.000 mégots par jour, sous un seul télésiège, rapporte  l’association Moutain Riders, qui organise, chaque année, des nettoyages de pistes, en fin de saison.

Depuis le 1 er janvier 2008, l’interdiction de fumer dans les établissements ouverts au public et les lieux de travail, a fait apparaître des montagnes de mégots en bas des immeubles et devant les bars et restaurantsPlusieurs villes ont mis en place des programmes de sensibilisation ou ont organisé des distributions de cendriers de poche. Mais, les fumeurs ont encore du mal à perdre leurs mauvaises habitudes.



31/05/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres