Terres de Nauze

Tribune libre. Le respect de la parole donnée.

 

 

"Parla papièr, taisa-te-lenga !"  [Vieil adage occitan imparable de sagesse, de lucidité, de raisonnement et de maîtrise du droit. "Parle papier, tais-toi langue."]

 

 

 

SAGELAT

 

 

 LE RESPECT DE LA PAROLE DONNÉE.

RÉFLEXION D’UN ÉLU DE COMMUNE RURALE

 

par

Olivier Merlhiot

Maire de Sagelat.

 

Olivier Merlhio tmaire.jpg
 

 

 

 

- Le 1er Septembre 2016, fut créé le RPI Sagelat, Pays de Belvès, après plusieurs semaines de négociations entre élus et Inspection académique. Un moratoire de trois ans, renouvelable par tacite reconduction, prit donc effet à cette date. L’article 2 du moratoire précise :

 

 "Les conseils municipaux des communes de Pays de Belvès et Sagelat affirment leur volonté de maintenir les deux écoles. En conséquence, si l'administration de l'Éducation Nationale décidait la fermeture d'une classe, la suppression interviendrait à Pays de Belvès. Cependant, si les effectifs augmentent en vue d'une réouverture d'une classe, celle-ci se ferait à Pays de Belvès. Le lieu de la fermeture pourrait être modifié si l'organisation pédagogique devait être plus efficiente ; pour cela, la consultation du Conseil d'Ecole et l'expertise de I'IEN de la Circonscription s'avèrent nécessaires."»

 

-Lors des conseils d’écoles précédents, aucune discussion concernant une éventuelle suppression de poste sur le RPI,  ne fut à l’ordre du jour.

-Le 23 Janvier 2018, un courrier signé par l’inspectrice départementale (DSDEN24) adressé aux maires de Sagelat et de Pays de Belvès, nous informe d’une possible suppression de poste sur le site de l’école de Sagelat.

- Le 31 Janvier 2018, nous demandons immédiatement par courrier recommandé adressé à madame l’inspectrice, un report de cette mesure afin de pouvoir terminer sereinement notre réflexion associant élus, enseignants, et parents d’élèves, conformément au moratoire signé en 2016.    -Aucune réponse de l’inspection.

-Le 17 février 2018, nous apprenons brutalement sur le site du journal SUD OUEST, la suppression d’un poste d’enseignante à Sagelat, aucun courrier ne nous étant parvenu pour nous en informer.

-Suite à cette décision, nous apprenons la mutation et le remplacement de l’inspectrice d’académie de Périgueux (DSDEN24).

 

Rappelons pour mémoire que le site de Sagelat  comptait, avant la création du RPI, 42 élèves pour 2 enseignantes. Des travaux de modernité ont été réalisés avec l’aide de la communauté de communes et du conseil départemental, durant ces dernières années : la construction d’un restaurant scolaire et d’une cuisine permet  à nos élèves  de prendre le repas de midi, en découvrant une cuisine de goût réalisée sur place. Un terrain de sport, une salle de classe équipée de matériel informatique avec tableau numérique, une sécurisation du stationnement autour de l’école, assurent la poursuite d’un enseignement de qualité en toute sécurité, sans dépense supplémentaire.

 

Je regrette vivement cette absence de concertation avec fin de non recevoir, de la part de l’inspection académique.   Avec les enseignantes, nous avons proposé de développer  un projet d’école sur le site de Sagelat, avec introduction  de pédagogies actives comme existant déjà sur le site de Blanquefort-sur-Briolance. 

Il nous semble pertinent de développer un autre type d’enseignement,  pour permettre à tous nos enfants d’apprendre avec un  choix de modèles éducatifs adaptés à chacun. Ce type de structure au sein du RPI peut permettre d’attirer de nouvelles familles dans notre territoire rural. Là encore, les représentants de l’éducation nationale n’ont eu aucune écoute devant la proposition de l’équipe municipale  et de l’équipe pédagogique  unies pour sauver une école  et proposer un modèle innovant afin de rendre plus attractif notre territoire.

 

Je me permets de souligner que la suppression d’un poste sur Sagelat,  au sein du RPI, met en péril notre école créée depuis des décennies. 

Une réflexion s’impose sur le rôle des élus de communes rurales, leur parole et leur réflexion n’ayant, à priori, aucun poids face à des décisions prises en amont et sans aucune concertation préalable.

 

Il me reste maintenant à faire appel de cette décision non conforme au moratoire, d’en informer les enseignantes, le conseil municipal, les parents d’élèves et la population.

 

Olivier Merlhiot

Maire de Sagelat  

 

 



03/03/2018
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres