Terres de Nauze

Bon anniversaire Josiane.

 

Le 10 mai, date que certains ont considéré comme historique, fut la date qui valida le caractère jupitérien d'une République bourgeoise et élitiste d'essence prioritairement élyséenne. Elle balaya toutes les espérances de transformation authentique mue par une aspiration populaire concevant une société valorisant, au premier chef, les plus humbles. Les adeptes du nouveau pouvoir, ce jour-là, tenaient à oublier qu'ils avaient fustigé, voire caricaturé, le système qu'ils s'apprêtaient à encenser. Laissons là ces souvenirs, ils appartiennent à l'histoire et c'est aux historiens qu'il appartient de faire le point sur ce passé. Certes, collégialement, il nous appartient ; mais, par faiblesse, dépit ou par lassitude, on a tendance à l'oublier ou à vouloir l'oublier.

 

 

 

Je voudrais, aujourd'hui, 10 mai, journée d'une autre essence, souhaiter un bon anniversaire à l'épouse d'un vieil ami et condisciple.

 

Josiane Estay-Vergnolle.jpg

 

Josiane, quand tu poussas ton premier cri, ce 10 mai-là arrivait après un immense soulagement. Nos parents qui avaient connu deux guerres mondiales, ils avaient été élevés dans le culte des Poilus, mesuraient, certainement, avec imprécision, la période historique qu'ils venaient, l'avant-veille, de franchir. Pour notre Périgord, libéré depuis le 18 août qui précédait, Reims était loin d'eux et ils pensaient que l'Histoire était déjà passée par là... et pourtant l'histoire, ce vecteur du temps,  never rests, pour parler comme les adeptes de Shakespeare, ne s'arrête jamais.

 

Josiane, pour tes anciens condisciples et amis de nos Terres de Nauze, tu as toujours été une des nôtres, une que l'on aime retrouver. Pour tes clients de ta longue période à la Poste, tu avais toujours un mot gentil, une attention particulière pour celles et ceux qui t'ont connue, remplie d'espérance d'un parcours vivifiant, au piédroit du P.N 332 qui a marqué ton enfance.

 

Pour tous ces vieux compagnons et amis du cheminement qui nous lie à ce passé "nauzérois", je te souhaite un joyeux anniversaire et j'adresse toutes mes amitiés au compère qui, le 1eroctobre 1956, franchit avec moi la porte des vieux murs des hauts remparts belvésois.



10/05/2018
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres