Terres de Nauze

Véronique Layec affirme sa passion pour la nature, la faune et la flore.

 

Entre les creusets de la Couze et du Raunel.

 

 

 

Véronique Layec.JPG

 

 

Lorsque, le 8 mars dernier, Véronique Layec, 49 ans, est devenue la première garde particulière et garde des bois de Dordogne, elle a, à sa façon, célébré de belle façon, la journée des femmes. Cette émotion fut également partagée par son époux qui est garde-chasse à Siorac et lui a transmis ce besoin de faire respecter le droit et la loi. Tous deux sont des amoureux inconditionnels de la nature, de la flore comme de la faune. Véronique a, du reste, un diplôme agricole section élevage. Cette mère de trois enfants est employée à Carrefour. Désormais, elle va pouvoir vivre sa passion. Le chemin a été long pour arriver au graal : elle a dû suivre des formations organisées par Robert Crauzac, président de la fédération nationale des gardes particuliers, et Francis Gamba, secrétaire. Elle a obtenu plusieurs modules. Aujourd’hui, dans ses premières attributions, elle peut surveiller des propriétés privées, comme ce sera le cas pour le domaine de Campagnac, à Saint Pardoux & Vielvic, et constater par procès-verbal, toute contravention. Pour elle, le respect de la propriété privée est sacré. Mais, elle est aussi garde des bois et ainsi, peut sélectionner les arbres à abattre, les cuber, avertir du danger qu’ils peuvent représenter, ou encore signaler les décharges sauvages dans les bois et pénaliser les auteurs. Véronique Layec a également le module garde-chasse mais aussi garde-voirie étendue aux cimetières. Les communes peuvent donc solliciter ses services dans ces domaines. "Il me manque encore le module pêche" dit-elle, mais son obtention ne saurait tarder. Il faut bien que les femmes prennent conscience que ces formations ne sont pas réservées qu’aux hommes, ajoute-t’elle, s’appuyant sur le fait que, depuis longtemps, il y a aussi des femmes gendarmes.

 

 Texte et photo © Bernard Malhache.

 

_________________

 

Sous le coude.

 

Pauvre Pétassou. À Siorac, il n'a pas sauvé sa tête.

L'alternat. Une forme de circulation bien gérée sur les chantiers.

La soirée hors normes du Ciné-club à Ste Foy.

Jérôme Henocq... ce bénévole qui veut vous faire aimer l'informatique.

Ralph Finkler est venu à Belvès, rencontrer les élèves de troisième.

L'ANACR pleinement satisfaite de l'impact de la cérémonie du Canadier.

Qu'évoquent pour les adolescents, les lieux de mémoire ?

Ce patrimoine que l'on n'a pas su préserver.

Attention, l'ordre séquentiel n'est pas figé. 



17/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres