Terres de Nauze

Un conte de Perrault "occitanisé" et adapté à nos bois du Périgord

 

 

La rédactrice du billet qui suit, s'est passionnée pour la Félibrée de sa commune natale Sent Cíbran et elle m'a proposé, pour le lectorat de ce blog, en complément de l'appendice félibréen de ces jours derniers, une adaptation d'un conte de Perrault qui m'a semblé fort bien tournée. Qui sait, les concepteurs d'animations, qu'elles soient estivales ou autres, pourraient s'en inspirer et, pourquoi pas, la retenir pour une veillée dans une salle des fêtes,  dans un village de la Bessède ou de la Forêt Barade, du Bois de Salles ou de Capdrot, pour le plus grand plaisir des seniors qui, tant soit peu, comprennent l'idiome de nos aïeux !

 

Merci Françoise

 

____________ 

 

 

Françoise Maraval.jpg

Françoise Maraval, fidèle abonnée de ce blog, cypriote par ses racines, m'a fait parvenir un conte occitan -elle l'a écrit quand elle s'affairait à l'Atelier d'occitan de Saint-Cyprien- proposé par l'A.S.C.O. (atalher sarladés de cultura occitana) en 2016. L'imagination est bien la sienne, le premier jet est bien de son cru ; mais, la rédactrice tient à rendre hommage à Paulette André, son professeur, dont elle précise qu'elle a eu la patience de corriger ses fautes, fautes bien normales, au bout de seulement un quadrimestre de cours.


Un livret a été publié par l'A.S.C.O, livret publiant tous les travaux des élèves de l'année scolaire 2016-2017. La préface du livret a été faite par Daniel Chavaroche, Président de l' A.S.C.O.
 

Françoise Maraval

 

Françoise a fait une brillante carrière à La Poste ; et, ses pérégrinations l'ont amenée dans diverses résidences où l'on ne parle pas forcément la belle langue des troubadours.

 

Quand elle était scolarisée à Belvès, elle avait pour condisciples, mes amies Françoise de Benaco et Lydie Chies et bien d'autres dont Ginette Manchotte, Nicole Pelot et Zélia Darquié. Plus tard, après s'être introduite dans les vieux murs du lycée, elle trouva parmi ses camarades de la gent masculine, des jeunes gens, devenus, depuis, de respectables seniors. Elle se souvient de mon cousin Jack Carrière, de François Roussely, de Jean-Pierre Lalbat, de Mérico Chies, du regretté Daniel Maury, de Jacques Giffault, d'Henri de Commarque et de Jacques Pichot de Champfleury, lui aussi décédé, autrement dit une belle extraction de la fine fleur de l'élite de ces vénérables remparts.

 

    Je n'ai nullement l'intention d'expertiser sa très belle imagerie occitane, je laisserai ce soin à mon ami, le majoral Jean-Claude  Dugros.

 

Françoise, il y a quelques années, avait réuni ses condisciples, pour le cinquantenaire de leur baccalauréat. Elle avait invité, pour cette échappée, un "intrus" qui avait "bachoté" un an avant eux mais qui bénéficiait du statut privilégié de notable de Belvès, commune où il a ceint l'écharpe tricolore au gland d'or. Par ailleurs, je pense que notre ami René Malaury, compagnon ponctuel de cette équipée, est certainement un des rares, voire le seul, qui soit capable de disserter  en occitan, sans trébucher.

 

 

Revenons au billet que Françoise m'a fait parvenir. Dans l'écriture, parfois ou souvent, se pose la question du plagiat. Elle n'épargne pas les plus grands noms de la littérature. D'aucuns posent la question de la paternité des œuvres de Shakespeare et estiment que son œuvre fouille les siècles. N'ayant naturellement aucune qualité d'expertise dans ce domaine, comme dans tant d'autres, je dirais simplement que les personnages de Roméo et Juliette ont ému des millions de préadolescents, voire bien d'autres âmes rêveuses ou sensibles.

 

Daudet, n'est-il pas, aussi, à sa manière, le plagiaire de Roumanille ; mais, le cercle commun des mortels, où s'incruste votre humble serviteur, a largement apprécié le sermon prononcé par Le curé de Cucugnan.

 

Françoise Maraval n'est certainement pas, dans l'esprit, une plagiaire. Elle s'amuse avec ses souvenirs de petite enfance dans la cité de l'humaniste Pierre Boissel, populaire médecin, dont elle a connu des descendants. Sa plume fertile -et ô combien scrupuleuse- révèle tout juste, pour le plus grand plaisir des occitanistes, une adaptation occitane du cheminement de Perrault.

 

Ce sera un plaisir de suivre l'adaptatrice sur les chemins de l'imaginaire del petit nanet.  

 

 

_________________

 

 

Lo petit nanet

 

Un còp èra un boscatièr e sa femna que avián set drollets. Èran tan paures que avián pus res per los noirir. Endonc, un ser, se decidiguèron de los far pèrdre pels bòscs, lonh, lonh de l'ostal.

Mas lo darrèr dròlle de la coada, lo petit nanet, èra plan escarabilhat (l'avián apelat aital, talament èra pichonet) ; s'èra amagat jos la taula en veire son paire e sa maire tan migrós e aviá auvit la conversacion. Lo lendeman, de bon matin, lo petit nanet se'n anèt al riu amassar de petits calhaus blancs per los semenar tot lo long del camin. Dins lo bòsc, los dròlles se botèron al trabalh emb los parents, puèi, a mièja jornada faguèron une petita dormida per tal de se pausar un pauc... Mas, quand se desrevelhèron, lo paire e la maire èran pus aqui. Los dròlles cridèron "Papà ! Mamà !" Mas pas cap de responsa ! E vaqui que lo petit nanet diguèt a sos fraires :

 - Ajètz pas paur e seguètz-me ! Aqueste matin, semenèri de petits calhaus blancs tot lo long del camin... Aital podem tornar trobar nòstre ostal !

 Tanlèu dit, tanlèu fach ! Son los parents que foguèron urós, d'autant mai que avián recebut un sac de farina per far de pan : lors petits dròlles èran tornats e poirián minjar de bon pan ! E la vida vidanta tornèt contunhar... Cada jorn, tota la familha anava far de lenha pels bòscs, mas un jorn, un còp de mai, calguèt que los parents fasquèsson pèrdre lors enfants ; volián pas los veire se morir de talent... Mas aqueste còp, lo petit nanet posquèt pas anar amassar de roquets blancs... E quand fuguèron pels bòscs a trabalhar, lo petit nanet susvelhava sos parents tant que podiá, mas aquels d'aqui capitèron a fugir sens que los dròlles se'n trachèsson. Quò fuguèt lo petit nanet que se'n mainèt en primièr ; sos fraires se calcinavan pas... De tot biais, lor petit fraire aviá pogut los salvar un còp... I aviá pas cap de rason de se migrar mai ! Mas lo petit nanet diguèt qu'èran perduts a de bon e cridèron, e plorèron, mas degun respondèt pas fòra qualque choita. Puèi, se calèron... en per cas que lo lop siasque a baralhar enpr'aqui... Tot en d'un còp. vaqui qu'una femna davalèt d'un arbre bèl e lor diguèt : - Iò, sei la Josepina, l'àngel gardian. Ai quicòm a vos donar !

E lor mostrèt un tròç d'afar.

 - Que quòs aquel daquòs ? çò demandèt lo petit nanet.

- Quò's un GPS (Guide Pels Sendarels). li expliquèt Ia dòna. Quò te ditz lo camin per anar d'un endrech a un autre... Aital, poiretz tornar en çò vòstre sens pas cap de problèmas ! E la boita parlava : "tot drech... a l'esquèffa... a man drecha..." Atupisseire I Mai que mai, meravilhòs ! E camina que caminarà. e parla que parlarà" los dròlles se trobèron lèu davant la pòrta de I'ostal. Ausiguèron los parents se plorar. Lo petit nanet truquèt a la pòrta en disent : "Paire, maire, plorètz pas que sem aquí !"

 Quand venguèron drubir la pòrta, foguèron plan estonats : se fasiá tard, èra la nègra nuèit, e dumpuèi un brave temps los lops barrutlaires los aurián degut emportar dins lors tutas... Mas qun èra aquela femna que lor brandissiá las pelhas, a els, los parents ?

 - Malurós, çò diguèt la femna, qu'avètz fach ? Far pèrdre sos drôlles pels bòscs ! Avètz pas vergonha ? Disètz qu'avètz pas de sòus per crompar de que minjar... E I'argent de las allocacions familialas, que ne'n fasètz ?

Lo paire rebequèt : - I compreni pas res... las allocacions... ? De qué parlatz?

La Josepina de contunhar :

 - Los dròlles son pas estats declarats a la CAF ?

 - La CAF ? Qu'es aquò diguèt lo paire tot en se demandant d'ont sortissiá aquela femna e de que parlava !

 - Bon, anam a la vila, a la caissa... Seguètz-me, lor diguèt la Josepina. E fai tirar ! Los vaqui tots partits sul camin de la vila, la Josepina davant, lo paire, la maire los set dròlles, lo petit nanet a la coa coma de costuma...

 

Résultat de recherche d'images pour "petit poucet"

 

Arribèron a la vila e s'arrestèron davant un ostalàs grand, emb tot plen de fenèstras e d'escalièrs e quitament al-dedins. una gabiá de fer que te n'emportava lo monde en I'aire : pas mestièr de susar per montar los escalièrs, caliá nonmas apiejar sus un boton e la gabiá se drubissiá ont zo voliatz...

La Josepina anèt chas una dòna plan aimabla que se sonava Mariana e que diguèt :

"Mas set dròlles non declarats, quò fa belcòp de sòus perduts ! E... vòstres dròlles van pas a I'escòla ? Lo paire que semblava pas èstre jamai sorlit de son ostal e de sos bòscs e qu'òm auriá cregut vengut d'un autre monde, respondèt :

- " Que nani ! Los dròlles trabalhavan tots emb nosautres pels bòscs, mila dius".

La Mariana se carrèt sus son sèti, a I'encòp reguèrga e comprensiva e diguèt :

- Per tocar las allocacions, los dròlles devon anar a l'escòla ; quò's una obligacion ! Anar a I'escòla per aprene a legir, escriure, comptar, cantar la Marselhèsa, saludar lo drapèu nacional, èstre un ÔME !

La Mariana lor donèt belcòp de sòus e los dròlles anèron a l'escòla tre lo lendeman....

 Viva la Republica ! Viva la França !

 

La Francesa del Boisson

 

______________

 

Qu'il soit permis de remarquer que l'historiette de Françoise, dont j'ignore les tréfonds de sa sensibilité, se termine par  Viva la Republica ! Viva la França !  Charles Perrault décéda le 16 mai 1703. Il n'a, bien entendu,  pas connu l'ère républicaine. 

À la mi-juillet, Didier Deschamps, tout auréolé de la performance de la Coupe du monde de footballdont j'ignore tout autant les convictions intimes, avait, lui aussi, laissé échapper un Vive la République.

 

À l'heure où notre République, hélas, écrasée et anéantie par l'insolence jupitérienne du pouvoir présidentiel, bien plus monarchique que républicain, vacille chaque jour davantage, même si ces envolées ne sont que symboliques, elles valident notre riche culture d'équilibre mesuré et pluraliste ainsi que notre adhésion à un concept, loin d'être ringard, qu'il apparaît utile d'affirmer.

 

 

Lisez ce conte et essayez de le suivre, si possible, sans le traduire à tout prix. Ainsi, vous rendrez hommage à la foi d'une plume qui osa donner une noble place à notre culture occitane.

 

  

L'épisode cypriote félibréen est clos. Néanmoins, si, comme Françoise, vous souhaitez l'enrichir d'un ultime ajout, n'hésitez pas à me contacter.



01/08/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres